New Jersey: un directeur de camps de jeunesse était un prédateur sexuel
Rechercher

New Jersey: un directeur de camps de jeunesse était un prédateur sexuel

L'enquête révèle que beaucoup étaient au courant des abus commis par l'ancien directeur exécutif Leonard Robinson, qui est accusé de 11 cas d'inconduite sexuelle en 25 ans

NJY Camps gère un réseau de camps juifs desservant les zones métropolitaines de New York. (Camps NJY via JTA)
NJY Camps gère un réseau de camps juifs desservant les zones métropolitaines de New York. (Camps NJY via JTA)

Le président de l’association des camps de vacances juifs du New Jersey NJY Camps a exhorté l’ensemble de son conseil d’administration à démissionner, à la suite d’une enquête ayant révélé que le conseil était au courant depuis des années du comportement prédateur de son ancien directeur exécutif.

Le journal new-yorkais Jewish Week a rapporté mercredi que Peter Horowitz, l’actuel président de NJY Camps, a exhorté les 60 membres de son conseil d’administration à se joindre à lui et à démissionner, parce qu’ils avaient permis à l’ancien directeur général, Leonard Robinson, « d’opérer pendant beaucoup trop longtemps sans réelle supervision, créant un environnement dans lequel son abus des autres a pu rester sans contrôle ».

M. Robinson a été forcé de démissionner de son poste aux camps de vacances NJY, qui exploitent divers camps d’été juifs, en avril, après que des allégations d’inconduite sexuelle ont fait surface. Une enquête indépendante sur ces allégations a été achevée en septembre, selon le Jewish Week, mais ses conclusions n’ont été rendues publiques que lorsque le responsable d’une grande fédération juive du New Jersey a lu le rapport et a appelé les 60 membres du conseil des camps NJY à démissionner.

Le rapport des enquêteurs « est une étude honteuse, accablante, déchirante et misérable sur l’échec du leadership », a écrit Dov Ben-Shimon, vice-président exécutif et PDG de la Jewish Federation of Greater MetroWest, NJ, dans une lettre à ses dirigeants la semaine dernière. Sa lettre a été obtenue par le Jewish Week. NJY Camps est partenaire de la fédération MetroWest.

Selon la lettre de Ben-Shimon, le rapport a mis en lumière 11 cas dans lesquels Robinson a « harcelé, maltraité, intimidé et blessé des femmes » au cours de ses 25 ans de mandat à la tête de NJY Camps. Ben-Shimon a également écrit, citant l’enquête, que Robinson utilisait les « fonds NJY » pour « payer les victimes ».

Robinson, 77 ans, a refusé la répondre aux questions du Jewish Week

Ben-Shimon écrit également que l’enquête « souligne clairement le fait que de nombreux membres du conseil d’administration et anciens dirigeants du président étaient au courant du comportement [de Robinson] et n’ont rien fait pour l’empêcher ».

Horowitz, le président du conseil d’administration de NJY Camps, a déclaré qu’il avait l’intention de démissionner « au plus tard en février », a rapporté le Jewish Week .

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...