Israël en guerre - Jour 232

Rechercher

Netanyahu, Gantz et Lapid s’engagent à ne pas parler politique durant Yom HaZikaron

Les principaux dirigeants ont signé un engagement visant à "préserver le caractère sacré" du Jour du Souvenir pour les soldats tombés au combat et les victimes du terrorisme

Des soldats de l'armée israélienne plaçant des drapeaux israéliens sur des tombes de soldats lors d'une cérémonie de pose de drapeaux au cimetière militaire du mont Herzl, à Jérusalem, à l'approche de Yom HaZikaron, le 8 mai 2024. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Des soldats de l'armée israélienne plaçant des drapeaux israéliens sur des tombes de soldats lors d'une cérémonie de pose de drapeaux au cimetière militaire du mont Herzl, à Jérusalem, à l'approche de Yom HaZikaron, le 8 mai 2024. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu et d’autres dirigeants nationaux ont signé un engagement public visant à « préserver le caractère sacré » de Yom HaZikaron – le Jour du Souvenir pour les soldats tombés au combat et les victimes du terrorisme dans le pays.

« Les derniers mois ont été parmi les plus difficiles que l’État d’Israël ait connus depuis sa création il y a 76 ans », indiquait la lettre, rédigée par le président de Yad Lebanim, Eli Ben-Shem.

« De nombreuses familles ont rejoint la famille en deuil et c’est leur premier jour de commémoration. Dieu nous garde d’ajouter à la douleur en ces jours difficiles. »

« Pour leur bien, pour que nous soyons dignes de leur héroïsme, de leur sacrifice et de leur mémoire, nous vous demandons de laisser les disputes à l’extérieur des cimetières militaires et d’éviter les disputes sur les tombes des jeunes femmes et des jeunes hommes. »

Le chef de l’opposition Yaïr Lapid a signé la lettre mardi, suivi par Netanyahu, le ministre du cabinet de guerre Benny Gantz et le ministre de la Défense Yoav Gallant, a rapporté jeudi Israel Hayom.

Certains hommes politiques et membres des familles des victimes de l’assaut barbare et sadique du groupe terroriste palestinien du Hamas sur le sud d’Israël le 7 octobre ont demandé aux ministres du gouvernement et aux députés de s’abstenir de prendre la parole lors des diverses cérémonies des 12 et 13 mai, craignant que la journée ne soit entachée par la présence d’hommes politiques, que beaucoup accusent d’être responsables de l’échec entourant cet assaut terroriste, lors duquel près de 1 200 personnes ont été tués – pour la plupart des civils -, et en ont enlevé 252 autres, dont 128 sont toujours à Gaza.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.