Netanyahu et Rivlin condamnent les attaques en Cisjordanie
Rechercher

Netanyahu et Rivlin condamnent les attaques en Cisjordanie

La ministre de la Culture accuse Kakhol lavan de vouloir s'allier avec des partis arabes qui ne condamnent pas ces attaques

Jacob Magid est le correspondant pour les questions liées aux implantations pour le Times of Israël

Un Israélien blessé dans une attaque terroriste à l'arme à feu dans le nord de la Cisjordanie arrive à l'hôpital Beilinson à Petah Tikva le 17 mars 2019. (Flash90)
Un Israélien blessé dans une attaque terroriste à l'arme à feu dans le nord de la Cisjordanie arrive à l'hôpital Beilinson à Petah Tikva le 17 mars 2019. (Flash90)

Des dirigeants israéliens, dont le Premier ministre Benjamin Netanyahu et le président Reuven Rivlin, ont condamné l’attaque terroriste qui s’est déroulée dimanche matin à un carrefour dans le nord de la Cisjordanie. Un Israélien a été tué et deux autres ont été blessés.

« Nous sommes en pleine poursuite des terroristes à deux endroits de la zone d’Ariel, a déclaré Netanyahu à l’ouverture de la réunion hebdomadaire du cabinet de sécurité. J’apporte mon soutien aux soldats israéliens, au Shin Bet et aux forces de sécurité qui poursuivent les terroristes. Je suis sûr qu’ils vont les arrêter… comme nous l’avons toujours fait ».

Tsahal a déclaré ne pas savoir clairement si le tireur a agi seul ou non.

« Mes pensées sont avec les familles qui sont confrontées à la terrible nouvelle d’une horrible attaque terroriste, et avec les forces de sécurité qui poursuivent actuellement les terroristes. L’Etat d’Israël traquera, trouvera et vaincra tous ceux qui nous attaquent », a tweeté le président.

Plusieurs députés se sont servis de l’attaque pour faire des déclarations politiques sur la meilleure manière de gérer le conflit avec les Palestiniens.

Des soldats de l’armée israélienne sur la scène d’une fusillade à proximité du carrefour d’Ariel, dans le nord de la Cisjordanie, le 17 mars 2019 (Crédit : Armée israélienne)

Miri Regev, la ministre de la Culture, a ainsi déclaré que les attaques « étaient le résultat direct d’une incitation à la haine rampante de la part d’Ahmad Tibi, qui a montré vendredi qu’il n’était pas prêt à condamner le meurtre d’une enfant innocente dans son lit et a encouragé les martyrs par même occasion ».

La ministre du Likud faisait référence à un débat organisé vendredi par la Treizième chaîne auquel elle a participé en compagnie du députa Hadash-Taal. Lors de sa confrontation verbale avec Ahmad Tibi, elle lui a demandé, à plusieurs reprises, de condamner leur meurtre de 2016 de la jeune Hallel Yaffa Ariel, âgée de 13 ans, qui avait été poignardée à mort par un terroriste palestinien dans sa chambre d’une implantation de Kiryat Arba. Alors que celui-ci a déjà condamné par le passé la violence contre tous les civils, il a refusé de commenter le meurtre d’Ariel et appelé Regev à condamner les frappes israéliennes ciblant des maisons palestiniennes dans la bande de Gaza.

« C’est avec cet homme que Lapid et Gantz veulent créer un gouvernement [empêchant la formation d’un gouvernement de droite]. Cela ne doit pas se produire ! », a déclaré la ministre en conclusion de sa condamnation de l’attaque de dimanche.

La stratégie centrale de la campagne du Likud contre Kakhol lavan consiste à accuser les dirigeants Benny Gantz et Yair Lapid de ne pas être capables de former une coalition de gouvernement sans le soutien des partis arabes comme Hadash-Taal. Des partis arabes n’ont jamais servi dans un gouvernement israélien de coalition, mais ont soutenu des gouvernements de minorité sans appartenir à ce gouvernement.

Des soldats de l’armée israélienne sur la scène d’une fusillade à proximité du carrefour d’Ariel, dans le nord de la Cisjordanie, le 17 mars 2019 (Crédit : Armée israélienne)

Kakhol lavan a rapidement rejeté les accusations, affirmant qu’il ne s’appuierait sur aucun député anti-sioniste à la Knesset pour établir un futur gouvernement.

