Israël en guerre - Jour 237

Rechercher

Netanyahu, le chant du cygne ?

"La prison. C'est là qu'il doit finir sa carrière. Ce qu'il a fait est impardonnable, et il le sait", affirme un chauffeur de taxi

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu s'adressant à la nation lors d'un discours télévisé, le 13 octobre 2023. (Crédit : Capture d'écran ; utilisée conformément à l'article 27a de la loi sur les droits d'auteur)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu s'adressant à la nation lors d'un discours télévisé, le 13 octobre 2023. (Crédit : Capture d'écran ; utilisée conformément à l'article 27a de la loi sur les droits d'auteur)

Jamais, il n’aurait pu imaginer que le Hamas mettrait fin à sa carrière. Avec l’attaque la plus meurtrière lancée sur le sol de son pays, Benjamin Netanyahu pourrait bientôt entendre le chant du cygne.

« C’est le début de sa chute », prédit Daniel Bensimon, expert de la politique israélienne et ancien député du Parti travailliste.

Même s’il reconnait que ce n’est pas la première fois qu’est évoquée la fin politique de M. Netanyahu, 73 ans, dont près de 16 ans cumulés comme Premier ministre d’Israël, il se dit convaincu que « cette fois, la faute qu’il a commise est trop grave ».

« Il a failli à l’essentiel de sa fonction: assurer la protection de sa population. A cause de lui, le samedi 7 octobre, en bordure de la bande de Gaza, l’Etat et l’armée étaient absents », dit-il à l’AFP. « Il va le payer très cher ».

Menée par des milliers de terroristes palestiniens infiltrés, l’attaque sans précédent du Hamas sur le sud d’Israël a fait plus de 1 200 morts, majoritairement des civils, et s’est accompagnée de plusieurs massacres.

Le couperet pourrait tomber pour le chef du Likud si une commission d’enquête gouvernementale vient à déterminer sa responsabilité dans la tuerie.

En Israël, c’est le gouvernement qui nomme ce type de commission, comme ce fut le cas après le fiasco de la guerre israélo-arabe de 1973, qui avait pris le pays totalement au dépourvu, et après la contestation qui suivit l’invasion du Liban par Israël en 1982.

« Légalement, Bibi [le surnom de M. Netanyahu, NDLR] n’y est pas contraint. Mais la pression de l’opinion va être telle, qu’il n’aura pas le choix. Sinon, tout le pays descendra dans la rue », explique Hanan Crystal, commentateur de la politique locale.

Une caricature de Netanyahu publiée vendredi par le quotidien Haaretz le montre en tenue de jardinier arrosant des laitues dans son potager. Sur chacune d’elles sont dessinés les visages des chefs du Hamas.

« Il a échoué sur toute la ligne. Il a ignoré les avertissements des militaires. Il a donné la priorité à la colonisation de la Cisjordanie [occupée par Israël depuis 1967, NDLR] et négligé les kibboutzim, généralement de gauche. Et il est resté prisonnier d’une conception erronée voulant que le Hamas n’oserait jamais s’attaquer à nous avec une telle barbarie », estime Akiva Eldar, politologue.

« Et pour tout arranger, il est incapable de prendre une décision », s’emporte M. Eldar.

La formation d’un gouvernement élargi à des formations d’opposition et d’un cabinet de guerre « aurait dû prendre 48 heures après la tragédie. Il a fallu attendre cinq jours. Un pur scandale », s’est exclamé un éditorialiste de la radio militaire.

Signe qu’Israël n’avait rien vu venir, un haut fonctionnaire gouvernemental a indiqué à l’AFP qu’aucune réunion d’urgence n’était au programme de l’exécutif quand le Hamas a frappé.

Les ennuis de M. Netanyahu avec la justice (il est en procès pour trois affaires de corruption) ne l’ont pas empêché de remporter les législatives de novembre 2022 et de revenir au pouvoir grâce à une alliance avec des partis d’extrême-droite et des formations juives ultra-orthodoxes.

Pour le Likud, le parti de M. Netanyahu, une commission d’enquête après la guerre, est « inévitable ».

« Ce sera une commission mise en place par un gouvernement d’union nationale et si Bibi a fait une erreur, il devra payer », déclare à l’AFP M. Michel Benami, président du bureau du Likud chargé des questions de société.

« En attendant », ajoute-t-il, « il y a une guerre à gérer et c’est le Premier ministre qui est à la manoeuvre ».

Ce que commencent à contester des franges de son électorat qui le soutenaient face aux opposants à sa refonte judiciaire ayant manifesté chaque semaine depuis janvier.

« Il nous a trompés. Nous avions confiance en lui car il a libéré des fonds pour l’éducation dans les écoles religieuses. Mais à quoi sert l’argent, lorsqu’on égorge nos enfants et qu’on viole nos femmes. [Netanyahu] doit démissionner. Il n’est plus casher pour gouverner », déclare à l’AFP un rabbin, Elyezer Moshia, dans la Vieille Ville de Jérusalem.

Rahamim Atali, un chauffeur de taxi de Jérusalem, est encore plus catégorique : « La prison. C’est là qu’il doit finir sa carrière. Ce qu’il a fait est impardonnable, et il le sait ».

Les détracteurs de M. Netanyahu estiment que le schisme qu’il a instillé au sein de la population à cause de sa réforme va se retourner contre lui.

« Il a qualifié ses opposants de traîtres. Mais ce sont eux qui se sont faits [tuer] par le Hamas et ce sont eux aussi qui vont aller en découdre à Gaza », commente un éditorialiste de la radio publique, alors que pointe une offensive militaire israélienne au sol après les bombardements incessants sur Gaza depuis le 7 octobre.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.