Netanyahu : les coupes budgétaires sont « difficiles mais nécessaires »
Rechercher

Netanyahu : les coupes budgétaires sont « difficiles mais nécessaires »

Le Premier ministre a défendu les coupes budgétaires censées réduire le déficit croissant

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu lors d'une cérémonie en mémoire des présidents israéliens et des Premiers ministres décédés à la résidence du président de Jérusalem, le 17 juin 2019 (Crédit : Noam Revkin Fenton/Flash90)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu lors d'une cérémonie en mémoire des présidents israéliens et des Premiers ministres décédés à la résidence du président de Jérusalem, le 17 juin 2019 (Crédit : Noam Revkin Fenton/Flash90)

Le Premier ministre, Benjamin Netanyahu, a défendu lundi les coupes budgétaires censées réduire le déficit croissant. Il a expliqué au cabinet que le projet du ministère des Finances de réduire de plus d’un milliard d’euros les dépenses publiques avant les élections de septembre était « difficile, mais nécessaire ».

Le cabinet a voté en faveur de ces coupes, bien que les ministres du Likud, Gilad Erdan (Sécurité intérieure) et Yisrael Katz (Affaires étrangères), s’y soient opposés.

La proposition d’une baisse d’un milliard d’euros des dépenses publiques a suscité l’opposition de la part des députés et ministres du cabinet, dont les ministères seront affectés par ces mesures d’austérité.

« Les coupes budgétaires sont difficiles, mais elles sont nécessaires », a déclaré Netanyahu au début de la réunion. « Personne ne les souhaite. Je comprends les ministres dont les ministères sont affectés, mais c’est ce qu’il faut faire. Nous devons nous concentrer sur les priorités. »

Lors de la réunion du cabinet, Netanyahu a déclaré que le ministère des Finances avaient urgemment besoin de débloquer un quart de milliard de shekels pour financer les programmes parascolaires et aider les victimes des récents feux de forêts.

Les coupes budgétaires, qui correspondent à 1,75 % du budget ministériel total, financeront également le projet de construction de la barrière à la frontière gazaouïe.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...