Rechercher

Nouveaux maires, davantage de femmes : les élections locales de 2018 résumées

Affluence faible, chiffre élevé lors du second tour de scrutin de mardi ; le vote du Conseil régional de Hof Ashkelon a été reporté en raison des tirs de roquettes de Gaza

Un homme montre les bulletins de vote des candidats à la mairie de Jérusalem Ofer Berkovich et Moshe Lion, pendant les préparations pour le second tour dans un entrepôt de Jérusalem, le 11 novembre 2018 (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Un homme montre les bulletins de vote des candidats à la mairie de Jérusalem Ofer Berkovich et Moshe Lion, pendant les préparations pour le second tour dans un entrepôt de Jérusalem, le 11 novembre 2018 (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Cinquante-quatre municipalités ont tenu leur deuxième tour de scrutin mardi, inaugurant des changements dans de nombreux grands centres urbains du pays.

A Jérusalem, la capitale et la plus grande ville d’Israël, et donc aussi le second tour le plus surveillé, Moshe Lion a battu Ofer Berkovitch par une mince marge de 51,5 % contre 48,5 %.

Dans la quatrième plus grande ville d’Israël, Rishon Lezion, le challenger Raz Kinstlich a battu le maire en poste depuis deux mandats Dov Tzur, un homme politique populaire victime d’enquêtes pour corruption, avec 53 % contre 47 %.

Les victoires de Hagar Perry Yagur à Pardes Hannah-Karkur (avec 54 % des voix) et de Yeela Michal Maklis à Yahud-Monson (56 %) ont porté à 13 le nombre de femmes élues maires lors des dernières élections, une augmentation spectaculaire par rapport aux cinq qui avaient gagné aux élections locales en 2013.

Au total, quelque 833 000 Israéliens ont voté au second tour mardi.

Ce fut une mauvaise année pour les sortants. Nissim Malka a perdu son siège à Kiryat Shmona face au challenger Avichai Stern par un résultat de 37 % contre 63 %. A Ramat Gan, Carmel Shama Hacohen, ancien député du Likud et ambassadeur d’Israël auprès de l’UNESCO et de l’OCDE, a terminé sa longue lutte avec Israël Zinger, maire sortant, en s’imposant à 56 contre 44 %. À Bat Yam, Zvika Brot a battu le maire sortant Yossi Becher à 63 % contre 37 %.

Arkady Pomerantz a détrôné Shlomo Buhbut, maire de Maalot-Tarshiha depuis 42 ans, le plus ancien maire d’Israël, par une large victoire de 65 % à 35 %.

A Oum al-Fahm, le changement a été particulièrement marqué. La ville arabe israélienne, autrefois dirigée par le prédicateur islamiste Raed Salah, a vu un candidat sortant associé au Mouvement islamique, Khaled Aghbaria, vaincu à 54 % contre 46 % par un ancien directeur d’école indépendant, Dr Samir Mahamid.

A Safed, le candidat du Likud Shuki Ohana a battu le candidat ultra-orthodoxe Nahman Avraham Gelbach par une large fourchette (61 % / 39 %), aidé par un morcellement du vote ultra-orthodoxe dans cette ville. Dans la ville ouvrière d’Eilat, la ville la plus au sud d’Israël, le challenger Yitzhak Halevy a battu Dubi Cohen (55 % / 45 %). Et dans la riche Hod HaSharon, Amir Kochavi a battu l’ancien député Yifat Kariv dans sa tentative de diriger la ville par une victoire spectaculaire de 69 % à 31 %.

Dans le Gush Etzion, la seule municipalité de Cisjordanie à organiser un deuxième tour de scrutin, le président sortant Shlomo Neeman s’est opposé à la tendance en conservant son siège face à son adversaire Moshe Saville avec une victoire de 56 % contre 44. Dans le Gush Etzion, la seule municipalité de Cisjordanie à organiser un deuxième tour de scrutin, le président sortant Shlomo Ne’eman s’est opposé à la tendance en conservant son siège face à son adversaire Moshe Saville avec une victoire de 56 % contre 44 %.

Les élections locales ont été reportées au Conseil régional de Hof Ashkelon en raison des tirs de roquettes en provenance de Gaza le lundi et le mardi. Le ministère de l’Intérieur n’a pas encore annoncé une nouvelle date pour les élections.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...