Netanyahu répond aux questions des internautes avec malice et conciliation
Rechercher
Netanyahu répond à 37 de ses 41 218 questions

Netanyahu répond aux questions des internautes avec malice et conciliation

Malgré de nombreuses moqueries en ligne en amont de l’événement, le Premier ministre s’est exprimé sur Twitter pour répondre aux questions sur sa vision du monde et son engagement pour la paix

Raoul Wootliff est le correspondant parlementaire du Times of Israël

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu  répond aux questions sur Twitter, dans sa résidence de Jérusalem, alors qu'Israël célébrait sa 68e Journée de l'indépendance, le 12 mai 2016 (Crédit : Amos Ben Gershom/GPO)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu répond aux questions sur Twitter, dans sa résidence de Jérusalem, alors qu'Israël célébrait sa 68e Journée de l'indépendance, le 12 mai 2016 (Crédit : Amos Ben Gershom/GPO)

Dans son emploi du temps chargé de la Journée de l’indépendance, impliquant présentation des prix et participation aux cérémonies, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a pris le temps, jeudi, pour une session Twitter de questions-réponses qui l’a vu répondre à des questions sur divers sujets : est-il humain ou non ? Y aura-t-il un Etat palestinien ?

Tout en plaisantant des réactions moqueuses que l’initiative a provoquées depuis qu’elle a été annoncée, Netanyahu a adopté un ton conciliant dans les réponses à un certain nombre de questions sur les Palestiniens, déclarant qu’Israël ne doit « jamais renoncer à la quête de la paix » et soulignant son engagement personnel en faveur du processus de paix.

Cependant Netanyahu, qui a été critiqué pour avoir donné quelques conférences de presse et interviews à la presse locale, a également évité plusieurs questions pointues sur la politique d’Israël envers les Palestiniens.

Le questions-réponses en ligne a été annoncé via le compte Twitter de Netanyahu, mardi, invitant les gens à prendre part à un « chat en direct spécial Jour de l’Indépendance » qui s’est tenu le jour où Israël a célébré ses 68 ans depuis sa fondation, en 1948.

L’invitation demandait aux gens de « tweeter vos questions maintenant: #AskNetanyahu », et comprenait une photo disant : « Vous avez toujours voulu me poser une question ? C’est l’occasion ! »

Une invitation en ligne aux Twittos pour qu'ils posent au Premier ministre leurs questions en utilisant le hashtag #AskNetanyahu (Crédit : capture d'écran de Twitter)
Une invitation en ligne aux Twittos pour qu’ils posent au Premier ministre leurs questions en utilisant le hashtag #AskNetanyahu (Crédit : capture d’écran de Twitter)

Quelques heures après l’annonce, le hashtag #AskNetanyahu faisait son entrée dans les « trending topics » de Twitter en Israël, mais principalement en raison d’une avalanche de réactions négatives, avec des milliers de personnes affichant des réponses indignées et moqueuses.

Sans se décourager et même « impatient de faire participer le public et de diffuser la vérité dans de nouveaux supports », selon le porte-parole Netanyahu David Keyes avant l’événement, le Premier ministre s’est pris d’affection pour la plate-forme de médias sociaux, depuis sa résidence officielle à Jérusalem, pour répondre à certaines des 41 218 questions tweetées sous le hashtag #AskNetanyahu.

Netanyahu a ouvert l’événement en ligne avec une courte vidéo, filmée en face de ballons de la Journée de l’indépendance, suspendus dans la cour de la résidence du Premier ministre, présentant le projet et invitant aux questions.

« Hey Twitter, je suis heureux d’être avec vous aujourd’hui. Ceci est notre jour de l’indépendance. Posez vos questions », a-t-il dit.

Lançant la session de questions-réponses sur une note légère en réponse à une requête demandant s’il répondrait personnellement aux questions par opposition à un programme informatique automatisé, il a écrit en code binaire, « 01111001 01100101 01110011 », ce qui se traduit par « oui ».

Après un certain nombre de réponses ludiques, Netanyahu s’est tourné vers des questions sur la politique du gouvernement et sa vision du monde, donnant une attention particulière au processus de paix avec les Palestiniens et réaffirmant à plusieurs reprises la nécessité de la paix.

« Il n’y a rien que je veux davantage ou pour quoi je m’implique davantage, à bien des égards dont vous n’avez pas idée, et peut-être en apprendrez-vous plus à l’avenir », a-t-il dit en hébreu dans une vidéo en réponse à une question demandant ce qu’il faisait pour parvenir à la paix. « Personne ne veut la paix plus que moi ou Israël. J’ai perdu un frère, j’ai été blessé dans la bataille, j’ai perdu beaucoup d’amis chers. Nous ne devons jamais renoncer à la quête de la paix », a-t-il ajouté en anglais.

Soulignant sa « vision de la paix » dans une autre réponse vidéo, Netanyahu a répété son appel à un Etat palestinien démilitarisé, finissant par dire : « Il serait temps ».

Netanyahu a également réitéré ses déclarations antérieures affirmant qu’il est prêt à rencontrer le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas immédiatement, au domicile de l’un des deux leaders.

« Je suis prêt à rencontrer le Président Abbas aujourd’hui, dès à présent », a-t-il dit en réponse à la question : « Quelles mesures prenez-vous pour protéger Israël à la fois comme Etat juif et démocratique ? »

« Il peut venir chez moi ici, à Jérusalem ou je peux me rendre à son domicile à Ramallah », a déclaré Netanyahu.

Sur les 37 questions auxquelles Netanyahu a répondu, neuf traitaient directement de la question palestinienne. Les questions auxquelles il a choisi de répondre ont été posées par un large panel de personnes, y compris des ambassadeurs étrangers, des journalistes, des Israéliens et des utilisateurs de Twitter du monde entier. Il a répondu aux tweets en anglais, en hébreu et en arabe.

Des milliers de questions ont été reçues de partout dans le monde arabe avec une majorité en provenance d’Égypte, selon le bureau du Premier ministre.

Netanyahu est le premier dirigeant du Moyen-Orient à inviter à ce genre de discours public en utilisant la plate-forme Twitter des médias sociaux et parmi les Premiers ministres de l’Ouest, il suit seulement les États-Unis, le Canada, l’Italie et la Colombie qui ont également lancé des initiatives similaires.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu répond aux questions sur Twitter, dans sa résidence de Jérusalem, alors qu'Israël célébrait sa 68e Journée de l'indépendance, le 12 mai 2016 (Crédit : Amos Ben Gershom/GPO)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu répond aux questions sur Twitter, dans sa résidence de Jérusalem, alors qu’Israël célébrait sa 68e Journée de l’indépendance, le 12 mai 2016 (Crédit : Amos Ben Gershom/GPO)

Un porte-parole du Premier ministre a déclaré au Times of Israel que Netanyahu savourait la possibilité de répondre directement aux questions lui étant posées.

« La discussion Twitter d’aujourd’hui était super. Le Premier ministre a apprécié lire et répondre aux questions du monde entier. Il est important d’utiliser tous les moyens pour répandre la vérité sur Israël et combattre les mensonges », a déclaré David Keyes.

Le questions-réponses a eu lieu dans le cadre d’une semaine de visite en Israël par le directeur des médias de Twitter, Rowan Barnett, qui a annoncé un certain nombre de projets de collaboration avec Israël et les entreprises israéliennes pendant le voyage. Il était sur place jeudi à la résidence du Premier ministre.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...