Nouvel investissement d’Intel dans l’usine du sud d’Israël
Rechercher

Nouvel investissement d’Intel dans l’usine du sud d’Israël

Le plan d'investissement fait suite aux 6 milliards de dollars annoncés par Intel en 2014 pour la production des puces informatiques de nouvelle génération

Le PDG d'Intel, Brian Krzanich, prononce un discours à CES International, le 8 janvier 2018, à Las Vegas. (Photo AP / Jae C. Hong)
Le PDG d'Intel, Brian Krzanich, prononce un discours à CES International, le 8 janvier 2018, à Las Vegas. (Photo AP / Jae C. Hong)

Intel Corp. prévoit d’investir 5 milliards de dollars pour développer son usine de fabrication de puces à Kiryat Gat d’ici 2020, a annoncé mercredi le ministère de l’Économie et de l’Industrie.

Le plan d’investissement fait suite à l’investissement de 6 milliards de dollars dans la même usine du sud d’Israël annoncée par la société en 2014, pour permettre la production des puces informatiques les plus avancées d’Intel, les puces de 10 nanomètres. En contrepartie de cet investissement, Intel a reçu des subventions à hauteur de 600 millions de dollars d’Israël, ainsi que d’importantes réductions d’impôts jusqu’en 2023.

Les plans pour le nouvel investissement de 5 milliards de dollars ont été présentés mercredi au ministre de l’Economie Eli Cohen par l’équipe dirigeante d’Intel. Intel a l’intention de demander des avantages fiscaux et des subventions en vertu de la Loi sur les investissements, et un comité chargé d’examiner si la société sera admissible à des prestations devrait se réunir le mois prochain, a indiqué le ministère.

Le site d’information Calcalist prévoit que l’entreprise devrait recevoir jusqu’à un demi-milliard de dollars d’avantages et de subventions du gouvernement.

« Le choix d’Intel de continuer à investir de manière significative en Israël est un signe important de confiance envers Israël et son économie », a déclaré M. Cohen dans son communiqué. Les activités de R&D et de fabrication avancée d’Intel en Israël s’inscrivent dans la stratégie du ministère d’accroître les exportations et de créer des emplois de qualité en Israël et en particulier dans la périphérie du pays, a-t-il déclaré.

La décision d’investir en Israël vient s’ajouter à la concurrence croissante entre les pays pour attirer des investissements étrangers et aux craintes qu’une nouvelle réforme fiscale mise en place par le président américain Donald Trump rende plus attrayante la création et le développement d’activités aux Etats-Unis.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a constitué un panel d’experts plus tôt cette année pour analyser l’impact de la réforme sur les investissements locaux. Selon les données fournies par le ministère de l’économie, il y a actuellement 320 entreprises étrangères en Israël.

« Nous considérons Intel comme un partenaire sur notre chemin », a déclaré M. Cohen, et la décision de l’entreprise d’investir de nouveau en Israël « renforce notre économie » et les niveaux d’emploi. Cohen a ajouté qu’il s’attend à ce que le partenariat se poursuive dans les années à venir.

Depuis le début de ses activités en Israël en 1974, Intel a investi quelque 17 milliards de dollars en Israël et emploie aujourd’hui 11 000 travailleurs dans son usine de Kiryat Gat et dans ses centres de R&D à Jérusalem, Petah Tikva et Haïfa.

En outre, l’entreprise emploie environ 1 000 travailleurs à Mobileye, la société de technologie automobile basée à Jérusalem, qu’elle a acquise l’année dernière pour un montant gigantesque de 15 milliards de dollars.

Les exportations an provenance d’Israël du géant américain des semi-conducteurs se chiffrent à 3,6 milliards de dollars en 2017, selon les données de l’entreprise.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...