Netanyahu remercie Merkel pour les sous-marins et minimise l’importance des enquêtes
Rechercher

Netanyahu remercie Merkel pour les sous-marins et minimise l’importance des enquêtes

Le Premier ministre s’en est aussi pris aux manifestants qui militent devant la maison du procureur général, avec pour but selon lui de faire pression sur le procureur afin qu’il soit inculpé

Marissa Newman est la correspondante politique du Times of Israël

La chancelière allemande Angela Merkel et le Premier ministre Benjamin Netanyahu pendant une conférence de presse conjointe à l'hôtel King David à Jérusalem, le 25 février 2014. (Crédit : Menahem Kahana/AFP)
La chancelière allemande Angela Merkel et le Premier ministre Benjamin Netanyahu pendant une conférence de presse conjointe à l'hôtel King David à Jérusalem, le 25 février 2014. (Crédit : Menahem Kahana/AFP)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a évoqué lundi les enquêtes pour corruption dont il fait l’objet lors de son discours d’ouverture de la session d’hiver à la Knesset, soulignant que l’Allemagne vient tout juste de signer l’accord sur la transaction de sous-marins avec Israël.

Il a remercié la chancelière allemande Angela Merkel pour cet accord, qui, dit-il, prouve que les allégations de corruptions qui entachent cet accord, sont infondées.

« Il n’y a pas de sous-marins, donc que reste-il ? Des cigares ? », s’est exclamé Netanyahu, en référence à une autre accusation portée contre lui, selon laquelle il aurait accepté de luxueux cadeaux de la part d’Arnon Milchan, magnat d’Hollywood.

Dans un discours qui a couvert de nombreux sujets, Netanyahu a également évoqué le projet de loi soumis lors de la dernière session plénière, consistant à faire fermer le quotidien Israel Hayom, propriétaire de Sheldon Adelson.

Il a accusé l’opposition d’avoir joui d’une couverture médiatique positive dans le journal rival Yedioth Ahronoth et de tenter d’éliminer la concurrence.

Il s’en est également pris aux manifestants qui militent devant la maison du procureur général Avichai Mandelblit, qui, dit-il, veulent faire pression sur le procureur pour qu’il l’inculpe, quel qu’en soit le coût.

« C’est donc cela que l’on appelle l’état de droit et la démocratie ? », a déclaré Netanyahu.

Tzipi Livni, députée du partie Union sioniste, a quitté l’assemblée.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...