Netanyahu en Russie 5 jours avant les élections israéliennes
Rechercher

Netanyahu en Russie 5 jours avant les élections israéliennes

Peu d'informations ont filtré sur cette visite qui doit commencer jeudi, soit cinq jours avant le scrutin ; le Premier ministre devrait rencontrer Vladimir Poutine à Sotchi

Le président russe Vladimir Poutine (à droite) serre la main du Premier ministre Benjamin Netanyahu lors d'une réunion au Kremlin à Moscou, le 27 février 2019. (MAXIM SHEMETOV / POOL / AFP)
Le président russe Vladimir Poutine (à droite) serre la main du Premier ministre Benjamin Netanyahu lors d'une réunion au Kremlin à Moscou, le 27 février 2019. (MAXIM SHEMETOV / POOL / AFP)

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu va se rendre en Russie jeudi, a annoncé mardi son bureau, le chef du gouvernement cherchant à asseoir sa stature internationale à moins d’une semaine des législatives.

Peu de détails ont filtré, mais M. Netanyahu devrait rencontrer le président russe Vladimir Poutine à Sotchi.

Le 17 septembre, les Israéliens sont appelés aux urnes, et M. Netanyahu, le Premier ministre le plus longtemps au pouvoir de l’histoire du pays, brigue un nouveau mandat.

Il cherche notamment à s’attirer les faveurs de l’électorat russophone, acquis majoritairement à un de ses rivaux, Avigdor Liberman, dirigeant du parti nationaliste laïc Yisrael Beytenu.

Cet ancien allié de M. Netanyahu, devenu faiseur de roi, a contribué à faire échouer les négociations pour créer une coalition à l’issue des élections d’avril dernier, forçant le Premier ministre à reconvoquer un nouveau scrutin le 17 septembre.

Comme lors de la précédente campagne, M. Netanyahu a mis en avant ses relations privilégiées avec les grands de ce monde, dont le président américain Donald Trump et le chef d’Etat russe Vladimir Poutine, afin de se présenter en dirigeant à la stature internationale inégalée.

Il avait laissé entendre dimanche qu’il allait se rendre en Russie pour discuter des activités iraniennes en Syrie.

L’armée israélienne a mené ces dernières années, selon un ancien chef d’état-major, des centaines de frappes contre des cibles iraniennes et du mouvement libanais Hezbollah, deux alliés du régime d’el-Assad.

Elle a veillé à éviter les frictions avec les forces russes, engagées en Syrie depuis 2015 pour soutenir l’armée de Bashar el-Assad.

Mais les relations se sont crispées après que des batteries syriennes ont abattu par erreur un avion russe lors d’une opération aérienne israélienne le 17 septembre 2018. Quinze soldats russes avaient été tués.

M. Netanyahu répète qu’il ne laissera pas l’Iran se servir de la Syrie comme tête de pont militaire.

Il avait déjà rencontré M. Poutine cinq jours avant les élections d’avril.

Cette fois encore, le principal rival de M. Netanyahu est Benny Gantz, ancien chef d’état-major et dirigeant de l’alliance centriste Kakhol lavan.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...