Netanyahu: l’enquête Bezeq est de ‘l’air’ brassé sous la pression médiatique
Rechercher

Netanyahu: l’enquête Bezeq est de ‘l’air’ brassé sous la pression médiatique

"La chasse aux sorcières continue de battre son plein", a ajouté le Premier ministre dans un communiqué

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu dirige une réunion du cabinet du Premier ministre à Jérusalem le 21 janvier 2018. (Alex Kolomoisky / POOL)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu dirige une réunion du cabinet du Premier ministre à Jérusalem le 21 janvier 2018. (Alex Kolomoisky / POOL)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a raillé dimanche l’enquête pour fraude à Bezeq, disant qu’il ne s’agissait que « d’air » brassé sous la pression des médias.

« Une autre enquête sans fondement sous la pression des médias », a fait savoir un communiqué émis par Netanyahu.

« La chasse aux sorcières continue de battre son plein ».

« Après que l’air a fuité des Affaires 1000 et 2000, et après qu’il a été clairement établi qu’il n’y avait pas d’air non plus dans l’Affaire 3000, les médias ont exercé une pression massive pour gonfler un autre ballon, l’Affaire 4000. L’air s’échappera de celle-là aussi », a expliqué le communiqué, se référant aux deux enquêtes (1000 et 2000) dans lesquelles la police a recommandé l’inculpation de Netanyahu et l’affaire des sous-marins (3000) dans laquelle les avocats personnels de Netanyahu sont impliqués.

La police a arrêté dimanche un proche conseiller de Netanyahu et des hauts-responsables en poste au sein du géant des télécommunications Bezeq dans l’Affaire 4000, qui impliquerait une couverture favorable des actions du Premier ministre en échange de bénéfices en faveur de l’entreprise nationale téléphonique.

« La justice a clairement établi dans le rapport rédigé par le contrôleur de l’Etat que le Premier ministre n’a pris aucune décision controversée », a noté le communiqué, indiquant qu’il n’y a « aucun soupçon de conflit d’intérêts ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...