Israël en guerre - Jour 143

Rechercher

Nice : Un influenceur pro-Hamas condamné pour apologie du terrorisme

L'homme a été condamné à 18 mois de prison dont six mois de sursis ; il avait aussi proféré des menaces de mort contre Christian Estrosi

Le tribunal de Nice. (Crédit : Ministère de la Justice)
Le tribunal de Nice. (Crédit : Ministère de la Justice)

Un influenceur français, boucher au chomâge, qui avait pris fait et cause pour les terroristes du Hamas et insulté le maire de Nice dans deux vidéos publiées mi-octobre sur TikTok a été jugé le 18 décembre dernier par le tribunal correctionnel de Nice, a rapporté Le Figaro.

Il a été condamné à 18 mois de prison dont six mois de sursis probatoire – une peine aménageable avec bracelet électronique – pour apologie du terrorisme, incitation à la haine à raison de la religion, outrages et menaces de mort visant le maire de Nice. La justice a aussi retenu une interdiction de travail sur les réseaux sociaux pendant cinq ans, et le condamné devra réaliser un stage de citoyenneté. L’exemplarité de la peine définitive devait aussi être diffusée dans Nice Matin pendant sept jours.

Lors de son procès, l’homme, Oussema F., 26 ans, Italien et résident à Antibes (Alpes-Maritimes) avec femme et enfants, a expliqué être « peace and love » et n’avoir cherché qu’à faire le buzz via ses trois comptes TikTok qui cumulent 43 000 abonnés.

« Je n’ai aucune haine », a déclaré Oussema F.. « J’ai fait ça pour le buzz (…) Franchement, la guerre, moi, j’m’en fous ! » « Je dis juste des insultes en rebeu pour faire rire. Je me force à m’énerver et à crier sur mes vidéos », a-t-il aussi affirmé.

Après avoir posté deux vidéos insultantes et menaçantes en arabe le 22 octobre, il avait été interpellé et placé en détention provisoire pendant cinq semaines.

Dans ces séquences, il lançait « Allez le Hamas ! » et disait espérer de nouvelles attaques contre Israël. À Christian Estrosi, il disait : « Drapeau d’Israël mes coui…, demain je l’enlèverai et t’étranglerai avec puis le mettrai dans ton c…! Demain ta mère la p… on va la niq… facho » Il avait aussi reproché au maire de Nice d’avoir réclamé des excuses au footballeur Youcef Atal, qui avait partagé la vidéo d’un prédicateur antisémite.

Youcef Atal de Nice en action lors d’un match de football au stade Allianz Riviera de Nice, France, le 27 octobre 2022. (Crédit : AP Photo/Daniel Cole, File)

Avant une manifestation pro-palestinienne à Nice, Oussema F. avait aussi annoncé quelque chose « d’historique ». « On n’est pas des gilets jaunes, samedi la France elle va… », avait-il déclaré, sans plus s’avancer, faisant planer le doute sur un potentiel acte terroriste.

Lors de son procès, la procureure a dénoncé « des propos injurieux, qui n’ont rien de drôle, qui peuvent attiser une certaine violence » et le président a considéré que l’individu pouvait être considéré comme un « vecteur de diffusion de cette haine ». Le prévenu a formulé quelques excuses et a prétendu qu’il n’avait pas mesuré la violence et la gravité de ses propos.

L’antisémitisme connaît une forte hausse en France et à travers le monde depuis les attaques du 7 octobre contre Israël.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.