Netanyahu veut établir, avec l’UE, une stratégie face au coronavirus
Rechercher

Netanyahu veut établir, avec l’UE, une stratégie face au coronavirus

S'entretenant avec 7 chefs de gouvernement européens, le Premier ministre souhaite une coopération internationale, propose des tests à domicile et des "hubs aériens sécurisés"

Raphael Ahren est le correspondant diplomatique du Times of Israël

Le Premier ministre Netanyahu s'adresse aux dirigeants européens lors d'une vidéoconférence au ministère des Affaires étrangères à Jérusalem, le 9 mars 2020 (Crédit : Koby Gideon/GPO)
Le Premier ministre Netanyahu s'adresse aux dirigeants européens lors d'une vidéoconférence au ministère des Affaires étrangères à Jérusalem, le 9 mars 2020 (Crédit : Koby Gideon/GPO)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a organisé lundi une vidéoconférence avec sept dirigeants européens, afin de promouvoir une meilleure coordination régionale dans la lutte contre la propagation du coronavirus.

« Je me réjouis de cette occasion de tenir cette vidéoconférence, car je pense que nous pouvons aider nos pays, et nous entraider, en partageant des informations et certaines activités, car je sais que le temps est un facteur essentiel – à la fois votre temps et celui de nos pays », a déclaré Netanyahu aux dirigeants, représentant des pays gravement touchés par l’épidémie ainsi que ceux où aucun cas de la maladie, connue sous le nom de Covid-19, n’a été signalé jusqu’à présent.

Au début de son intervention, le Premier ministre a fait trois suggestions. Tout d’abord, il a proposé que l’Europe se joigne à l’effort israélo-américain consistant à améliorer les méthodes de dépistage du virus mortel.

Dimanche, il s’est entretenu avec le vice-président américain Mike Pence, et les deux hommes ont convenu de tenir des discussions de suivi entre les équipes israélienne et américaine chargées de gérer la crise.

« Les entretiens auront pour but de faire progresser la coopération technologique et scientifique sur la question du coronavirus et de discuter des moyens communs de relever les défis que pose ce virus », a déclaré le cabinet du Premier ministre dans un communiqué.

« Le but ultime est d’avoir des tests à domicile, comme il en existe pour la grossesse ou pour le VIH, que les gens puissent se tester eux-mêmes », a indiqué le chef du gouvernement aux dirigeants européens lors de la vidéoconférence, qui s’est tenue dans une petite salle du ministère des Affaires étrangères à Jérusalem.

« Quand cela se produira, nous pourrons distinguer plus efficacement les personnes en bonne santé des personnes malades. C’est bon pour la santé et c’est très bon pour notre économie, parce que nous allons rencontrer de sérieux problèmes de quarantaines massives, et on ne peut pas faire tourner les économies de cette façon. C’est pourquoi nous mettons en commun nos chercheurs et leurs chercheurs ».

Le Premier ministre a exhorté ses interlocuteurs – le Premier ministre italien Giuseppe Conte, le chancelier autrichien Sebastian Kurz, le Premier ministre hongrois Viktor Orban, le Premier ministre croate Andrej Plenković, le Premier ministre roumain Ludovic Orban, le Premier ministre bulgare Boyko Borissov et le président chypriote Nicos Anastasiades – à contribuer à l’effort s’ils pensent avoir les capacités scientifiques et technologiques pour le faire.

L’Italie, avec plus de 7 300 personnes infectées et plus de 350 décès, est le pays européen le plus touché par le Covid-19. En revanche, pas un seul cas n’a été signalé à Chypre.

« Il doit s’agir d’un effort mondial. La question n’est pas de savoir qui y arrivera le premier, mais comment nous y arriverons tous », a déclaré Netanyahu.

Le Premier ministre a également suggéré de créer des « plateformes aéroportuaires sécurisées » en Europe afin d’atténuer les dégâts causés par les restrictions imposées au transport aérien.

« Nous pouvons désigner des aéroports pour nous, pour nous tous. Et nous statuerons qu’il s’agit d’un aéroport propre. Nous déploierons des efforts constants pour qu’il reste propre. Nous le nettoierons, le désinfecterons, tout le temps – 24 heures sur 24. Et nous testerons également les personnes qui y travaillent en permanence », a suggéré Netanyahu.

« Cela peut aussi être un lieu de rencontre pour les dirigeants, pour les technologues, où ils pourraient se rencontrer et ne pas dépendre uniquement d’Internet, comme c’est le cas actuellement », a-t-il ajouté.

Le Premier ministre Netanyahu s’adresse aux dirigeants européens lors d’une vidéoconférence au ministère des Affaires étrangères à Jérusalem, le 9 mars 2020 (Crédit : Koby Gideon/GPO)

Enfin, il a proposé que chaque gouvernement participant désigne des « référents » pour poursuivre le dialogue et échanger les « meilleures pratiques », puisque chaque pays lutte différemment contre le coronavirus.

Le ministre de la Santé Yaakov Litzman, le conseiller à la sécurité nationale Meir Ben Shabbat, le directeur général du ministère de la Santé Moshe Bar Siman-Tov et le directeur général du ministère des Affaires étrangères Yuval Rotem ont également participé à la vidéoconférence.

Après les remarques de Netanyahu, les dirigeants européens se sont exprimés, mais cette partie de la conférence a été interdite à la presse.

Dimanche soir, lors d’une conférence de presse au bureau du Premier ministre, le Premier ministre a déclaré qu’il tiendrait également une conférence téléphonique « avec les dirigeants des pays du Moyen-Orient ».

Lundi, ses assistants ont refusé de fournir des informations supplémentaires à ce sujet.

Pratiquement tous les pays de la région ont été touchés par la maladie, principalement l’Iran où plus de 230 personnes seraient décédées.

Lundi également, le ministre Litzman a déclaré dans une interview qu’il était probable qu’une annonce soit faite dans la journée, laquelle enjoindrait les voyageurs du monde entier à se soumettre à une quarantaine à leur domicile après être rentrés en Israël.

Un ensemble plus large de protocoles est une « étape nécessaire », a-t-il ainsi indiqué à la radio de l’armée.

« Nous y réfléchissons, et je m’attends à ce que cela se produise », a fait savoir Yaakov Litzman. « Nous pensons que c’est important. Nous allons examiner d’autres facteurs, y compris économiques, et nous prendrons une décision. »

Des touristes américains portant des masques par crainte du coronavirus, visitent le mur Occidental dans la Vieille Ville de Jérusalem, le 27 février 2020. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)

Le virus a franchi une étape importante vendredi, infectant désormais plus de 100 000 personnes dans le monde. Il en a tué près de 3 400.

Israël a déjà exigé le retour des Israéliens de plusieurs pays pour les mettre en quarantaine et a interdit l’entrée des étrangers provenant de plusieurs pays européens et asiatiques. Quelque 80 000 Israéliens se trouveraient aujourd’hui en auto-quarantaine, et de grands événements tels que des concerts et des rencontres sportives ont été annulés.

Les autorités israéliennes ont également recommandé d’éviter tout voyage international non vital.

L’équipe du Times of Israël a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...