Répondant aux commentaires de Regev de dimanche, Gantz a publié un communiqué lapidaire. « Jamais dans l’histoire de l’État un ministre en Israël n’a utilisé la mort de ceux qui ont été tués dans des attaques terroristes dans un objectif de propagande politique avant l’enterrement des morts. Par respect pour les victimes, nous ne répondrons pas plus pour l’instant ».

Bezalel Smotrich, de l’Union des partis de droite, a déclaré que les fusillades en Cisjordanie étaient « un produit de l’espoir arabe de nous vaincre par la terreur. Seule la réduction de l’espoir arabe d’établir un État terroriste au cœur de notre foyer éradiquera ce terrorisme ».

Le député de la droite dure a appelé à l’annexion de la Cisjordanie et à l’arrivée d’un million d’Israéliens au-delà de la Ligne verte « d’une manière qui rendrait irréversible le processus d’implantation, en plus [d’une réponse] forte et sans compromis » de Tsahal.

Tamar Zandberg, la présidente de Meretz, a exprimé ses condoléances à la famille de la personne tuée dans l’attaque et a souhaité un prompt rétablissement aux deux victimes blessées. L’élue de gauche a déclaré que « ce cycle de bains de sang doit cesser. Cela n’aura pas lieu avec les positions belliqueuses que prône actuellement la droite. Cela viendra d’un changement de direction (politique) ».

Des soldats de l’armée israélienne sur la scène d’une fusillade à proximité du carrefour d’Ariel, dans le nord de la Cisjordanie, le 17 mars 2019 (Crédit : Armée israélienne)

L’attaque de dimanche a commencé autour de 9 h 45 du matin à proximité de l’intersection d’Ariel, quand le terroriste a attaqué un soldat avec un couteau et a réussi à se saisir de son arme, a déclaré le lieutenant-colonel Jonathan Conricus, porte-parole de l’armée israélienne.

Le terroriste a ensuite ouvert le feu sur des véhicules qui passaient, touchant un civil à bord. Une deuxième voiture a été touchée, mais a réussi à fuir les lieux. Une troisième voiture s’est arrêtée pour récupérer l’assaillant, dont Conricus a dit qu’il « semblait être palestinien, » avant de prendre la fuite.

Conricus a déclaré que le suspect s’est ensuite rendu au carrefour de Gitai situé à proximité, où il a tiré sur un soldat qui se trouvait dans une zone d’autostop, lui infligeant des blessures. Puis il est allé dans le village palestinien de Burqin, où les forces israéliennes de sécurité tentent actuellement de le retrouver.

Des renforts ont été déployés sur place dans une chasse à l’homme qui est coordonnée avec le service de sécurité du Shin bet et la police israélienne, a déclaré Conricus. Il a ajouté qu’il ne savait pas clairement si le suspect était affilié à un groupe terroriste ou s’il avait agi seul.

Les deux hommes blessés, âgés de 19 et 47 ans, ont été transportés à l’hôpital Beilinson de Petah Tikva, a déclaré le service d’urgentistes Magen David Adom. La plus jeune victime a été blessée à l’abdomen et à la colonne vertébrale et devait être opérée. L’état de santé de la victime la plus âgée s’est dégradé alors qu’il arrivait à l’hôpital avec des blessures à la tête. Il était dans un état critique et les médecins luttaient pour le garder en vie.

Il s’appelait Gal Keidan, il avait 19 ans.

Des soldats de l’armée israélienne sur la scène d’une fusillade à proximité du carrefour d’Ariel, dans le nord de la Cisjordanie, le 17 mars 2019 (Crédit : Armée israélienne)

Les médecins urgentistes ont tenté de réanimer la troisième victime, mais ont dû prononcer sa mort sur place.

Par mesure de précaution, l’armée avait brièvement donné l’ordre de fermer la zone industrielle de Barkan mais aussi les implantations autour de la zone dans le nord de la Cisjordanie. Les villages palestiniens de Jamma’in, Kifl Haris et Deir Istiya à proximité de Naplouse ont aussi été bouclés, a déclaré Tsahal.

Des médias palestiniens ont rapporté des échanges de tirs nourris dans le village de Burqin.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...