New York accueille désormais 21 licornes technologiques fondées en Israël
Rechercher

New York accueille désormais 21 licornes technologiques fondées en Israël

Récemment, 10 entreprises fondées par des Israéliens et basées à Manhattan ont atteint une valorisation d'un milliard de dollars, selon l'US-Israel Business Alliance

Image d'illustration de la ville de New York, NYC, USA. (Tomas Sereda ; iStock by Getty Images)
Image d'illustration de la ville de New York, NYC, USA. (Tomas Sereda ; iStock by Getty Images)

À la suite d’une vague d’investissements au cours des derniers mois, New York compte désormais 21 licornes fondées par des Israéliens – des entreprises privées évaluées à un milliard de dollars ou plus – selon l’United States – Israel Business Alliance (USIBA).

Le siège mondial ou américain de chacune de ces entreprises est basé à Manhattan, ce qui fait de New York la deuxième ville au monde où l’on trouve le plus de licornes fondées par des Israéliens, derrière Tel Aviv, a déclaré l’USIBA dans un communiqué.

« Les chiffres que nous voyons à New York sont sans précédent », a déclaré le président de l’USIBA, Aaron Kaplowitz. « Malgré une année remplie de défis et d’incertitudes, New York reste un centre mondial pour les industries en croissance que les entrepreneurs israéliens continuent de bousculer. »

Israël est en train de passer du statut de plaque tournante pour les jeunes entreprises, ce qui lui a valu le surnom de « Startup Nation », à celui de pays développant des entreprises de plus grande taille et de plus grande valeur, dont beaucoup atteignent le statut de licorne.

Le personnel de Yotpo au travail. (Capture d’écran YouTube)

Au cours des six derniers mois, dix entreprises fondées par des Israéliens et basées à New York sont devenues des licornes : Axonius, BigID, Forter, Kaltura, K Health, Melio, Papaya Global, SimilarWeb, Talkspace et Yotpo.

Ils ont rejoint Gett, Monday.com, OrCam, Outbrain, Payoneer, Riskified, Sisense, Taboola, The We Company, VAST Data et Via, selon le communiqué.

La pandémie de coronavirus qui a frappé le monde l’année dernière a d’abord « désorienté la communauté des investisseurs », a déclaré M. Kaplowitz. « Une fois que les investisseurs et les entreprises en phase de croissance ont retrouvé leurs repères, et que certaines technologies ont gagné en pertinence grâce à la pandémie, l’activité d’investissement a repris de manière importante – notamment en 2021. »

Depuis janvier, sept entreprises new-yorkaises fondées par des Israéliens ont franchi le seuil du milliard de dollars. En janvier, Talkspace a annoncé la conclusion d’un accord de fusion de 1,4 milliard de dollars avec Hudson Executive Investment Corp, une société d’acquisition à vocation spéciale, qui fera entrer en bourse le fournisseur de thérapies en ligne.

De gauche à droite, le directeur technique de Melio, Ilan Atias, le PDG Matan Bar et le directeur d’exploitation Ziv Paz. (Autorisation)

Melio, un outil de gestion des comptes fournisseurs pour les petites entreprises, a clôturé un tour de table de 110 millions de dollars, ce qui porte la valorisation de l’entreprise à 1,3 milliard de dollars. Peu après, K Health, une application de télémédecine basée sur l’IA, a annoncé une levée de fonds de 132 millions de dollars sur la base d’une valorisation de 1,5 milliard de dollars.

Le 1er mars, Axonius, une société de gestion des actifs de cybersécurité, dont le siège américain est situé sur l’avenue Madison, a bouclé un tour de table de 100 millions de dollars qui lui a permis d’atteindre une valorisation de 1,2 milliard de dollars. La même semaine, Papaya Global, une plateforme de gestion de la main-d’œuvre, a bouclé un tour de table de 100 millions de dollars, faisant passer sa valorisation au-dessus du milliard de dollars.

Yotpo, une plateforme de marketing électronique, a levé 230 millions de dollars pour une valorisation de 1,4 milliard de dollars. Et, plus récemment, Kaltura, un service de plateforme de vidéo en direct et à la demande, a fixé les conditions de sa prochaine introduction en bourse, ce qui permettra à la société basée à Gramercy d’être valorisée à 2 milliards de dollars.

Ces transactions ont contribué à un premier trimestre record pour les entreprises fondées par des Israéliens, qui ont levé 5,4 milliards de dollars, soit le double du capital qu’elles ont levé au cours du premier trimestre de 2020. L’activité de 2021 a prolongé une tendance de fin 2020, « lorsqu’un trio de licornes a pris son envol », selon le communiqué.

Des employés de Lemonade travaillant au centre de R&D de l’entreprise situé dans un bâtiment templier historique rénové dans le quartier de Sarona à Tel Aviv ; le 20 décembre 2017 (Shoshanna Solomon/The Times of Israel)

SimilarWeb, une plateforme d’information commerciale qui surveille le trafic des sites web et des applications mobiles, a atteint une valorisation d’un milliard de dollars après avoir conclu un tour de table de 120 millions de dollars en octobre. Le mois suivant, Forter, un pionnier de la détection des fraudes pour les détaillants, a obtenu 125 millions de dollars, ce qui a plus que doublé sa valorisation à 1,3 milliard de dollars. Et pour terminer l’année, BigID, une plateforme de protection et de confidentialité des données basée à SoHo, a réalisé un tour de table de 70 millions de dollars qui a porté sa valorisation à 1 milliard de dollars.

« La véritable histoire ici est l’impact que la Covid-19 a eu sur l’accélération de l’adoption généralisée de technologies spécifiques, telles que la télésanté et les plateformes qui permettent des expériences de travail à distance plus fluides », a déclaré M. Kaplowitz. « Ces entreprises avant-gardistes créeront davantage d’emplois chez nous et apporteront une activité commerciale indispensable à une économie locale en pleine reprise. »

En 2019, lorsque la United States – Israel Business Alliance a publié les conclusions du tout premier rapport sur l’impact économique de New York – Israël, seules cinq licornes fondées en Israël avaient leur siège à New York.

Au cours de l’année écoulée, deux de ces entreprises ont abandonné leur statut de licorne en entrant en bourse : Lemonade, une société d’assurance en ligne, a fait ses débuts à la bourse de New York en juillet et, au début du mois, Compass, une société de technologie immobilière, a également procédé à une première offre publique d’actions.

Chacune des trois entreprises restantes de la liste initiale de 2019 a annoncé plus tôt cette année un accord de fusion qui les rendra publiques via le SPAC. Ces accords valorisent Payoneer à 3,3 milliards de dollars, Taboola à 2,6 milliards de dollars et The We Company à 7,9 milliards de dollars.

« Les SPAC ont introduit un nouvel outil d’investissement sur le marché qui peut accélérer l’évaluation à un milliard de dollars tout en initiant une transition rapide vers une introduction en bourse », a déclaré Kaplowitz. « Dans les mois et les années à venir, nous devrions nous attendre à ce que les sociétés à chèque en blanc jouent un rôle de premier plan en aidant la nation Start-Up à devenir la nation Scale-Up. »

La United States – Israel Business Alliance vise à renforcer les relations économiques entre les différents États américains et Israël. Basée à New York, l’USIBA a récemment ouvert son deuxième bureau, à Miami.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...