Netanyahu réunit les dossiers pour l’audience préalable à la mise en accusation
Rechercher

Netanyahu réunit les dossiers pour l’audience préalable à la mise en accusation

Après des semaines d'attente, le Premier ministre dit que ses avocats ont récupéré les documents après avoir accepté de recevoir un paiement partiel

Raoul Wootliff est le correspondant parlementaire du Times of Israël

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu lors d'une conférence de presse au cabinet du Premier ministre à Jérusalem, le 3 avril 2019. (Noam Revkin Fenton/Flash90)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu lors d'une conférence de presse au cabinet du Premier ministre à Jérusalem, le 3 avril 2019. (Noam Revkin Fenton/Flash90)

Les avocats du Premier ministre Benjamin Netanyahu ont rassemblé mardi les dossiers des trois enquêtes de corruption contre lui, après plus d’un mois de refus d’accepter les documents dans le but apparemment de reporter une audience préalable à la mise en accusation qui doit avoir lieu au plus tard le 10 juillet.

Cette décision a été prise après que le procureur général Avichai Mandelblit a reproché à Netanyahu d’avoir demandé un délai la semaine dernière en ne retirant pas ou n’acceptant pas la livraison des documents juridiques. Dimanche, une source de l’accusation aurait déclaré à la Treizième chaîne que la demande « se moquait » du système juridique israélien et que le ministère public poursuivrait immédiatement le Premier ministre s’il ne se présentait pas à l’audience.

« Afin de se rendre à l’audience et de fixer une date en conséquence, un certain nombre de représentants du Premier ministre se sont rendus dans les bureaux du procureur du district de Tel Aviv et ont rassemblé l’essentiel des documents d’enquête concernant leur client », a déclaré le bureau de Mandelblit dans un communiqué.

Selon ce communiqué, les avocats de Netanyahu avaient accepté d’assister à l’audience et « ont l’intention de contacter le bureau du procureur général d’ici le 20 mai afin de coordonner la date de l’audience ».

Il est toutefois précisé que, « si nécessaire, ils peuvent demander un court sursis pour coordonner la date », car ils ne seront peut-être pas prêts le 20 mai pour fixer la date de l’audience.

En demandant vendredi que l’audience préalable à l’inculpation soit retardée, les avocats de Netanyahu ont déclaré que la date limite actuelle du 10 juillet ne leur donnait pas suffisamment de temps pour examiner les dossiers. Ils ont affirmé qu’ils voulaient une audience, mais ont fait remarquer que le Premier ministre faisait face à trois affaires complexes. Ils n’ont pas proposé d’autre date.

Vendredi, le jour où les avocats du Premier ministre ont demandé le report de l’audience, était le dernier jour où ils pouvaient le faire. Le procureur général avait prévenu à la fin du mois dernier que les avocats du Premier ministre devaient fixer la date de l’audience au plus tard le 10 mai ou perdre l’occasion de présenter leur cause avant que des accusations criminelles ne soient portées.

Le procureur général Avichai Mandelblit lors d’une conférence à l’Université Bar-Ilan à Ramat Gan, le 28 mars 2019. (Flash90)

Un porte-parole de Netanyahu a insisté mardi sur le fait que le retard dans l’acceptation des dossiers n’était dû qu’au fait que ses avocats n’avaient pas été payés, alors que des rumeurs selon lesquelles le Premier ministre faisait traîner les choses en longueur pour faire avancer une loi qui lui accorderait l’immunité contre des poursuites. C’est la faute de l’Etat qui, selon le porte-parole, a refusé aux riches bienfaiteurs étrangers de payer les frais de justice du Premier ministre.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...