Israël en guerre - Jour 199

Rechercher

Nucléaire : rencontre entre Iraniens et Européens à Abou Dhabi

Cette nouvelle réunion intervient dans un contexte de relance des discussions entre Occidentaux et Iraniens et Téhéran a confirmé mener des pourparlers indirects avec Washington

Ali Bagheri Kani, négociateur en chef iranien sur le nucléaire, après des entretiens au Palais de Cobourg, lieu de négociations du Plan d'action global conjoint (JCPOA) à Vienne, le 4 août 2022. (Crédit : Alex Halada/AFP)
Ali Bagheri Kani, négociateur en chef iranien sur le nucléaire, après des entretiens au Palais de Cobourg, lieu de négociations du Plan d'action global conjoint (JCPOA) à Vienne, le 4 août 2022. (Crédit : Alex Halada/AFP)

Un haut responsable diplomatique iranien s’est entretenu lundi à Abou Dhabi avec des représentants français, britannique et allemand sur des dossiers stratégiques, dont le programme nucléaire iranien, ont indiqué mardi des sources diplomatiques.

Le vice-ministre iranien des Affaires étrangères Ali Bagheri, chargé des négociations sur le nucléaire, a annoncé dans un message sur Twitter avoir « rencontré ses homologues » des trois pays européens, réunis au sein du groupe E3, pour « discuter d’un certain nombre de dossiers d’intérêt commun ».

Organisé dans la capitale des Emirats, « l’entretien a porté sur un large éventail de sujets, dont le programme nucléaire iranien », a précisé le ministère allemand des Affaires étrangères à l’AFP. Le directeur politique de la diplomatie britannique, Christian Turner, a également confirmé la rencontre dans un tweet.

Les quatre parties s’étaient déjà réunies dans le même format en mars à Oslo.

Cette nouvelle réunion intervient dans un contexte de relance des discussions entre Occidentaux et Iraniens centrées sur la question nucléaire.

Téhéran a ainsi confirmé lundi mener des pourparlers indirects avec les Etats-Unis par l’intermédiaire du sultanat d’Oman.

Des centrifugeuses construites en Iran exposées dans le cadre d’une exposition sur les réalisations nucléaires du pays, à Téhéran, en Iran, le 8 février 2023. (Crédit : AP Photo/Vahid Salemi)

Iraniens comme Américains ont cependant démenti des informations de presse selon lesquelles ils étaient proches de conclure un accord intérimaire pour remplacer l’accord international sur le nucléaire iranien de 2015, moribond depuis le retrait unilatéral des Etats-Unis en 2018.

Téhéran cherche à obtenir la levée de sanctions américaines qui affectent durement son économie.

Au cours d’un entretien téléphonique samedi, le président français Emmanuel Macron avait fait part à son homologue iranien Ebrahim Raïssi de « son inquiétude quant à la trajectoire actuelle du programme nucléaire iranien », selon la présidence française. Il a demandé à Téhéran « des mesures de désescalade concrètes et vérifiables ».

De son côté, le guide suprême iranien, l’ayatollah Ali Khamenei, a déclaré dimanche que son gouvernement devait continuer à coopérer avec l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), tout en appelant à ne pas « affecter l’infrastructure » de l’industrie nucléaire iranienne.

Les relations entre Européens et Iraniens se sont un peu détendues ces dernières semaines avec la libération par Téhéran de six prisonniers européens, tandis que l’Iran récupérait un diplomate iranien condamné pour terrorisme et incarcéré en Belgique.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.