Netanyahu : Oman autorise Israël à traverser son espace aérien
Rechercher

Netanyahu : Oman autorise Israël à traverser son espace aérien

Sans autorisation similaire des Saoudiens, la promesse de Muscat ne porte pas réellement à conséquence, parce que le sultanat n'est limitrophe d'aucun pays ami d'Israël

Raphael Ahren est le correspondant diplomatique du Times of Israël

Palestinian Authority President Mahmoud Abbas and Omani Foreign Minister Yusuf bin Alawi shaking hands in Ramallah on October 31, 2018. (Credit: Wafa)
Palestinian Authority President Mahmoud Abbas and Omani Foreign Minister Yusuf bin Alawi shaking hands in Ramallah on October 31, 2018. (Credit: Wafa)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a déclaré lundi qu’Oman avait autorisé les avions israéliens à traverser son espace aérien, ajoutant qu’il œuvrait pour obtenir la même autorisation de la part de l’Arabie saoudite.

« Quand j’étais à Oman, le sultan Qaboos [bin Said] a immédiatement confirmé qu’El Al peut survoler Oman », a déclaré le Premier ministre aux diplomates israéliens de Jérusalem.

« C’est pourquoi, il nous reste encore une petite chose à faire », a-t-il ajouté, en montrant l’Arabie saoudite sur une carte. « Nous devons faire en sorte qu’El Al puisse survoler [ce pays] et avec cela, nous ouvrons de nouveaux marchés. »

En octobre, Oman a accueilli le Premier ministre israélien pour une visite surprise, indicatrice d’un rapprochement entre Israël et les pays du Golfe.

Israël a également déclaré qu’il travaillait en faveur d’une normalisation des relations des pays de la région, y compris l’Arabie saoudite et Bahreïn.

Etant donné l’emplacement d’Oman, sur la côte sud-est de la péninsule arabique, à la frontière du Yémen, de l’Arabie saoudite et des Emirats arabes unies – des Etats qui n’ont pas de relations diplomatiques avec Israël – la promesse du Sultan n’a pas d’implication pratique.

Netanyahu a également indiqué qu’Israël sera prochainement autorisé à survoler le Soudan – une nation d’Afrique du nord à majorité musulmane et qui n’a pas de relation diplomatique avec Israël.

« Actuellement nous pouvons survoler l’Egypte, le Tchad, et probablement le Soudan, et de là nous pouvons voler directement vers le Brésil, ce qui nous fais gagner deux heures », a-t-il dit.

Les liaisons aériennes les plus importantes pour Israël sont celles qui relient Tel Aviv à San Francisco, à la Chine et à l’Inde, a fait remarquer Netanyahu, qui est également ministre des Affaires étrangères.

« Nous volons chaque jour avec Air India au dessus de l’Arabie saoudite, et nous pourrons bientôt voler jusqu’à Mumbai », a-t-il dit. « Un vol Tel Aviv-Mumbai plus court qu’un Tel Aviv-Londres », a-t-il dit.

Lors d’une rare apparition au ministères des Affaires étrangères, Netanyahu a également indiqué durant la conférence annuelle des ambassadeurs qu’il ne voit aucune nécessité de nommer un ministère des Affaires étrangères à sa place.

« Tout fonctionne très bien, grâce au peuple », a-t-il répondu à un diplomate qui lui demandait s’il avait l’intention de se faire remplacer à ce poste prochainement.

En plus d’être Premier ministre et ministre des Affaires étrangères, Netanayhu est actuellement ministre de la Défense, de l’Immigration et de la Santé.

Samedi, Hadashot TV a fait savoir que Netanyahu cherchait à officialiser et rendre publics les relations avec l’Arabie saoudite avant la prochaine élection.

Le reportage indiquait que les Etats-Unis et le chef du Mossad Yossi Cohen étaient en plein effort diplomatique, mais aucun autre détail n’a été communiqué.

Les prochaines élections nationales en Israël sont prévues pour le mois de novembre 2019, mais l’establishment politique estime qu’un scrutin anticipé sera organisé.

Une haute-source diplomatique a déclaré à Hadashot TV qu’Israël étaient en pleine négociations avec la nation arabe, sur leur intérêt commun à contrer l’Iran.

Le bureau du Premier ministre n’a pas commenté ce reportage.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...