Rechercher

« Nous voulons vivre ensemble »: un élu arabe appelle à l’unité face au terrorisme

Esawi Frej, ministre de la Coopération régionale du Meretz, a déclaré à la communauté juive de New York que les extrémistes veulent compromettre les progrès en Israël

Luke Tress est le vidéojournaliste et spécialiste des technologies du Times of Israël

Le ministre de la Coopération régionale, Esawi Frej, s’adresse aux représentants de la communauté juive à New York, le 29 mars 2022. (Crédit : Gili Getz)
Le ministre de la Coopération régionale, Esawi Frej, s’adresse aux représentants de la communauté juive à New York, le 29 mars 2022. (Crédit : Gili Getz)

NEW YORK – À l’occasion d’une réunion à New York avec des représentants de la communauté juive, le ministre de la Coopération régionale, Esawi Frej, a appelé à l’unité judéo-arabe en Israël face aux attentats terroristes.

Prenant la parole alors qu’un homme armé venait de tuer cinq Israéliens à Bnei Brak, Frej, le deuxième ministre arabe d’Israël, membre du parti de gauche Meretz, s’est déclaré « inquiet » des récents attentats. Il pense néanmoins que la « majorité silencieuse » des Juifs et des Arabes d’Israël peut s’opposer à l’extrémisme.

« La majorité d’entre nous voulons vivre ensemble. Nous aimons la vie. Ne laissons pas l’extrémiste l’emporter, ne permettons pas à ce meurtrier de gagner », a-t-il déclaré au Times of Israël. « Arabes comme Juifs, nous avons les mêmes intérêts. Pour que notre pays soit fort, nous devons marcher main dans la main. »

Frej a pris la parole devant les représentants de la communauté juive, lors de l’événement organisé par le groupe de défense New York Jewish Agenda. Il effectuait un déplacement aux États-Unis à la demande du ministre des Affaires étrangères, Yair Lapid, pour rencontrer la communauté juive et le Congrès, a-t-il précisé.

Il a déclaré que les extrémistes, comme les terroristes qui ont tué 11 personnes à l’occasion de trois attentats en Israël la semaine dernière, tentaient de faire dérailler le processus de progrès sociaux, y compris au sein-même du gouvernement israélien. La coalition gouvernementale comprend le parti islamiste Raam, premier parti arabe indépendant à faire partie d’un gouvernement israélien.

« Quelque chose a changé dans l’air, en Israël. Cette dynamique essaie de saper les bases du progrès », a-t-il déclaré à propos des attentats. « C’est la première fois en 73 ans que nous avons une coalition avec un parti arabe en Israël. »

« Nous avons besoin de temps. Je le sais. C’est un défi majeur. Pour nous, pour la majorité des gens. C’est pourquoi nous devons être forts, Arabes et Juifs », a-t-il déclaré.

Peu de temps après l’attentat, Frej avait déploré la mort d’un policier arabe israélien qui, avec son partenaire, était parvenu à rattraper et abattre le terroriste, mais qui avait été mortellement blessé dans la fusillade et était décédé quelque temps après à l’hôpital.

Amir Khoury, le policier tué dans l’attentat de Bnei Brak, le 29 mars 2022. (Crédit : police israélienne)

« Amir Khoury, officier courageux et citoyen arabe, a été tué en affrontant courageusement un terroriste », a écrit Frej sur Twitter. « Nous ne pouvons pas oublier que nous tous, Arabes et Juifs, vivons ici ensemble, partenaires dans nos vies et notre destin. Aujourd’hui, nous avons peur et sommes tristes ensemble. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...