Netanyahu : Nous continuerons d’agir en Syrie et verrons les Russes à l’ONU
Rechercher

Netanyahu : Nous continuerons d’agir en Syrie et verrons les Russes à l’ONU

"Israël a largement réussi à contrer l'Iran en Syrie et des discussions militaires sont prévues avec Moscou," a affirmé le Premier ministre

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu parle aux journalistes sur le tarmac de l'aéroport Ben Gurion avant d'embarquer pour New York, le 25 septembre 2018 (Crédit : Avi Ohayun/GPO)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu parle aux journalistes sur le tarmac de l'aéroport Ben Gurion avant d'embarquer pour New York, le 25 septembre 2018 (Crédit : Avi Ohayun/GPO)

Les responsables militaires israéliens et russes doivent se rencontrer pour évoquer l’actuelle crise entre les deux pays suite à l’abattage d’un avion-espion russe par les forces aériennes syriennes pendant une frappe aérienne israélienne effectuée la semaine dernière, a expliqué Netanyahu mardi.

S’exprimant devant les journalistes avant d’embarquer dans un avion à destination de New York, Netanyahu a affirmé qu’Israël continuera à combattre les initiatives de l’Iran qui tente de s’ancrer militairement en Syrie.

« Nous ferons tout ce qui est nécessaire pour protéger la sécurité d’Israël », a-t-il dit.

Le cabinet de sécurité, qui s’est réuni dans la matinée de mardi, a émis un communiqué peu de temps après indiquant un message similaire.

Une simulation informatique diffusée par le ministère russe de la Défense, le 23 septembre 2018, prétend montrer les avions chasseurs israéliens près d’un appareil russe de reconnaissance, en rouge, au large des côtes de la Syrie avant son abattage accidentel par les forces syriennes répondant aux frappes israéliennes (Crédit : Ministère russe de la Défense via AP)

« Le cabinet de sécurité a donné pour instruction à l’armée israélienne de continuer à agir contre les tentatives iraniennes d’établir une présence militaire en Syrie en poursuivant la coordination sécuritaire avec la Russie », a dit le communiqué, se faisant l’écho des commentaires des responsables de la Défense israéliens au cours de la semaine passée.

Netanyahu a expliqué s’être entretenu à deux reprises avec le président russe Vladimir Poutine suite à l’incident et lui avoir fait part de ses « sincères » condoléances pour les militaires russes ayant perdu la vie lors de cet « événement tragique ».

Il a exprimé une « tristesse sincère et profonde » devant la mort des soldats russes, causée, a-t-il insisté, par les tirs « irresponsables » de l’armée syrienne.

Depuis trois ans que Jérusalem et Moscou ont convenu d’établir un mécanisme de « déconfliction » pour éviter d’éventuels affrontements entre les deux parties dans l’espace aérien syrien, Israël a « vraiment réussi » à déjouer les efforts d’enracinement en Syrie de l’Iran et ses transferts d’armes avancées au groupe terroriste du Hezbollah, a dit Netanyahu.

« Cela ne signifie pas qu’il n’y a pas eu des exceptions, mais dans la plupart des cas, cela a été une grande réussite », a-t-il ajouté.

Une photo avant/après d’un entrepôt de munitions détruit lors d’une frappe aérienne israélienne sur une base syrienne à Lattaquié, le 18 septembre 2018. (ImageSat International (ISI / Ynet)

L’avion-espion russe a été abattu alors que des jets israéliens effectuaient une frappe aérienne nocturne, lundi dernier, sur un dépôt d’armes situé dans la ville côtière de Lattaquié. Ces armes, selon l’armée israélienne, étaient destinées au groupe terroriste du Hezbollah et autres mandataires de l’Iran. L’appareil a été abattu pendant une riposte des systèmes de défense anti-aériennne syriens, causant la mort de l’équipage composée de 15 militaires.

Depuis la destruction de l’avion-espion de type IL-20, les relations entre Jérusalem et Moscou ont paru se détériorer rapidement.

La Russie a accusé l’un des pilotes israéliens d’avoir utilisé l’avion de reconnaissance comme bouclier après l’attaque, se cachant derrière pour éviter d’être touché par le missile sol-air syrien.

L’Etat juif n’a cessé de nier cette allégation et il a maintenu avoir prévenu les Russes de la frappe douze minutes avant qu’elle n’ait lieu – bien plus longtemps que ne le clame Moscou.

Sur cette photo prise samedi 4 mars 2017, l’avion de reconnaissance russe Il-20 enregistré avec le numéro RF 93610 qui a été accidentellement abattu par les forces syriennes en réponse à une frappe israélienne, ici à côté de l’aéroport de Kubinka, près de Moscou, en Russie (Crédit : AP Photo/Marina Lystseva)

Cette crise a menacé la coordination entre les militaires des deux pays, avec des implications potentiellement graves pour les capacités de combat de l’armée israélienne contre l’Iran en Syrie.

Netanyahu a déclaré mardi que les militaires israéliens et russes oeuvreraient en faveur de la résolution de cette crise.

« Nous nous sommes accordés avec Poutine sur le fait que des groupes de travail issus de l’armée israélienne et de l’armée russe se rencontreront bientôt dans cet objectif », a-t-il commenté.

Dans sa courte déclaration à la presse, le Premier ministre n’a pas mentionné les dernières actions de la Russie en Syrie : la décision de fournir au dictateur syrien Bashar Assad le puissant système de défense S-300 et de mettre en place des équipements de guerre électronique le long de la côte syrienne, qui pourraient brouiller les radars et les équipements de communication israéliens.

Lundi, Jérusalem et Washington ont mis en garde la Russie contre la livraison de ces missiles sol-air avancés dans les quinze jours à venir, disant que cette initiative pourrait encore davantage déstabiliser la région et renforcer des tensions d’ores et déjà élevées.

L’AFP a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...