Nouvelle collaboration entre le Musée juif de Bruxelles et l’Espace MAGH
Rechercher

Nouvelle collaboration entre le Musée juif de Bruxelles et l’Espace MAGH

« Aujourd’hui, toutes les communautés sont dans le même pétrin et il est bon de montrer notre solidarité, » a déclaré Najib Ghallale, directeur de l’Espace MAGH

Le Musée juif de Bruxelles, où une fusillade meurtrière a eu lieu le 25 mai 2014.  (Crédit : AFP / Georges Gobet)
Le Musée juif de Bruxelles, où une fusillade meurtrière a eu lieu le 25 mai 2014. (Crédit : AFP / Georges Gobet)

Le Musée juif de Belgique et l’Espace MAGH dédié aux cultures du Maghreb, de la Méditerranée et du Sud s’unissent pour proposer deux événements, une exposition de photographies réalisée par des jeunes et la représentation du one-man-show de Richard Ruben, rapporte le site Le Soir.

Le Musée juif, qui a été victime d’un attentat le 24 mai 2014, est pour le moment vide. Mais si le musée est vide, il s’occupe néanmoins d’organiser des événements en collaboration avec d’autres institutions.

Le Musée juif de Belgique et l’Espace MAGH partagent les mêmes valeurs de coexistence et de dialogue.

« Aujourd’hui, toutes les communautés sont dans le même pétrin et il est bon de montrer notre solidarité, » a déclaré Najib Ghallale, directeur de l’Espace MAGH. « L’important est la création artistique. Nous devons créer le rêve dans ce monde de cauchemars. »

La première collaboration entre les deux institutions débutera le 26 mai prochain avec une exposition de photographies intitulée « Les Marolles à l’image de Cartier-Bresson ». Les photographies ont été réalisées par des jeunes des Marolles.

Puis le 3 mai prochain le Musée juif de Belgique présentera « Je suis belge, mais ça ne se voit pas », de Richard Ruben à l’Espace MAGH.

Ce dernier a déclaré à l’occasion de ce partenariat que « Quand nous étions en Egypte, mon père me disait toujours : ‘Le Juif est un arabe comme les autres.’ Je crois que le mélange et l’ouverture vers l’autre sont une telle évidence pour moi qui suis d’origine métissée, même si cela ne se voit pas. Je suis un Juif laïque, mais je sais que si on oublie ses racines, on se plante. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...