Israël en guerre - Jour 288

Rechercher

Neuvième homicide au sein de la communauté arabe cette semaine

Mohand Shalabi, 34 ans, aurait été la victime d'une méprise ; depuis le début de l’année, 70 Arabes ont été tués, 62 d'entre eux par balle

Mohand Shalabi, 34 ans, tué dans le village nord d’Ein Mahil, le 5 mai 2023. (Autorisation)
Mohand Shalabi, 34 ans, tué dans le village nord d’Ein Mahil, le 5 mai 2023. (Autorisation)

Un homme a été abattu, vendredi, dans le village d’Ein Mahil, dans le nord du pays, énième victime d’une série de crimes violents qui a fait neuf morts au sein de la communauté arabe cette semaine.

Il est rapidement apparu que Mohand Shalabi a été victime d’une méprise.

Selon le site d’information Ynet, c’est en fait un de ses proches, qui se trouvait dans les environs au même moment, qui aurait dû être tué.

A l’arrivée des secours, l’homme, âgé de 34 ans, était inanimé et ne montrait aucun signe vital, a fait savoir le service de secours du Magen David Adom dans un communiqué.

La victime, père d’un enfant, a été conduit dans un état critique à l’hôpital italien de Nazareth, qui a constaté le décès peu de temps après son admission.

La police a ouvert une enquête.

Neuf personnes issues de la communauté arabe ont été victimes d’homicides cette semaine.

Lieux où un homme a été abattu près de Qalansawe, le 3 mai 2023. (Crédit : Police israélienne)

Selon Abraham Initiatives, une ONG spécialisée dans la lutte contre les violences, 70 Arabes ont été tués dans des circonstances violentes depuis le début de l’année. L’organisme de surveillance a fait savoir que 62 d’entre eux avaient été tués par balle.

Au cours de la même période l’an dernier, 27 décès de même nature étaient à déplorer.

Par ailleurs, hier jeudi, un homme de 31 ans a été tué par l’explosion de sa moto, à Netanya, dans un incident attribué à une organisation criminelle.

Cette explosion a eu lieu au lendemain de la mort de cinq personnes en l’espace de 24 heures, au plus fort d’une série de crimes violents qui a coûté la vie à deux fois plus de personnes au cours des quatre premiers mois de 2023 qu’à la même période en 2022.

La police sur les lieux d’une fusillade mortelle dans la ville méridionale de Tel Sheva, le 3 mai 2023. (Crédit : Police israélienne)

Jeudi, le chef du Haut Comité de suivi des citoyens arabes d’Israël, groupe de coordination de dirigeants de la communauté arabe, a reproché aux autorités publiques et au ministre de la Sécurité intérieure, Itamar Ben Gvir, de ne pas faire le nécessaire pour lutter contre la criminalité au sein de leur communauté.

« C’est purement et simplement l’anarchie », a déclaré l’ex-député Mohammad Barakeh à la chaîne Kan.

« Personne ne peut croire que la police est incapable de lutter contre la criminalité ou confisquer les armes. »

Il a ajouté que la police connaissait l’identité des criminels, mais n’agissait pas contre eux.

« Le pays a tout simplement abandonné la population arabe », a-t-il poursuivi, suggérant que l’inaction était l’expression d’une politique délibéré.

Il a accusé Ben Gvir « d’incitation à la haine contre les Arabes » et reproché aux autorités de « rejeter la faute sur les victimes ».

Le ministre de la Sécurité intérieure Itamar Ben Gvir, debout près du Premier ministre Benjamin Netanyahu et d’autres ministres dans la salle plénière de la Knesset, le 1er mai 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Ben Gvir, député d’extrême droite en charge de la police et qui a fait campagne en promettant de renforcer la sécurité publique, ne s’est guère exprimé sur cette vague de criminalité, mais s’est rendu dans un poste de police de ville bédouine de Rahat, dans le sud, « pour entendre quel était le besoin des héroïques policiers ».

Quelques heures plus tôt, des manifestants avaient déposé des mannequins, représentant des cadavres, devant le domicile de Ben Gvir, dans l’implantation de Kiryat Arba, en Cisjordanie, pour lui rappeler son échec contre la criminalité au sein de la communauté arabe, dans le cadre d’une « Journée de perturbation » nationale.

La forte augmentation des meurtres, plus nombreux que jamais, est perceptible au sein des communautés juives comme arabes, même si les chiffres sont beaucoup plus élevés dans le dernier cas.

Nombreuses sont les voix qui reprochent l’actuel état de fait à la police, incapable selon elles d’en finir avec les puissantes organisations criminelles et coupable d’avoir ignoré les violences, qu’elles soient de nature familiale, mafieuse ou de genre.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.