Netanyahu téléphone à Pollard : « Quand allez-vous venir ? Nous vous attendons »
Rechercher

Netanyahu téléphone à Pollard : « Quand allez-vous venir ? Nous vous attendons »

Le Premier ministre a exhorté l'ex-espion et sa femme à s'installer en Israël et leur a dit "votre cauchemar est terminé", peu après la fin de sa libération conditionnelle

Lundi, le Premier ministre Benjamin Netanyahu s’est entretenu au téléphone avec Jonathan Pollard. Il a déclaré à l’ancien analyste de la marine américaine, condamné pour espionnage au profit d’Israël, que l’État juif attendait qu’il s’installe ici suite à la fin de sa liberté conditionnelle.

« Quand allons-nous vous voir ici ? Nous vous attendons », a dit Netanyahu à Pollard, en anglais.

La réponse de Pollard, qui a fait rire Netanyahu, n’a pas pu être entendue.

« Vous allez vous sentir à l’aise et vous serez vraiment chez vous », a ajouté le Premier ministre.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu et Esther Pollard, l’épouse de l’espion Jonathan Pollard, à la résidence du Premier ministre à Jérusalem, le 29 juin 2015. (Crédit : Amos Ben Gershon / Autorisation PMO)

Il a également promis de veiller à ce que l’épouse de Pollard, Esther, reçoive le traitement contre le cancer dont elle a besoin.

« Je tiens à vous féliciter pour la fin de votre cauchemar », a-t-il déclaré à Esther, en hébreu.

« Quand vous serez de retour en Israël, ce sera un grand moment pour nous. »

Pollard, 66 ans, était un analyste du renseignement de la marine américaine au milieu des années 80 lorsqu’il a pris contact avec un colonel israélien à New York et a commencé à envoyer des secrets américains en Israël en échange de dizaines de milliers de dollars, ce qui a parfois mis à rude épreuve les relations entre les deux proches alliés.

Il a été arrêté en 1985 et condamné à la prison à vie deux ans plus tard, bien qu’il ait plaidé coupable dans le cadre d’un accord que ses avocats espéraient voir aboutir à une peine plus clémente.

L’espion Jonathan Pollard, reconnu coupable, et sa femme Esther arrivent au tribunal fédéral de New York, le 7 avril 2016. (AP Photo/Mark Lennihan)
En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...