Netanyahu/pays arabes : La question palestinienne n’entrave pas nos liens
Rechercher

Netanyahu/pays arabes : La question palestinienne n’entrave pas nos liens

Le Premier ministre a déclaré qu'Israël établira des liens avec les États arabes - avec ou sans accord de paix avec les Palestiniens

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu dirige une réunion de la faction du Likud au Parlement israélien le 26 novembre 2018. (Miriam Alster/Flash90)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu dirige une réunion de la faction du Likud au Parlement israélien le 26 novembre 2018. (Miriam Alster/Flash90)

« La paix avec les Palestiniens est un objectif louable en soi, et il ne fait aucun doute que la réalisation de progrès à cette fin aidera nos liens avec les États arabes, mais ne garantit pas qu’ils seront durables », a déclaré mardi le Premier ministre Benjamin Netanyahu, selon les tweets d’un porte-parole.

Il suggère que les Palestiniens sont responsables de l’affaiblissement des relations israélo-arabes florissantes au lendemain des accords d’Oslo, mais indique également que le conflit israélo-palestinien ne constitue plus un obstacle à la réconciliation avec les voisins israéliens dans la région.

« Le fait est que nos relations avec les États arabes qui ont été forgées à la suite des accords d’Oslo ont été interrompues par l’intransigeance et le terrorisme palestinien », a déclaré le Premier ministre.

« Le fait est que nos relations avec les Etats arabes et musulmans se renouvellent en l’absence d’un processus de paix avec les Palestiniens. Cela indique que ces relations, qui reposent sur les atouts et la puissance d’Israël, sont dans une large mesure plus fortes et plus stables », a-t-il ajouté.

« Nous ne conditionnerons pas le développement de nos relations avec le monde arabe à la paix avec les Palestiniens. Nous poursuivrons la paix avec tous et nous irons de l’avant avec nos voisins et les pays de la région qui veulent la paix. Beaucoup le veulent, a-t-il précisé.

L’argent qatari pour Gaza a probablement permis d’éviter l’apparition de maladies

L’unité de coordination des activités gouvernementales dans les territoires (COGAT) du ministère de la Défense a par ailleurs justifié la décision d’Israël d’autoriser le transfert de fonds qataris dans la bande de Gaza, dirigée par le Hamas, affirmant que ces fonds avaient probablement permis de prévenir la propagation de maladies.

« Les infrastructures de Gaza ont été améliorées et la propagation probable de maladies a été évitée grâce à l’argent transféré du #Qatar transitant par #Israël vers la Bande de Gaza. Les épidémies ne connaissent pas de frontières et il est dans l’intérêt de tous de voir l’amélioration continue de la vie des civiles dans toute la région », a-t-il ajouté sur Twitter.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...