Netanyahu : l’Iran est la « plus grande menace » pour la paix mondiale
Rechercher

Netanyahu : l’Iran est la « plus grande menace » pour la paix mondiale

Après une rencontre avec le ministre allemand des Affaires étrangères, le Premier ministre réitère son appel à un « meilleur » accord nucléaire et à la reconnaissance par les Palestiniens d'Israël comme un Etat Juif

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, le 19 mai 2015, à la résidence présidentielle de Jérusalem (Crédit : AFP Photo / Gali Tibbon)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, le 19 mai 2015, à la résidence présidentielle de Jérusalem (Crédit : AFP Photo / Gali Tibbon)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a réprouvé ce dimanche l’ « agression » iranienne envers le Moyen-Orient.

Il a défendu après du ministre allemand des Affaires étrangères, Frank-Walter Steinmeier, l’idée que le futur accord nucléaire devrait prendre en compte non seulement l’ambition nucléaire présumée de Téhéran mais aussi ses aspirations régionales.

Après avoir noté que « la plus grande menace pour la sécurité d’Israël, pour la stabilité de la région et pour la paix du monde » était la quête présumée de l’Iran d’armes nucléaires, Netanyahu a souligné la campagne iranienne d’ « agression sur l’ensemble du Moyen-Orient, au Yémen, en Irak, en Syrie, au Liban, autour de nos frontières sur le Golan ».

Lors d’une conférence de presse consécutive à sa rencontre avec M. Steinmeier, le Premier ministre a ajouté : « Aujourd’hui, l’Iran parraine le terrorisme à travers le monde, au Moyen-Orient et au-delà : en Asie, en Afrique, en Europe, en Amérique. L’Iran construit une vaste infrastructure de la terreur. »

Netanyahu a encore affirmé que l’Iran « mène, je dirais, une construction par accumulation d’armes conventionnelles sans précédent. Le pays développe une énorme industrie de l’armement, qui comprend des drones, des roquettes, des missiles à guidage de précision, des sous-marins et des satellites ».

Netanyahu a déclaré que lui et M. Steinmeier avaient discuté « longuement » du processus de paix, actuellement au point mort, avec les Palestiniens.

« Je pense que la seule façon de faire avancer les choses est de le faire par des négociations directes », a-t-il ajouté.

« Malheureusement, l’Autorité palestinienne s’est éloignée de ces négociations, mais je reste attaché à l’idée que la seule façon dont nous pouvons parvenir à une paix durable, c’est le concept de deux Etats pour deux peuples. Avec un Etat palestinien démilitarisé qui reconnaît l’Etat-nation juif d’Israël. »

Après sa rencontre avec Netanyahu, le ministre allemand des Affaires étrangères a rencontré le président Reuven Rivlin à la résidence du président, à Jérusalem.

Reprenant la discussion là où ils l’avaient laissée lors de la visite officielle de Rivlin en Allemagne, il y a deux semaines, les deux hommes ont évoqué les développements actuels dans la région et les relations bilatérales entre l’Allemagne et Israël.

Lors de la réunion, Rivlin a évoqué les préoccupations internationales à propos du conflit israélo-palestinien et la nécessité de la reprise des pourparlers.

« Nous n’avons pas besoin d’être mis sous pression », a déclaré le ministre allemand des Affaires étrangères.

« La nécessité de reconstruire Gaza et l’importance de la reprise des négociations directes sont très claires pour nous. Les actions unilatérales des Palestiniens, comme par exemple ce vendredi à Zurich, sont inutiles et constituent un retournement étrange de l’histoire. Que les successeurs de ceux qui ont assassiné des athlètes à Munich promeuvent désormais un boycott d’Israël va à l’encontre des idées d’humanité et de justice. »

Se référant au fait que M. Steinmeier se rendra dans les Territoires tard ce dimanche pour une réunion avec le président de l’Autorité Palestinienne, Rivlin a poursuivi : « Nous espérons qu’au cours de votre rencontre avec Mahmoud Abbas, vous serez en mesure de souligner l’idée que, pour les deux peuples, la seule façon de résoudre le conflit passe par des négociations directes. »

Le ministre allemand des Affaires étrangères a remercié Rivlin pour son accueil chaleureux, et raconté : « Je me souviens que lors de nos rencontres dans le passé, nous avons souvent parlé de la crise dans votre région, et aujourd’hui, nous discutons aussi de la crise dans notre région. L’apaisement de la situation en Ukraine orientale est encore très incertain et le cessez-le-feu est encore très fragile. »

Il a poursuivi : « En même temps, je sais que la situation dans votre région est beaucoup plus compliquée. Je viens d’avoir l’occasion de discuter avec le Premier ministre Netanyahu des nombreuses crises que connaît la région : la Syrie, l’Iran et les Palestiniens. Je crois toujours en la nécessité de reprendre les négociations pour une solution à deux Etats. La situation difficile à Gaza nous impose de réfléchir à des mesures concrètes pour y améliorer la vie quotidienne. Sans quoi, je le crains, la situation se dégradera. »

Steinmeier a déclaré lors de la réunion qu’il souhaitait promouvoir des mesures concrètes pour la reconstruction de Gaza, afin de renforcer la confiance entre les deux parties, ajoutant que la discussion devait se concentrer aussi bien sur la bande de Gaza que sur la Cisjordanie.

Steinmeier et Netanyahu ont tous deux affirmé que l’Europe avait un rôle important à jouer dans la médiation pour mettre un terme au conflit.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...