Netanyahu demande un nouveau report de la fermeture de l’IBA
Rechercher

Netanyahu demande un nouveau report de la fermeture de l’IBA

Le Premier ministre, soupçonné de craindre l'indépendance éditoriale de la nouvelle corporation publique, a demandé au ministre des Finances de repousser à nouveau de six mois la fermeture de l'IBA

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu à Eilat, dans le sud d'Israël, le 7 mars 2017. (Crédit : Yair Sagi/Pool)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu à Eilat, dans le sud d'Israël, le 7 mars 2017. (Crédit : Yair Sagi/Pool)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a demandé mercredi au ministre des Finances, Moshe Kahlon, de reporter la fermeture de l’Autorité de radiodiffusion d’Israël (IBA) de six mois, pour que les parties puissent parvenir à un accord, a annoncé le bureau du Premier ministre.

Le radiodiffuseur en difficulté doit être remplacé par un nouveau conglomérat médiatique public, dont le lancement a déjà été repoussé plusieurs fois.

L’IBA a déjà été soumise à des coupes budgétaires et des licenciements importants ces dernières années en préparation de son remplacement.

Netanyahu, qui était également jusqu’à récemment ministre des Communications, mène la bataille contre la nouvelle corporation avant même le début de sa diffusion publique en Israël.

L'Autorité de radiodiffusion d'Israël, à Jérusalem, le 6 mars 2014. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
L’Autorité de radiodiffusion d’Israël, à Jérusalem, le 6 mars 2014. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

En 2014, la Knesset a adopté une grande réforme pour fermer l’Autorité israélienne de radiodiffusion (IBA), en difficulté financière, qui était à l’époque décrite par les politiciens comme hors de propos et coûteuse, et pour la remplacer par une nouvelle corporation, qui devait commencer au 31 mars 2015.

La loi, proposée par Gilad Erdan, qui était alors ministre des Communications et est à présent ministre de la Sécurité intérieure, vise à garantir l’indépendance éditoriale de la nouvelle corporation par rapport à l’IBA, en l’exemptant des règles de supervision gouvernementale qui s’appliquent à la plupart des autres corporations publiques, et en limitant sérieusement la capacité des politiciens à intervenir sur son contenu et les nominations de son équipe de direction.

Cependant, suite aux efforts de Netanyahu pour repousser l’inauguration de la corporation à 2018, et à un projet de loi du Likud pour annuler totalement cette législation, la direction de la corporation avait annoncé en octobre qu’elle serait prête à diffuser au 1er janvier. Cette date a ensuite été repoussée au mois d’avril.

Les responsables du Likud ont affirmé qu’annuler la mise en place de la nouvelle corporation permettrait à l’Etat d’économiser 2,5 milliards de shekels, un chiffre qui avait ensuite été moqué par Erdan et par le ministère des Finances.

Des critiques de la coalition comme de l’opposition affirment que ces retards sont dus à la crainte de Netanyahu devant l’indépendance politique de la corporation.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...