Netanyahu promet de « valoriser » la communauté druze
Rechercher

Netanyahu promet de « valoriser » la communauté druze

Le Premier ministre a déclaré aux Druzes : "Vous êtes une partie de nous, et nous sommes une partie de vous"

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu accueille le chef spirituel druze Sheikh  Muafak Tarif à son bureau de Jérusalem le 1 août 2018. (Bureau du Premier ministre)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu accueille le chef spirituel druze Sheikh Muafak Tarif à son bureau de Jérusalem le 1 août 2018. (Bureau du Premier ministre)

Mercredi, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a déclaré qu’il souhaitait « valoriser » la population druze d’Israël, promettant de répondre aux besoins et aux préoccupations de cette communauté.

L’année dernière, la communauté, que l’on considère être relativement bien intégrée avec les Israéliens juifs, a exprimé une grande colère après le passage d’une loi quasi-fondamentale qui a ancré Israël comme l’Etat-nation exclusif du peuple juif.

Les dirigeants druzes ont fortement critiqué la loi en déclarant qu’elle mettait en place une discrimination officielle entre les Juifs et les non-Juifs. Certains ont prévenu d’une rupture potentielle entre les communautés qui renforcerait ainsi le sectarisme et causerait des dégâts irréversibles au tissu social israélien.

A l’occasion de la fête druze de Ziyarat al-Nabi Shu’ayb, Netanyahu a déclaré dans un communiqué : « Je considère qu’il est très important de valoriser la communauté druze. Nous avons mis en place des politiques pour renforcer l’investissement dans les communautés druzes afin de réduire à un minimum les inégalités sociales ».

Il a dit qu’il était « sensible à vos besoins, à vos difficultés et à vos préoccupations. Je promets de m’en occuper sérieusement ».

Il a déclaré : « Vous êtes une partie de nous, et nous sommes une partie de vous ».

Les Druzes israéliens, qui suivent une branche vieille de 1 000 ans de l’islam chiite, ont fait des contributions majeures au service public du pays. Beaucoup servent dans Tsahal aux côtés de leur compatriotes juifs.

Beaucoup de Druzes ont exprimé leur déception vis-à-vis de la loi, affirmant qu’elle les avait humiliés de manière inutile et qu’elle avait rabaissé leur place dans la société.

Des Israéliens de la communauté druze participent à une manifestation contre la loi de l’Etat-nation d’Israël à Tel Aviv, le samedi 4 août 2018. (AP Photo/Sebastian Scheiner)

Depuis son adoption, des dizaines de milliers de Druzes ont manifesté contre, et plusieurs ont déposé des recours pour la faire annuler.

Des partis du gouvernement actuel de Netanyahu ont reçu un pourcentage significativement plus faible de voix aux élections nationales de ce mois de la part des villages à majorité druze dans le nord d’Israël pour les élections de 2015, selon les résultats publiés sur le site internet de la commission centrale électorale.

Même si Netanyahu a rencontré des groupes de dirigeants druzes pour discuter de leurs craintes sur la loi de l’Etat-nation, il a dans le même temps continué à défendre la législation.

Il a affirmé que la loi était nécessaire pour s’assurer qu' »Israël ne reste pas seulement démocratique, mais aussi l’Etat-nation du peuple juif, et uniquement du peuple juif ».

Pourtant, dans ce qui a été vu comme une tentative de calmer les critiques Druzes, le Bureau du Premier ministre a mis en avant une proposition pour ancrer dans une loi séparée le statut des Druzes et des Circassiens, un autre groupe minoritaire qui sert très largement dans le secteur de la sécurité en Israël. Netanyahu veut aussi leur donner des avantages financiers, ainsi qu’aux autres groupes qui protègent Israël.

Les budgets pour les salaires et l’éducation dans les municipalités druzes sont actuellement au même niveau que pour les communautés juives, mais les budgets pour l’infrastructure et le développement ont été plus réduits d’environ 25 à 40 % que ceux de villes juives, selon Rami Zeedan, un professeur à l’université du Kansas, qui a beaucoup écrit sur l’histoire des Druzes d’Israël.

Les Druzes ont souffert d’une pénurie de terre pour construire de nouveaux villages, et aucun nouveau village druze n’a été créé depuis la fondation d’Israël, même si leur population a été multipliée par dix.

Adam Rasgon a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...