Israël en guerre - Jour 192

Rechercher

Nomination des juges : Gotliv maintient sa candidature, colère de l’opposition

Des députés du Likud ont par ailleurs confirmé que le Premier ministre avait l'intention de faire reporter le vote, suscitant la colère de Benny Gantz et de Yair Lapid

La députée du Likud Tally Gotliv arrive au bureau du Premier ministre Benjamin Netanyahu à la Knesset, le 14 juin 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
La députée du Likud Tally Gotliv arrive au bureau du Premier ministre Benjamin Netanyahu à la Knesset, le 14 juin 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

La législatrice Tally Gotliv a confirmé, mercredi, qu’elle ne retirera pas sa candidature pour obtenir un siège à la Commission de sélection judiciaire du côté de la coalition – un vote qui doit avoir lieu dans la même journée. Elle a confirmé cette information immédiatement après avoir quitté le bureau du Premier ministre à la Knesset, où elle avait été convoquée pour un entretien.

Alors qu’il lui était demandé comment la rencontre avec Netanyahu et avec les autres chefs des partis de la coalition s’était déroulée, Gotliv a dit aux journalistes qu’elle avait été « compliquée ».

Moshe Passal, du Likud et un député du Shas, Uriel Busso, se seraient pour leur part retirés de la course – ce qui laisse six candidats en lice pour les deux sièges au sein de la Commission de sélection judiciaire.

En général, les politiciens s’accordent en amont du vote de manière à ce que les noms de deux candidats seulement figurent sur les bulletins. L’opposition, pour sa part, s’est réunie autour de la candidature de Karine Elharrar, élue sous l’étiquette de Yesh Atid, tandis que la coalition a promis au parti Otzma Yehudit un siège au sein du panel.

Par ailleurs, un groupe de chefs d’entreprise de premier plan a appelé Netanyahu à « faire preuve de « sagesse politique » et à garantir que la tradition qui consiste à nommer un représentant de la coalition et un délégué de l’opposition au panel chargé de nommer les juges au sein de l’État juif serait bien respectée. Parmi les signataires de l’Israel Business Forum, certains des dirigeants des plus grandes banques et des plus importantes entreprises du pays.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu arrive à son bureau à la Knesset, le 14 juin 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

« L’économie est dans la tourmente depuis de nombreux mois », a dit le courrier écrit par le forum. « Nous, qui avons une vision d’ensemble de l’économie israélienne, expérimentons cela dans tous les secteurs et nous nous inquiétons de ce qu’un changement de pratique – une pratique qui existe depuis de longues années – entraîne de nouveaux dégâts irréversibles dans la confiance portée par les investisseurs dans l’économie israélienne, et dans la capacité de notre pays à s’extraire de la crise actuelle ».

Des députés du Likud ont en outre confirmé au Times of Israel que le Premier ministre leur avait demandé, pendant la réunion de faction hebdomadaire, de voter contre tous les candidats qui se présenteront au scrutin de mercredi, dans l’espoir de pouvoir reporter le vote d’un mois.

S’il ne reste que deux candidats lors de l’élection, les parlementaires peuvent alors voter « contre » eux et s’ils sont une majorité à le faire, alors un nouveau vote sera organisé dans trente jours.

Netanyahu espère amener tous les députés de la coalition à se retirer de la course – il ne resterait donc que Karine Elharrar (Yesh Atid) et Tally Gotliv (Likud), qui a fait savoir qu’elle ne se retirerait du vote dans aucune circonstance.

Le leader du parti HaMahane HaMamlahti pendant une réunion de faction à la Knesset, le 12 juin 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Une annonce qui a fait réagir le leader de la formation HaMahane HaMamlahti, Benny Gantz, qui a indiqué que si la coalition devait reporter l’élection des membres de la Commission de sélection judiciaire, il retirerait sa faction des négociations de compromis entamées dans le cadre du projet de réforme du système israélien de la justice.

« Si la coalition bloque l’élection à la Commission de sélection judiciaire qui doit se tenir aujourd’hui, nous ne participerons plus aux pourparlers en cours à la résidence du président », a fait savoir la formation dans un communiqué. « Tous ceux qui sont soucieux de préserver la démocratie, la stabilité et de maintenir le dialogue pour trouver un accord doivent aujourd’hui faire preuve de responsabilité et permettre l’établissement » du panel chargé de nommer les juges à leur poste.

Le chef de l’opposition, Yair Lapid, a également critiqué le Premier ministre Benjamin Netanyahu, disant qu’il serait « à l’origine » de la rupture des négociations sur le plan de refonte du système judiciaire s’il devait tenter d’ajourner le vote.

Netanyahu « piétine la démocratie, l’économie, la sécurité et l’unité du peuple. Il a trahi son engagement à l’égard du président et il sera à l’origine de la fin des pourparlers », a-t-il estimé dans une déclaration.

Lapid a accusé le Premier ministre d’avoir « perdu le contrôle de son gouvernement » et d’être « le prisonnier d’extrémistes ».

Les organisateurs des manifestations en cours contre les projets du gouvernement visant à réformer le système judiciaire ont affirmé qu’ils manifesteront à Tel Aviv mercredi soir si la candidate de l’opposition Karine Elharrar n’est pas élue à la commission de sélection des juges.

« Netanyahu a décidé de détruire le pays. Seul la population peut sauver Israël d’une sombre dictature », ont-ils déclaré dans un communiqué.

Le parti Yisrael Beytenu d’Avigdor Liberman, membre de l’opposition, a déclaré de son côté qu’il voterait en faveur de la nomination de Gotliv à la commission de sélection des juges, dans le but de torpiller les efforts de Netanyahu pour retarder la nomination de deux députés au sein de cette commission.

« Nous agissons selon la tradition de deux candidats », a déclaré le parti dans un communiqué, c’est-à-dire un pour la coalition et un pour l’opposition. « Nous ne dansons pas au son de la flûte de Netanyahu. »

Mais le parti HaMahane HaMamlahti de Gantz a annoncé qu’il ne votera que pour la candidate Karine Elharrar. Une déclaration du parti a indiqué que « nous ne jouerons pas de jeux et ne risquerons pas de garder la députée Gotliv » en tant que membre de la commission.

Enfin, les chefs des partis de la coalition ont appelé les partis de l’opposition à poursuivre les négociations sur son plan de réforme que le président Herzog est en train de négocier.

Dans une déclaration, les dirigeants de la coalition reprochent à la députée Gotliv (Likud), de ne pas avoir retiré sa candidature, affirmant qu’ils n’avaient donc « pas d’autre choix » que de travailler à repousser d’un mois la nomination de deux députés au sein de la commission.

« Les chefs de la coalition appellent l’opposition à cesser de poser des ultimatums et de chercher des excuses pour faire échouer les négociations », était indiqué dans la déclaration.

Sharon Wrobel a contribué à l’écriture de cet article.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.