Netanyahu va-t-il geler la loi sur la conversion en raison du scandale ?
Rechercher

Netanyahu va-t-il geler la loi sur la conversion en raison du scandale ?

Le Premier ministre essaie de retarder le vote de la mesure massivement critiquée par les dirigeants juifs américains, mais les dirigeants de Shas et de Yahadout HaTorah dénoncent une “violation des accords”

Examen d'une conversion au judaïsme par une cour rabbinique, à Jérusalem, en juillet 2003. Illustration.(Crédit : Flash90)
Examen d'une conversion au judaïsme par une cour rabbinique, à Jérusalem, en juillet 2003. Illustration.(Crédit : Flash90)

Les dirigeants des partis ultra-orthodoxes Shas et Yahadout HaTorahont ont quitté, furieux, une réunion gouvernementale organisée vendredi en raison des désaccords avec le Premier ministre Benjamin Netanyahu sur le gel d’un projet de loi qui ferait du grand rabbinat le seul organisme autorisé à réaliser les conversions au judaïsme en Israël.

Le projet de loi sur la conversion, ainsi que la décision de ne pas construire un espace de prière pluraliste au mur Occidental, ont mis en colère les Israéliens libéraux et ont déclenché un conflit sans précédent cette semaine entre le gouvernement israélien et les Juifs américains.

Lors de la réunion, Netanyahu a proposé aux dirigeants des six partis de la coalition que le projet de loi soit retardé de six mois, et la création d’une commission publique dirigée par un juge à la retraite pour formaliser un compromis qui satisferait les exigences des députés ultra-orthodoxes et celles des Juifs américains qui s’opposent au projet de loi dans sa forme actuelle.

Selon la proposition, l’Etat demanderait à la Haute cour de justice de geler les requêtes d’appels liées à la conversion qui ont été déposées auprès différents tribunaux par des Juifs libéraux et par l’organisation orthodoxe Giyur Kahalacha au cours des derniers mois.

Aryeh Deri, à droite, président du parti Shas, et le ministre de Yahadout HaTorah Yaakov Litzman pendant une rare réunion conjointe des deux formations à la Knesset, le 19 juin 2017. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Aryeh Deri, à droite, président du parti Shas, et le ministre de Yahadout HaTorah Yaakov Litzman pendant une rare réunion conjointe des deux formations à la Knesset, le 19 juin 2017. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

La proposition a été acceptée par la plupart des dirigeants de partis, selon des sources présentes pendant la réunion à huis clos et qui ont parlé aux médias israéliens.

Le procureur général Avichai Mandelblit aurait également soutenu le gel du projet de loi.

Mais alors lorsque Netanyahu a demandé à son assistant de rédiger une lettre annonçant la décision qu’il enverrait aux dirigeants juifs américains, cela a suscité un échange houleux entre Netanyahu, le ministre de l’Intérieur Aryeh Deri (Shas) et le député Moshe Gafni (Yahadout HaTorah), menant les deux dirigeants ultra-orthodoxes à quitter la réunion.

Deri se serait plaint en affirmant que le retard était une « violation des accords antérieurs ».

Les défenseurs de la législation, principalement les chefs des partis ultra-orthodoxes de la coalition gouvernementale, affirment qu’elle consolide le système de conversion en Israël et protège son intégrité. Ses détracteurs expliquent que c’est une trahison du pluralisme juif.

Même si le projet de loi ne s’applique pas aux conversions effectuées en dehors d’Israël, les dirigeants juifs craignent que cela n’empêche la validité du judaïsme réformé ou conservateur dans le monde entier.

En plus du torrent de critiques émanant de l’étranger, le projet de loi, qui a reçu l’autorisation initiale dimanche de la commission des lois, est contesté au sein même de la coalition : le parti Yisrael Beytenu du ministre de la Défense Avigdor Liberman a soumis une requête contre la législation, que les ministres examineront lors de la prochaine réunion du cabinet.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...