Nitzan Horowitz remporte les primaires du Meretz
Rechercher

Nitzan Horowitz remporte les primaires du Meretz

L'ancien journaliste a pris le dessus sur Tamar Zandberg et a appelé les partis de centre-gauche à s'unir avant les élections de septembre

Nitzan Horowitz, le chef nouvellement élu du parti Meretz, montre sa joie alors qu'il prononce son discours de victoire, après avoir pris la tête du parti lors d'un vote qui s'est tenu à Tel aviv le 27 juin 2019. (Gili Yaari / Flash90)
Nitzan Horowitz, le chef nouvellement élu du parti Meretz, montre sa joie alors qu'il prononce son discours de victoire, après avoir pris la tête du parti lors d'un vote qui s'est tenu à Tel aviv le 27 juin 2019. (Gili Yaari / Flash90)

L’ancien député Nitzan Horowitz a remporté jeudi le suffrage pour diriger le parti de gauche Meretz après le vote des environs 1 000 délégués du parti.

Horowitz, qui avait était député à la Knesset de 2009 à 2015, a reçu 459 votes contre les 383 voix qui se sont prononcées en faveur de la députée Tamar Zandberg, chef du parti sortante.

En remportant la bataille pour la direction du parti, l’ancien journaliste est devenu le premier chef d’un parti de la Knesset ouvertement gay  dans l’histoire d’Israël.

« Meretz a un chemin clair et direct d’amour pour les humains, et de foi en l’égalité et la liberté », a déclaré Horowitz dans un discours de victoire prononcé au centres des conventions Expo Tel Aviv où le vote se tenait. « C’est le chemin que j’ai emprunté toute ma vie et que je vais poursuivre. Ce mode de vie est menacé et Meretz va lutter pour la liberté de tous, contre l’obscurantisme, le racisme et la coercition. »

Le parti de gauche a remporté quatre sièges à l’élection d’avril, mais il cherche à obtenir un meilleur score aux prochaines élections prévues pour septembre en s’alliant à d’autres parti du centre gauche, comme les travaillistes.

Des manifestants israéliens, portant des pancartes avec le logo de Meretz, et une photo du président turc Recep Tayyip Erdogan, participent à une manifestation devant le musée de Tel Aviv, le 25 mai 2019. (Tomer Neuberg/Flash90)

« Meretz est prêt à mener des négociations et à coopérer sur la base de nos valeurs », a-t-il dit. « Nous sommes de gauchistes fiers. Nous avons besoin de former des alliances avec d’autres groupes et les chefs de la communauté arabe et druze. Notre façon de faire et nos valeurs sont la raison d’être de notre parti. Nous avons une responsabilité historique pour créer une gauche forte. Si s’est nécessaire, nous serons une opposition combative que [le gouvernement de droite] n’oubliera pas. »

Horowitz a critiqué le Premier ministre Benjamin Netanyahu, qu’il a accusé de « faire des accords de corruption politique » pour éviter la prison dans trois affaires de corruption où il risque d’être inculpé. Horowitz s’en est aussi pris au parti Kakhol lavan qu’il a décrit comme une « bulle de savon ».

Il a cependant salué le président de la Knesset Yuli Edelstein, qui a reconnu leurs « extrêmes différences d’opinion », et d’autres, y compris le numéro 2 de Kakhol lavan Yair Lapid.

La candidate à la tête du parti et députée Tamar Zandberg dépose son bulletin au bureau de vote à Tel Aviv le 27 juin 2019.
(Flash90)

Zandberg, qui avait pris la tête du parti en mars 2018, a félicité Horowitz et a clairement dit qu’elle avait l’intention de continuer sa carrière en politique.

Le candidat à la tête du parti Nitzan Horowitz dépose son bulletin au bureau de vote à Tel Aviv le 27 juin 2019.
(Flash90)

« Ce n’est pas agréable de perdre, mais celui qui ne perd pas parfois ne gagne jamais », a déclaré Zandberg dans un communiqué. Je souhaite à Nitzan de réussire. Pour nous, Meretz est plus important que l’individu, c’est la gauche israélienne. Je suis ici pour l’avenir de mon pays et je ne vais nulle part. »

Le 11 juillet, les délégués voteront pour désigner qui composera le reste de la liste du parti aux élections.

(De gauche à droite L-R) Gaby Lasky, Issawi Frej, Tamar Zandberg et Mossi Raz lors d’une conférence ce presse du parti Meretz le 17 juin 2019. (Elad Malka)

Mercredi, la Treizième chaîne a diffusé un sondage qui montrait que si les élections avaient lieu immédiatement et non pas en septembre, Meretz passerait de quatre à six sièges.

Zandberg et Horowitz étaient les deux seuls candidats à la tête du parti après que le député Issawi Frej et l’ancien député Mossi Raz ont renoncé à se présenter et ont soutenu Zandberg.

Lors de la primaire ouverte du Meretz avant les élections d’avril, qui s’est tenue en février, 86 % des membres du parti de gauche ont voté, soit environ 21 000 personnes, dans l’un des 131 bureaux de vote présents dans le pays.

Pourtant, pour les élections de septembre, Meretz a pris la décision de limiter sa primaire aux seuls membres du comité central du parti.

Maretz a franchi de peu le seuil électoral aux dernières élections, recevant 3,7 % du vote national et remportant quatre sièges à la Knesset.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...