Netanyahu rappelle l’Histoire allemande après l’annonce iranienne sur l’uranium
Rechercher

Netanyahu rappelle l’Histoire allemande après l’annonce iranienne sur l’uranium

Au début du Conseil des ministres, le Premier ministre a de nouveau exhorté les puissances européennes à imposer de "dures sanctions" à l'Iran

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu se rend à une réunion de parti à la Knesset à Jérusalem, le 29 mai 2019. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu se rend à une réunion de parti à la Knesset à Jérusalem, le 29 mai 2019. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a qualifié dimanche de « développement très dangereux » l’annonce par l’Iran qu’il commencerait ce jour à enrichir de l’uranium à un niveau prohibé par l’accord sur son programme nucléaire conclu en 2015.

Au début du Conseil des ministres, Netanyahu a de nouveau exhorté les puissances européennes à imposer de « dures sanctions » à l’Iran, bête noire d’Israël, après cette mesure que Téhéran présente comme une réponse aux sanctions américaines rétablies par les Etats-Unis de Donald Trump.

Accusant l’Iran de vouloir chercher à obtenir des armes nucléaires, le Premier ministre a comparé l’augmentation progressive de l’enrichissement de l’uranium aux premières agressions militaires des Nazis.

« J’ai parlé ce matin… de comment la Seconde Guerre mondiale a commencé en Europe. Elle a commencé quand l’Allemagne nazie a pris une petite mesure, en rentrant en Rhénanie. C’était une petite action, personne n’a rien dit et personne n’a rien fait. L’étape suivante a été l’Anschluss… et l’étape suivante après cela a été d’entrer dans les Sudètes en Tchécoslovaquie. On connaît la suite », a déclaré Netanyahu.

L’annonce de l’Iran constitue un « développement très dangereux et j’appelle mes amis, les dirigeants français, allemand et britannique à imposer de dures sanctions », a déclaré M. Netanyahu.

« Je vous le demande – non pas pour provoquer – mais de notre connaissance commune de l’histoire et de ce qui se passe quand des régimes totalitaires agressifs peuvent franchir des limites pour aller vers des choses qui sont très dangereuses pour nous tous – prenez les mesures que vous aviez promises. Imposez des sanctions ».

« Nous faisons notre part. Nous luttons toujours contre l’agression iranienne, nous ne permettons pas à l’Iran de s’implanter [militairement] en Syrie. Nous agissons pour essayer de l’étouffer dans l’oeuf », a ajouté Netanyahu, en appelant les pays européens à prendre leur part.

Contestée par la communauté internationale, cette décision ne vise, selon Téhéran, qu’à sauver l’accord sur le nucléaire iranien conclu à Vienne en juillet 2015.

D’après la République islamique, il s’agit d’un élément de la riposte à la décision de Donald Trump, en mai 2018, de sortir unilatéralement de ce pacte et de rétablir les sanctions américaines contre l’Iran, qui avaient été levées en vertu de l’accord.

Israël dénonce les agissements de l’Iran dans la région et son programme nucléaire iranien. Téhéran assure que ce programme a une vocation purement civile et qu’il ne vise pas à se doter de l’arme atomique.

Netanyahu a également rappelé dimanche que son pays était, pour sa part, actif contre la présence iranienne en Syrie.

« Nous agissons contre l’Iran, à vous de faire ce que vous avez à faire », a-t-il ajouté, s’adressant aux dirigeants européens.

Le gouvernement britannique a appelé dimanche Téhéran à « immédiatement arrêter » l’enrichissement de l’uranium au-dessus de 3,67 %, ce que l’Iran a confirmé entendre faire dans la matinée, alors que ce niveau est prohibé par l’accord sur son programme nucléaire.

« L’Iran a violé les termes du PAGC (NDLR: nom officiel de l’accord international de 2015)(…). Tandis que le Royaume-Uni reste pleinement attaché à l’accord, l’Iran doit immédiatement arrêter et annuler toutes les activités contraires à ses obligations », a déclaré le ministère des Affaires étrangères dans un communiqué.

Berlin « incite fermement » l’Iran dimanche à renoncer à enrichir l’uranium au-delà de la limite fixée par l’accord international de 2015.

« Nous incitons fermement l’Iran à arrêter toutes activités incompatibles avec ses engagements », a déclaré le porte-parole du ministère allemand des Affaires étrangères. « Nous sommes en contact concernant les prochaines étapes avec les autres participants du PAGC », a-t-il ajouté.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...