Netanyahu et Poutine discutent d’une « plus grande coordination » en Syrie
Rechercher

Netanyahu et Poutine discutent d’une « plus grande coordination » en Syrie

Le dirigeant russe invite le Premier ministre à Moscou l'année prochaine pour les célébrations du 75e anniversaire de la fin de la Seconde Guerre mondiale

Le président russe Vladimir Poutine (à droite) serre la main du Premier ministre Benjamin Netanyahu lors d'une réunion au Kremlin à Moscou, le 27 février 2019. (MAXIM SHEMETOV / POOL / AFP)
Le président russe Vladimir Poutine (à droite) serre la main du Premier ministre Benjamin Netanyahu lors d'une réunion au Kremlin à Moscou, le 27 février 2019. (MAXIM SHEMETOV / POOL / AFP)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a appelé lundi Vladimir Poutine lundi pour discuter de la Syrie, de l’Iran et d’autres questions, d’après des communiqués des cabinets des deux dirigeants.

D’après le communiqué russe, le président a invité Netanyahu à Moscou pour participer aux « célébrations marquant le 75e anniversaire de la victoire dans la Grande guerre patriotique », ou Seconde Guerre mondiale. Cette journée sera fêtée en Russie le 9 mai 2020.

Cet appel est une initiative de Netanyahu, qui en a profité pour faire part de ses condoléances après la mort de 14 marins russes dans l’incendie d’un puissant et unique sous-marin en mer de Barents le 1er juillet dernier.

D’après le communiqué de Moscou, les deux dirigeants ont discuté de la « coopération russo-israélienne sur la question syrienne » après la réunion trilatérale entre les conseillers à la sécurité russe, israélien et américain le 25 juin — « en particulier, l’importance d’une plus grande coordination entre les armées ».

Côté israélien, le communiqué évoque des discussions sur « l’Iran, la Syrie et les relations entre nos pays ».

Cet entretien téléphonique survient alors que l’Iran a annoncé qu’il envisageait de faire passer à 20 % ou plus l’enrichissement de son uranium, première étape de son retrait de ses engagements pris dans le cadre de l’accord sur le nucléaire de 2015  conclu avec les grandes puissances possibles. Téhéran se rapproche ainsi à grands pas des niveaux d’enrichissement nécessaires pour l’armement.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...