Netanyahu pourrait voir le président tchadien à l’ONU
Rechercher

Netanyahu pourrait voir le président tchadien à l’ONU

Une possible rencontre avec le dirigeant de cette nation à majorité musulmane fait partie des efforts du Premier ministre pour développer les relations entre Israël et l'Afrique

Dore Gold, directeur général du ministère des Affaires étrangères (à gauche) avec le président du Tchad, Idriss Déby (à droite) au palais présidentiel de Fada, au cœur du Sahara, le 14 juillet 2016. (Crédit : ministère des Affaires étrangères)
Dore Gold, directeur général du ministère des Affaires étrangères (à gauche) avec le président du Tchad, Idriss Déby (à droite) au palais présidentiel de Fada, au cœur du Sahara, le 14 juillet 2016. (Crédit : ministère des Affaires étrangères)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu espérerait rencontrer le président du Tchad pendant son séjour à New York ces prochains jours pour assister au rassemblement de l’Assemblée générale des Nations unies.

Une rencontre entre Netanyahu et Idriss Déby pourrait avoir lieu en marge de l’Assemblée générale, dans le cadre de l’effort global d’Israël pour renouer les relations avec les nations musulmanes d’Afrique, dont beaucoup n’ont pas de relations diplomatiques officielles avec Israël, a annoncé mardi la Deuxième chaine.

La République du Tchad, pays à majorité musulmane d’Afrique centrale, a coupé ses relations diplomatiques avec Jérusalem dans les années 1970.

En juillet, le directeur du ministère israélien des Affaires étrangères, Dore Gold, a effectué une visite exceptionnelle au Tchad pour s’entretenir avec de hauts responsables.

Quelques 55 % des 13,5 millions d’habitants du Tchad sont musulmans, et environ 40 % sont chrétiens.

« Le Tchad est un pays capital sur le continent africain », avait déclaré le ministère des Affaires étrangères dans un communiqué à ce moment. « C’est un pays musulman de langue arabe qui affronte le terrorisme islamique radical et cette année il assurera la présidence tournante de l’Union africaine. »

Ibrahim Khalil et Dore Gold (d) à Paris lors d'une signature marquant la reprise des relations entre la Guinée et Israël (Crédit : MFA)
Ibrahim Khalil et Dore Gold (d) à Paris lors d’une signature marquant la reprise des relations entre la Guinée et Israël (Crédit : MFA)

La rencontre du 14 juillet de Gold a eu lieu après la reprise des relations diplomatiques entre Israël et la République de Guinée, un petit pays largement musulman d’Afrique occidentale qui avait rompu toutes relations avec l’Etat juif en 1967.

« Le nombre de pays du continent africain n’ayant toujours pas [rétabli leurs relations avec Israël] est en constante diminution, et nous espérons que ce chiffre n’existera bientôt plus », avait déclaré Gold après sa rencontre le 20 juillet à Paris avec Ibrahim Khalil Kaba, chef de cabinet du président Alpha Condé.

Netanyahu a déclaré que l’établissement de relations diplomatiques avec toutes les nations africaines était un objectif stratégique pour son gouvernement, et s’est rendu en Afrique subsaharienne en juillet.

Cette année, le Times of Israël avait annoncé que Netanyahu avait récemment rencontré le président somalien, Hassan Shekh Mohamud, pour la première rencontre au plus haut niveau entre les deux pays. La Somalie, un pays majoritairement musulman sunnite membre de la Ligue Arabe, n’a jamais reconnu l’Etat d’Israël.

Au cours de son voyage en Ouganda, au Kenya, au Rwanda et en Ethiopie en juillet, la première visite officielle d’Un Premier ministre en Afrique subsaharienne en 30 ans, Netanyahu avait annoncé que la Tanzanie comptait ouvrir sa première ambassade en Israël. Il avait également déclaré que les dirigeants des pays l’ayant accueilli avaient promis publiquement de pousser pour qu’Israël retrouve son statut d’état observateur au sein de l’Union africaine.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...