Netanyahu doit se battre pour le vote de l’accord gazier
Rechercher

Netanyahu doit se battre pour le vote de l’accord gazier

A l’approche de la session parlementaire sur l’accord controversé et avec trois ministres devant s’abstenir, le Premier ministre cherche à persuader les députés arabes de s’abstenir

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu (à droite) et le ministre de l'Énergie Yuval Steinitz assistent à la réunion hebdomadaire du cabinet à Jérusalem le 16 août 2015 (Crédit photo: Marc Israël Sellem / Pool)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu (à droite) et le ministre de l'Énergie Yuval Steinitz assistent à la réunion hebdomadaire du cabinet à Jérusalem le 16 août 2015 (Crédit photo: Marc Israël Sellem / Pool)

La Knesset doit se prononcer lundi sur une réforme controversée dans le secteur du gaz naturel d’Israël.

Dimanche soir, le Premier ministre Benjamin Netanyahu ne semblait pas avoir obtenu une majorité parlementaire capable d’approuver le plan.

Dans le cadre d’une session spéciale pendant la pause de l’été, la Knesset devait voter pour savoir s’il fallait transférer l’autorité de décision du ministre de l’Economie Aryeh Deri, qui a refusé d’exercer son pouvoir ministériel pour accélérer le nouvel accord de gaz avec les entreprises de l’énergie, vers le cabinet de sécurité.

Selon des informations diffusées dimanche, le Premier ministre reposait ses espoirs sur la possibilité de persuader les membres de la Liste arabe unie de s’abstenir de voter en échange d’une augmentation significative du budget pour la communauté arabe.

Mais jusque tard dimanche matin, le parti avait refusé un accord avec Netanyahu en déclarant que son groupe fort de 13 députés participerait à la session pour s’opposer à l’accord de gaz.

Netanyahu, dont la coalition très faible de 61 députés a déjà du mal à maintenir une majorité, est désavantagée par les abstentions attendues de trois ministres, Moshe Kahlon, Yoav Galant et Haim Katz, pour un possible conflit d’intérêt.

Le ministre de l’Education Naftali Bennett du parti HaBayit HaYehudi ne participera pas au vote lundi à cause de la mort de son père la semaine dernière, réduisant ainsi le nombre maximum de la coalition à 57 votes sur 120 députés.

Dans l’opposition, le parti de l’Union sioniste a déclaré que tous ses députés voteraient contre l’accord, mais selon le quotidien économique Globes, Yair Lapid, le chef du parti Yesh Atid, et Avidgor Liberman, le chef d’Yisrael Beytenu, se trouvent à l’étranger et ne retourneront pas à temps en Israël pour voter.

Une pression de dernière minute visait à convaincre les législateurs d’Yisrael Beytenu à soutenir l’accord et les députés arabes à s’abstenir.

Une pétition déposée devant la Haute Cour de Justice par une ONG israélienne pour bloquer l’accord a retardé le vote. L’État a fait appel dimanche soir devant la Haute Cour pour laisser le vote se dérouler comme prévu.

La compagnie américaine Noble Energy et son partenaire israélien Delek Group ont fait face à une vive réaction politique au cours des récents mois suite à l’accord proposé avec le gouvernement pour développer un nombre de réserves de gaz naturel récupérable découvertes dans les eaux israéliennes ces dernières années.

L’accord est controversé et fait l’objet de critiques, y compris de la part de l’ancien responsable de la lutte contre les monopoles David Gilo, expliquant sa crainte que l’accord risque de créer un monopole de facto qui conduirait à une hausse des prix du gaz pour les Israéliens.

L’affaire a fait coulé beaucoup d’encre lorsque Gilo, alors qu’il était encore responsable de la lutte contre les monopoles, a déclaré l’année dernière que le partenariat entre Noble et Delek ressemblait à un monopole et a appelé à ouvrir le marché du gaz naturel d’Israël à une plus grande compétition.

Gilo a donné sa démission en mai pour un désaccord sur le sujet.

Netanyahu soutient l’accord controversé, déclarant qu’il injecterait des milliards de shekels dans l’économie.

Deri, qui a le pouvoir légal d’outrepasser le responsable et d’approuver un monopole, a déclaré aux journalistes de la Knesset la semaine dernière qu’il n’utiliserait pas en l’occurrence ce pouvoir et attendrait la nommination d’un nouveau responsable.

Netanyahu a déclaré lundi dernier qu’il retarderait le vote jusqu’à ce qu’un nouveau responsable de la lutte contre les monopoles soit nommé. Mais mercredi il a soumis la motion pour faire approuver l’accord à l’approbation de la Knesset.

Les efforts renouvelés du Premier ministre pour faire passer l’accord de gaz à la Knesset sont intervenus après que l’Egypte ait annoncé la découverte la semaine dernière d’un « gigantesque » champs de gaz au large de ses côtes, créant de la panique au sein des ministères israéliens sur les délais longs de plusieurs années dans le forage des champs de gaz d’Israël.

L’équipe du Times of Israel a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...