Netanyahu : Khan al-Ahmar sera détruit « très prochainement »
Rechercher

Netanyahu : Khan al-Ahmar sera détruit « très prochainement »

La Cour suprême israélienne avait donné début septembre son feu vert à la démolition du village bédouin de Cisjordanie, mais le Premier ministre n'a pas donné d'échéance

Vue générale de l'endroit où les habitants du hameau bédouin de Khan al-Ahmar sont censés s'installer, près du village d'Abu Dis en Cisjordanie, le 30 septembre 2018.(Crédit : AP Photo/Majdi Mohammed)
Vue générale de l'endroit où les habitants du hameau bédouin de Khan al-Ahmar sont censés s'installer, près du village d'Abu Dis en Cisjordanie, le 30 septembre 2018.(Crédit : AP Photo/Majdi Mohammed)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a déclaré aux membres du Likud que le village bédouin de Khan al-Ahmar, au centre de la Cisjordanie, sera « très prochainement » détruit, mais il a refusé de donner une échéance précise.

« Khan al-Ahmar sera très prochainement détruit. Je ne vous dis pas quand, mais nous nous y préparons », a-t-il dit.

Après des années de bataille judiciaire, la Cour suprême israélienne avait donné début septembre son feu vert à la démolition de Khan al-Ahmar, village de tôle et de toile où vivent près de 200 Bédouins à l’est de Jérusalem, coincé entre deux implantations israéliennes.

L’Etat avait proposé de réinstaller les résidents bédouins dans un site proche de la ville palestinienne d’Abu Dis.

Les habitants de Khan al-Ahmar – 180 au total, selon l’ONU – se sont farouchement opposés au plan de l’État, affirmant qu’ils n’avaient jamais été consultés, que l’emplacement n’était pas adapté à leur mode de vie rural, qu’il se trouvait à proximité d’une déchetterie, et que les résidents d’Abu Dis les avaient avertis de rester à l’écart.

Outre l’absence d’autorisation de la part des autorités israéliennes, l’État affirme que les structures, principalement des cabanes de fortune et des tentes, constituent une menace pour les habitants du village en raison de leur proximité avec une autoroute.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...