Netanyahu évoque la normalisation avec le Soudan
Rechercher

Netanyahu évoque la normalisation avec le Soudan

"Nous sommes en train de modifier la carte du Moyen-Orient", a affirmé le Premier ministre qui a souligné les actions israéliennes antérieures sur le sol africain

Benjamin Netanyahu évoque la normalisation entre Israël et le Soudan (Crédit : capture d'écran)
Benjamin Netanyahu évoque la normalisation entre Israël et le Soudan (Crédit : capture d'écran)

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a déclaré samedi que la normalisation des relations avec les Emirats, Bahreïn et le Soudan permettrait de sortir Israël de son isolement géographique, avec des vols plus courts et moins chers.

« Nous sommes en train de modifier la carte du Moyen-Orient », a-t-il affirmé lors d’une conférence de presse, en montrant à l’appui des schémas de vols sur un tableau.

Les Israéliens partant vers des pays d’Asie pourront désormais économiser « des heures (de voyage) et beaucoup d’argent », a-t-il ajouté, grâce à des avions pouvant désormais survoler les espaces aériens saoudien, émirati et bahreïni.

Après avoir signé des accords de normalisation des relations en septembre avec les Emirats arabes unis et Bahreïn, deux pays du Golfe, Israël va également le faire avec le Soudan. Cette annonce a été faite vendredi.

« Il y aura davantage de pays », a affirmé M. Netanyahu.

L’Arabie saoudite n’entretient toujours pas de relation officielle avec l’Etat hébreu mais elle a donné son feu vert au survol de son territoire par des vols commerciaux israéliens dans le sillage de l’annonce en août de l’accord entre les Emirats et Israël.

Selon M. Netanyahu, le rapprochement avec le Soudan va bénéficier notamment aux passagers traversant l’Atlantique depuis le sol israélien.

« Nous volons désormais vers l’ouest, au-dessus du Soudan, en vertu des accords que nous avons passés avant même d’annoncer la normalisation (des relations), au-dessus du Tchad avec lequel nous avons également établi des relations, vers le Brésil et l’Amérique du Sud », a-t-il indiqué.

« C’est une évolution qui change la situation », a-t-il poursuivi. « Israël était complètement isolé… Israël est désormais connecté au monde entier ».

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a par ailleurs laissé entendre qu’Israël avait effectué des raids de bombardement au Soudan il y a plusieurs années pour empêcher l’Iran de faire passer des armes au groupe terroriste palestinien du Hamas via la nation africaine.

Israël aurait effectué des raids de bombardement au Soudan début 2009, avant que Netanyahu ne prenne ses fonctions, ainsi qu’en 2012 et 2014, alors qu’il était Premier ministre.

Le Soudan « était une nation utilisée pour faire passer des armes très dangereuses au Hamas via le Soudan, le bassin du Nil [et] le Sinaï. Cela m’a obligé à ordonner des mesures pour empêcher cela et cela a effectivement changé ».

En 2009, trois frappes aériennes ont détruit un convoi de camions dans l’ouest du Soudan qui aurait transporté des missiles iraniens de longue portée vers la bande de Gaza. Une mystérieuse explosion dans une usine d’armes à Khartoum en 2012, qui a tué quatre personnes, serait le résultat d’une frappe aérienne israélienne visant des armes destinées au Hamas. En 2014, une grande explosion s’est produite dans un entrepôt de munitions soudanais, lors d’une prétendue attaque israélienne visant des armes destinées au Hamas.

M. Netanyahu a fait l’éloge de l’accord de normalisation avec le Soudan, et a salué le rôle joué par le président ougandais Yoweri Museveni dans l’organisation d’une rencontre entre lui et le dirigeant soudanais Abdel Fattah al-Burhan en février.

« Nous avons conclu trois accords de paix en six semaines. Ce n’est pas de la chance, ce n’est pas une coïncidence, mais le résultat d’une politique claire et de nos efforts », a-t-il déclaré, exprimant la certitude que d’autres pays suivront.

M. Netanyahu a rencontré le président tchadien en janvier 2019 lors d’une visite dans la capitale N’Djamena, au cours de laquelle les deux pays ont convenu de renouer des liens, que le Tchad a rompus en 1972 sous la pression de l’homme fort libyen Mouammar Kadhafi.

Notant l’importance historique de la percée de vendredi, Netanyahu a souligné que le Soudan était autrefois un État ennemi qui avait combattu Israël en 1948. En 1967, il a accueilli le sommet de la Ligue arabe au cours duquel les « 3 non » ont été annoncés, a-t-il ajouté : pas de paix avec Israël, pas de reconnaissance d’Israël et pas de négociations avec Israël.

« Mais toutes nos relations avec eux ont commencé à changer ces dernières années – secrètement, ouvertement, et maintenant avec l’accord de normalisation ».

Il a remercié « le président Trump et son équipe avant tout – avec lui, nous changeons l’histoire.

Les nouveaux accords ont été conclus « malgré tous les experts et commentateurs qui ont dit que c’était impossible », a-t-il déclaré. « Israël était complètement isolé et ils nous ont dit que nous nous dirigions vers un tsunami politique. Ce qui se passe, c’est tout le contraire. Israël est maintenant connecté au monde entier ».

Les nouveaux accords, a-t-il dit, apportent en outre la paix « sans retraits » et « sans déracinements » – une référence à ce qu’il a vanté comme un passage des anciennes politiques « terre contre paix » à de nouveaux efforts de paix qui n’impliquent pas de concessions de terres de la part d’Israël en échange de relations avec ses anciens ennemis.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...