Netanyahu nomme Gilad Erdan nouvel ambassadeur aux États-Unis et à l’ONU
Rechercher

Netanyahu nomme Gilad Erdan nouvel ambassadeur aux États-Unis et à l’ONU

Le ministre du Likud s'envolera pour Washington seulement après les élections américaines, et Gantz pourra désigner un remplaçant lorsque celui-ci sera Premier ministre

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu (à droite) et le ministre de la Sécurité intérieure Gilad Erdan à la Knesset, à Jérusalem, le 7 septembre 2015. (Crédit : Yonatan Sindel / Flash90)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu (à droite) et le ministre de la Sécurité intérieure Gilad Erdan à la Knesset, à Jérusalem, le 7 septembre 2015. (Crédit : Yonatan Sindel / Flash90)

Exactement 71 ans après l’admission officielle d’Israël aux Nations unies – le 11 mai 1949 – le Premier ministre Benjamin Netanyahu a annoncé qu’il avait nommé le ministre de la Sécurité publique et des Affaires stratégiques Gilad Erdan comme prochain ambassadeur de l’État juif auprès de l’organisme mondial, alors qu’il répartit actuellement les portefeuilles ministériels à son bloc de droite et religieux pour le prochain gouvernement.

Concrètement, cette double nomination soulève une foule de questions : Comment Erdan peut-il se trouver à deux endroits différents en même temps ? Où vivra-t-il avec sa femme et ses quatre enfants, et à quelle fréquence fera-t-il l’aller-retour entre Washington et New York ? Concentrera-t-il ses efforts sur la lutte contre les hostilités aux Nations unies ou sur la conquête du cœur et de l’esprit du peuple et du gouvernement américains ?

Jusque-là, c’est ce qui était prévu. Netanyahu – qui, dans les années 1980, occupait lui-même ce poste prestigieux – avait déjà proposé à plusieurs reprises à Erdan de lui confier ce poste, afin de libérer un portefeuille ministériel nécessaire à un autre membre haut placé de son parti, le Likud.

« Cela fait de nombreuses années que je connais Gilad. Je sais quelles sont ses compétences, ses expériences, ses expertises et je sais quel est son engagement à défendre l’État d’Israël », a commenté Netanyahu, assis aux côtés de l’intéressé, lors d’une allocution filmée depuis son bureau de Jérusalem.

Netanyahu a indiqué que Gilad Erdan ne prendrait son poste d’envoyé à Washington qu’au lendemain des élections présidentielles américaines prévues en novembre, laissant Ron Dermer, son fidèle conseiller de longue date, continuer à assumer cette fonction jusque-là.

« Je suis fier et excité à l’idée d’avoir le privilège de me battre pour dire quelle est notre vérité dans le monde et pour défendre Israël face aux défis qui se profilent pour le pays », a déclaré pour sa part Gilad Erdan, un des députés ayant la plus longue carrière parlementaire.

Le ministre de la Sécurité publique, Gilad Erdan, s’exprime lors d’une conférence de presse à Tel Aviv, le 13 septembre 2018. (Roy Alima/Flash90)

Selon les dispositions présentes dans l’accord de coalition qui a été conclu entre le Likud de Netanyahu et Kakhol lavan de Benny Gantz – qui prévoit une rotation des deux hauts responsables au poste de Premier ministre – Netanyahu pourra choisir les envoyés à l’ONU, au Royaume-Uni, en France et en Australie pendant toute la durée de son mandat. Lorsque Benny Gantz prendra la tête du gouvernement, il pourra toutefois désigner un nouvel ambassadeur à Washington.

Un porte-parole de Kakhol lavan a répété que Gantz procéderait aux nominations de son choix.

Lundi soir, Erdan a déclaré qu’il retournerait effectivement à l’ambassade de Washington après l’interruption de 18 mois exigée par l’accord de rotation.

Michael Oren à la Knesset, le 27 juin 2017. (Yonatan Sindel)

Certains ont demandé si jouer aux chaises musicales avec une affectation chez l’allié le plus important d’Israël était une bonne politique.

Depuis que Netanyahu a pris le pouvoir en 2009, seules deux personnes ont tenu ce rôle, Michael Oren et Dermer.

Il ne fait aucun doute que beaucoup de travail l’attend à l’ONU, qui est toujours occupée par des questions d’importance cruciale pour Israël, concernant l’Iran, la Syrie et les Palestiniens. L’ambassadrice adjointe d’Israël auprès des Nations unies, Noa Furman, verra probablement son rôle s’étendre sans la présence d’un ambassadeur à temps plein. Contrairement à certains de ses prédécesseurs, Netanyahu considère l’ONU comme un lieu important.

« L’ambassadeur errant », c’est ainsi que l’ancienne députée de l’Union sioniste et analyste en politique étrangère Ksenia Svetlova a qualifié Erdan dans un tweet lundi soir.

Les relations d’Israël avec les États-Unis sont « réduites à un jeu de partis politiques », a déploré Shalom Lipner, ancien conseiller des Premiers ministres israéliens et aujourd’hui membre éminent de l’Atlantic Council.

Néanmoins, la nomination d’Erdan a été saluée par ses collègues politiques – notamment par le nouveau chef de l’opposition Yair Lapid – et par la communauté pro-israélienne aux États-Unis.

La Conférence des présidents des principales organisations juives américaines, par exemple, a salué les « liens profonds qu’entretient Erdan avec la communauté juive américaine », ajoutant que ses « dernières affectations lui confèrent des compétences extraordinaires » pour présenter Israël tant à l’ONU qu’aux États-Unis.

Si le démocrate Joe Biden entre dans le Bureau ovale, Erdan devra probablement faire face à un retour au paradigme des deux États (Erdan est fermement opposé à l’idée d’un État palestinien), à une reprise des relations américano-palestiniennes et à une éventuelle renégociation de l’accord nucléaire iranien.

Le natif d’Ashkelon, âgé de 49 ans, ne sera pas le premier à tenir les deux rôles, mais il est extrêmement rare que cela se produise. Le seul homme à avoir occupé les fonctions combinées de représentant aux États-Unis et à l’ONU avait été Abba Eban, considéré comme l’un des plus grands diplomates israéliens des années 1950.

Le ministre israélien des Affaires étrangères Abba Eban à l’aéroport de Londres en 1972. (Photo par Keystone/Hulton Archive/Getty Images via JTA)

À l’époque, des journalistes critiques qui se demandaient comment Eban pourrait remplir ces deux fonctions se sont fait dire que d’autres pays n’ont qu’un seul ambassadeur accrédité à la fois auprès des Nations unies et des États-Unis. Aujourd’hui, quatre pays le font, selon le journaliste diplomatique de la Treizième chaîne, Barak Ravid : Andorre, Saint-Marin, Djibouti et les Maldives. Ensemble, leur PIB représente environ 1/37e de celui d’Israël.

Erdan remplacera à l’ONU Danny Danon, ancien ministre du Likud qui avait été nommé pour trois ans en 2015, un mandat prolongé à plusieurs reprises.

Erdan ayant accepté de devenir ambassadeur, Netanyahu peut dorénavant désigner un autre élu du Likud à une éminente fonction ministérielle, alors que les plus hauts membres du parti se battent pour le nombre de portefeuilles impartis au Likud au sein du prochain gouvernement.

Le Premier ministre pourrait également avoir l’opportunité de faire une offre plus généreuse au parti nationaliste-religieux Yamina, un membre radical déterminant de son bloc ayant averti qu’il prendrait la tête de l’opposition en raison du conflit qui l’oppose au Likud sur son rôle au sein de la prochaine coalition.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...