Israël en guerre - Jour 192

Rechercher

Netanyahu : Israël ne sera pas lié par un nouvel accord nucléaire avec l’Iran

Les commentaires du Premier ministre surviennent alors que Washington a confirmé à nouveau discuter avec l'Iran d'un retour à l'accord nucléaire

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, au centre, lors d'une réunion de la commission des Affaires étrangères et de la Défense de la Knesset, le 13 juin 2023. (Crédit : Haïm Tzach/GPO)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, au centre, lors d'une réunion de la commission des Affaires étrangères et de la Défense de la Knesset, le 13 juin 2023. (Crédit : Haïm Tzach/GPO)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a envoyé mardi un message clair aux États-Unis : Israël ne se considérerait pas lié par un accord que Washington pourrait conclure avec l’Iran au sujet de son programme nucléaire.

S’exprimant au début d’une réunion de la commission des Affaires étrangères et de la Défense de la Knesset, le Premier ministre a semblé réagir aux informations selon lesquelles Washington aurait repris contact avec l’Iran au sujet des négociations moribondes de l’accord nucléaire.

Netanyahu a déclaré qu’au fil des ans, l’Iran avait remplacé les nations arabes comme principale menace pour Israël et qu’il s’efforçait désormais « d’éliminer » les Arabes.

« Plus de 90 % de nos problèmes de sécurité proviennent de l’Iran et de ses mandataires », a-t-il déclaré, les comparant à un cancer qui se propage. « Notre position est claire : Israël ne sera lié par aucun accord avec l’Iran et continuera à se défendre. »

Netanyahu a déclaré qu’Israël restait opposé à un retour à l’accord nucléaire initial de 2015 (JCPOA), dont les États-Unis se sont retirés sous l’ancien président Donald Trump.

« Nous nous efforçons d’arrêter l’Iran et, d’autre part, nous faisons de grands efforts pour élargir le cercle de la paix. Ces choses nous placent devant de grands défis, mais aussi devant des possibilités », a déclaré Netanyahu.

Cette photo satellite de Planet Labs PBC montre la construction d’une nouvelle installation souterraine sur le site nucléaire iranien de Natanz, le 14 avril 2023. (Crédit : Planet Labs PBC/AP)

Israël n’était pas partie prenante à l’accord nucléaire initial entre l’Iran et les puissances mondiales, contre lequel Netanyahu a exercé de fortes pressions. Les efforts déployés par l’Europe et l’administration du président américain Joe Biden pour relancer l’accord et ramener Washington dans le giron du pacte ont également suscité des protestations de la part de Jérusalem.

Israël estime que les efforts diplomatiques ne suffisent pas à empêcher l’Iran d’obtenir une arme nucléaire et préconise plutôt une menace militaire crédible.

Les commentaires de Netanyahu sont intervenus après qu’un fonctionnaire américain a confirmé lundi dernier que Washington était en contact avec l’Iran au sujet des négociations moribondes sur l’accord nucléaire, mais a nié que des discussions sur un accord intérimaire étaient en cours.

Ces commentaires, rapportés par Reuters, ont été faits quelques heures après que l’Iran a semblé reconnaître que des discussions étaient en cours, le ministère des Affaires étrangères du pays remerciant Oman pour son rôle de médiateur.

Le responsable américain, qui s’est exprimé sous le couvert de l’anonymat, a déclaré que Washington avait communiqué avec l’Iran pour le mettre en garde contre les mesures susceptibles d’être accueillies de manière belliqueuse ou, au contraire, de faciliter des négociations plus productives.

« Il n’est pas question d’un accord provisoire », a déclaré le responsable américain. « Nous leur avons clairement indiqué les mesures d’escalade qu’ils devaient éviter pour prévenir une crise et les mesures de désescalade qu’ils pouvaient prendre pour créer un contexte plus positif. »

Le responsable américain a refusé de préciser les mesures que l’Iran avait été invité à éviter ou à encourager, mais il a indiqué que Washington cherchait à renforcer la coopération entre Téhéran et l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA).

À LIRE : Israël craint que Washington ne se dirige vers un nouvel accord nucléaire avec l’Iran

Des centrifugeuses construites en Iran exposées dans le cadre d’une exposition sur les réalisations nucléaires du pays, à Téhéran, en Iran, le 8 février 2023. (Crédit : AP Photo/Vahid Salemi)

Mardi, le quotidien Haaretz a cité un haut fonctionnaire israélien qui a déclaré que Jérusalem craignait désormais que Washington ait l’intention de parvenir à un arrangement avec Téhéran mais de ne pas le formaliser dans un accord, en partie pour qu’il n’ait pas à être soumis au vote du Congrès.

Les responsables de l’administration Biden ont démenti cette information, déclarant à Haaretz que « le président est passé par le Congrès et travaille avec ce dernier plus que la plupart des présidents. L’idée qu’il essaierait de le contourner n’est pas vraiment révélatrice du comportement de l’administration ».

Vendredi, Axios a rapporté que le mois dernier, des fonctionnaires américains avaient clairement indiqué dans des messages transmis à l’Iran qu’il y aurait une réponse sévère si Téhéran atteignait les niveaux d’enrichissement de l’uranium de 90 % nécessaires à la fabrication d’une arme nucléaire – une courte étape technique par rapport au niveau actuel.

Selon les estimations les plus récentes de l’AIEA, l’Iran dispose de 114,1 kilogrammes d’uranium enrichi à 60 %, un niveau pour lequel les experts en non-prolifération affirment déjà que Téhéran n’a pas d’usage civil.

Le chef de l’Organisation de l’énergie atomique de l’Iran, Mohammad Eslami, lors d’une conférence de presse, à Téhéran, le 4 mars 2023. (Crédit : Atta Kenare/AFP)

Dimanche, le guide suprême iranien, l’ayatollah Ali Khamenei, a exprimé son soutien à un accord sur le programme nucléaire du pays avec l’Occident, mais a ajouté que « l’infrastructure existante de l’industrie nucléaire ne devrait pas être touchée ».

Il a affirmé que la communauté internationale ne saurait empêcher l’Iran de se doter d’une arme nucléaire si tel était son projet, mais il a également appelé à la coopération avec l’AIEA tout en mettant en garde contre la tentation de succomber à des « brimades » fondées sur des « affirmations infondées ».

L’Iran assure que son programme nucléaire est uniquement destiné à un usage civil et qu’il ne cherche pas à se doter d’armes nucléaires.

Lundi, le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, Nasser Kanaani, a déclaré que Téhéran n’était pas intéressé par un accord intérimaire avec Washington, mais qu’il envisagerait de relancer l’accord nucléaire de 2015, qui offrait un allègement des sanctions en échange d’une limitation de l’enrichissement avant que les États-Unis ne s’en retirent en 2018.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.