Rechercher

Netanyahu devient ministre de la Diaspora, son 4e portefeuille ministériel

Après avoir limogé Bennett en juin, le Premier ministre endosse ce nouveau poste alors que le conseil d'administration de l'Agence juive se réunit actuellement à Jérusalem

Raphael Ahren est le correspondant diplomatique du Times of Israël

le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu s'exprime lors d'une réunion d'élus du Likud à la Knesset à Jérusalem le 3 octobre 2019. (Menahem KAHANA / AFP)
le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu s'exprime lors d'une réunion d'élus du Likud à la Knesset à Jérusalem le 3 octobre 2019. (Menahem KAHANA / AFP)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a ajouté un quatrième portefeuille ministériel lundi. Il a officiellement pris la tête du ministère de la Diaspora.

Ce portefeuille est vacant depuis le mois de juin, après que Netanyahu a limogé Naftali Bennett à l’issue des élections d’avril.

Lundi, lors de la reprise des activités parlementaires après les congés des fêtes du Nouvel An juif, Netanyahu devient officiellement ministre de la Diaspora. En plus d’être Premier ministre, il est également ministre de la Défense, ministre de la Santé (le bureau est géré en pratique par le vice-ministre la Santé Yaakov Litzman, dont le parti ultra-orthodoxe Yahadout HaTorah s’oppose aux postes ministériels complets) et est ministre du Travail et des Affaires sociales par intérim (un poste qu’il a endossé au mois d’août après la démission de Haim Katz, soupçonné de corruption).

L’un de ses premiers gestes en tant que nouveau ministre de la Diaspora sera de s’adresser au conseil d’administration de l’Agence juive, qui se réunit actuellement à Jérusalem.

L’organisation quasi-gouvernementale a annoncé cette semaine qu’elle avait l’intention de se focaliser sur les liens entre Israël et le judaïsme du reste du monde.

De nombreux Juifs de la Diaspora critiquent Netanyahu et sa coalition à cause de leur refus de mieux traiter les Juifs non-orthodoxes. Ils lui reprochent particulièrement le gel du projet gouvernemental censé permettre la rénovation de l’espace de prière pluraliste au mur Occidental.

Le plan, approuvé par le cabinet en janvier 2016, prévoyait la création d’un espace de prière pluraliste en bonne et due forme – à la place de la structure temporaire actuellement en place – et la supervision du lieu saint par l’ensemble des grandes mouvances du judaïsme.

De nombreuses organisations juives, y compris l’Agence juive et les Fédérations juives d’Amérique du Nord, ont vivement dénoncé le rétropédalage du gouvernement, menaçant de protester jusqu’à ce que le projet soit restauré.

Cependant Netanyahu s’est toujours opposé à ressusciter l’accord de 2016, évoquant la ferme position de ses alliés ultra-orthodoxes dans la coalition, qui s’opposent à toute démarche pouvant sembler cautionner le judaïsme pluraliste.

Des jeunes filles juives dans la section de prière pluraliste du mur Occidental de la Vieille Ville de Jérusalem, le 3 janvier 2018. (Yonatan Sindel/Flash90)

Netanyahu n’en est pas à ses premiers pas au ministère de la Diaspora. Il a été ministre de la Diplomatie et de la Diaspora pendant 6 semaines en 2013, avant que Bennett soit nommé à ce poste.

Selon son site, le ministère de la Diaspora est « chargé d’entretenir la relation entre le judaïsme du monde et l’Etat d’Israël, à travers des activités communes et un dialogue constant, car le gouvernement israélien s’estime responsable de tous les Juifs du monde, qu’ils vivent en Israël ou en Diaspora ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...