Netanyahu se réjouit de la future restitution d’un char à Israël par Moscou
Rechercher

Netanyahu se réjouit de la future restitution d’un char à Israël par Moscou

"Cela fait 34 ans que nous cherchons nos combattants et (...) nous n'arrêterons pas tant qu'ils ne reposeront pas dans une tombe juive en Israël", a déclaré Netanyahu lors d'une cérémonie dans le musée où se trouve le char

Le tank de l'armée israélienne capturé en 1982 rendu par la Russie, le 8 juin 2016, (Crédit : Raphael Ahren/Times of Israel)
Le tank de l'armée israélienne capturé en 1982 rendu par la Russie, le 8 juin 2016, (Crédit : Raphael Ahren/Times of Israel)

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a déclaré mercredi à Moscou qu’un char de l’Etat hébreu saisi en 1982 au Liban et qui doit être restitué par la Russie à Israël pourra servir de mémorial à des familles de soldats disparus.

Le char avait été saisi par les forces syriennes lors de la bataille de Sultan Yacoub, durant l’intervention israélienne au Liban, puis donné à la Russie.

Trois soldats israéliens sont portés disparus, présumés morts, depuis cette bataille même s’il n’est pas sûr qu’ils se soient trouvés dans le char en question, selon les médias israéliens.

« Cela fait 34 ans que nous cherchons nos combattants et (…) nous n’arrêterons pas tant qu’ils ne reposeront pas dans une tombe juive en Israël », a déclaré M. Netanyahu lors d’une cérémonie dans le musée où se trouve le char.

Les familles des trois soldats, Zvi Feldman, Yehuda Katz et Zachary Baumel, « auront maintenant ce char, un vestige de la bataille de Sultan Yacoub qu’elles pourront visiter », a dit le Premier ministre, dans des propos en hébreu rapportés par la radio publique israélienne.

« Ils pourront le toucher et toucher la mémoire de leurs fils », a-t-il dit.

Aucune date n’a encore été donnée pour le retour du char en Israël.

« Je profite de cette occasion pour remercier chaleureusement le président (russe Vladimir) Poutine pour ce geste humanitaire », a-t-il ajouté.

Netanyahu est arrivé lundi à Moscou pour une visite de deux jours.

Les entretiens des derniers mois ont essentiellement porté sur la guerre en Syrie, où la Russie soutient militairement le régime.

De son côté, Israël s’oppose au président Bachar al-Assad mais tente de rester neutre dans le conflit, dans lequel est fortement impliqué son ennemi juré, le groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah qui appuie le régime de Damas.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...