Netanyahu : le discours d’Abbas est trompeur, il ne désire pas la paix
Rechercher

Netanyahu : le discours d’Abbas est trompeur, il ne désire pas la paix

Herzog a dénoncé un discours qui ne profite qu' "aux extrémistes des deux côtés ; Liberman évoque "des menaces vides"

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu dirige la réunion hebdomadaire du cabinet au bureau du Premier ministre à Jérusalem, le 20 septembre 2015 (Crédit photo: Ohad Zwigenberg / Pool)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu dirige la réunion hebdomadaire du cabinet au bureau du Premier ministre à Jérusalem, le 20 septembre 2015 (Crédit photo: Ohad Zwigenberg / Pool)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a déclaré que le discours d’Abbas à l’ONU déformait la vérité et a accusé le président de l’AP de ne pas avoir l’intention de faire la paix avec Israël.

« Le discours d’Abu Mazen [Abbas] est trompeur et encourage l’incitation [à la violence] et l’anarchie au Moyen-Orient. Contrairement aux Palestiniens, Israël adhère strictement au statu quo sur le mont du Temple, et est déterminé à continuer à le faire en conformité avec les accords conclus entre Israël, la Jordanie et le Waqf ».

« Nous attendons et demandons instamment à l’Autorité [Palestinienne] et à son chef d’agir de façon responsable et d’accepter l’offre faite par le Premier ministre d’Israël de tenir des négociations directes avec Israël sans conditions préalables. Le fait qu’il n’a pas, maintes et maintes fois, répondu est la meilleure preuve qu’il n’a pas l’intention de parvenir à un accord de paix ».

Herzog : le discours d’Abbas déforme la réalité

Le leader de l’opposition Isaac Herzog a déclaré que la référence de Mahmoud Abbas d’Israël comme un Etat apartheid dans son discours à l’ONU « fausse » la vérité et « ne profite qu’aux extrémistes des deux côtés ».

« Les Israéliens et les Palestiniens méritent l’espoir d’une vie normale. Abbas et Netanyahu sont des leaders qui ont peur de prendre des décisions, et à la place émettent des slogans et des récriminations mutuelles tout en nous laissant faire face à une situation difficile et un avenir incertain », a-t-il accusé, dirigeant aussi ses commentaires contre le Premier ministre israélien.

« Au lieu de profiter d’une occasion rare dans Moyen-Orient de forger des alliances avec les pays modérés qui veulent être nos partenaires contre le terrorisme islamiste généralisé, ils se livrent à de la rhétorique futile ».

Liberman : Abbas profère des menaces vides

Le dirigeant d’Yisrael Beytenu et ancien ministre des Affaires étrangères, Avigdor Liberman, a rejeté la mise en garde de Mahmoud Abbas à l’ONU qui a annoncé que les Palestiniens ne respecteraient plus les accords avec Israël.

Liberman considère cette annonce comme « des menaces vides ».

« Ceci est un autre discours vide avec des menaces vides », a expliqué Liberman.

« Depuis toutes ces années en tant que président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, a incité [à la haine] contre Israël et contre les Juifs, et plus tôt il quittera ce poste, qu’il détient non-démocratiquement et illégitimement, et mieux cela sera ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...