Netanyahu : la paix passe par la « normalisation » avec les pays arabes
Rechercher

Netanyahu : la paix passe par la « normalisation » avec les pays arabes

"De nombreux pays arabes considèrent dorénavant Israël comme leur allié essentiel pour repousser l'agression iranienne", a affirmé le Premier ministre

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu durant une cérémonie commémorative au Paneriai Holocaust Memorial près de Vilnius, e, Lituanie, le 24 août 2018. (Crédit : AFP/Petras Malukas)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu durant une cérémonie commémorative au Paneriai Holocaust Memorial près de Vilnius, e, Lituanie, le 24 août 2018. (Crédit : AFP/Petras Malukas)

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu dit croire à une paix avec les Palestiniens à la faveur d’une « normalisation » des relations d’Israël avec les pays arabes, permise par leur opposition commune à l’Iran, dans une interview diffusée lundi par une télévision lituanienne.

« De nombreux pays arabes considèrent dorénavant Israël, non pas comme leur ennemi, mais comme leur allié essentiel pour repousser l’agression iranienne », a affirmé M. Netanyahu dans un entretien à la télévision publique LRT, lors d’une visite en Lituanie qui s’est achevée dimanche.

« Cela a créé une normalisation qui peut mener à la paix. Je crois que si nous sommes en paix avec le monde arabe, cela nous aidera à conclure la paix avec les Palestiniens », a-t-il ajouté.

Seules l’Egypte et la Jordanie ont conclu des traités de paix avec Israël. La plupart des pays arabes posent comme condition préalable à la reconnaissance de l’Etat hébreu qu’un accord soit conclu entre Israéliens et Palestiniens.

Le processus de paix entre Israël et Palestiniens est au point mort depuis 2014.

Début avril, le prince héritier saoudien Mohamed ben Salmane, opposé comme Benjamin Netanyahu à l’accord sur le nucléaire iranien, avait estimé que les Israéliens avaient le « droit » d’avoir leur propre Etat comme les Palestiniens.

Son père, le roi Salmane, l’avait immédiatement recadré, réaffirmant « la position inébranlable du royaume sur la question palestinienne et les droits légitimes du peuple palestinien à un Etat indépendant avec Jérusalem comme capitale ».

Le Conseil de coopération du Golfe, regroupant l’Arabie saoudite, les Emirats arabes unis, Bahreïn, Koweït, Oman et le Qatar, ont condamné en juillet, ainsi que l’Egypte, une loi jugée controversée adoptée par le Parlement israélien et définissant Israël comme l’État-nation du peuple juif.

Israël et l’Arabie saoudite n’ont pas de relations bilatérales officielles et le royaume ne reconnait pas l’Etat hébreu. Israël avait laissé entendre l’existence de liens clandestins avec l’Arabie saoudite ces dernières années, soulignant que les pays partagent un intérêt dans la lutte contre l’Iran.

Les Saoudiens ont nié ces relations secrètes. Pourtant, en 2016, un général saoudien s’était rendu à Jérusalem à plusieurs occasions. L’Arabie saoudite a également autorisé la compagnie aérienne Air India à survoler son espace aérien lors de ses vols vers et depuis Tel Aviv.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...