Obama cible de critiques sans précédent en Arabie saoudite
Rechercher

Obama cible de critiques sans précédent en Arabie saoudite

Les Saoudiens ont réagi à des critiques d'Obama qui leur a reproché de vouloir exporter leur version rigoriste de l'Islam

La rencontre entre le président américain, Barack Obama et le roi Abdallah d'Arabie Saoudite, le 28 mars 2014, en Arabie Saoudite (Crédit : SAUL LOEB / AFP)
La rencontre entre le président américain, Barack Obama et le roi Abdallah d'Arabie Saoudite, le 28 mars 2014, en Arabie Saoudite (Crédit : SAUL LOEB / AFP)

Des déclarations peu diplomatiques de Barack Obama sur l’Arabie saoudite, alliée historique des Etats-Unis, suscitent des critiques sans précédent à Ryad et pourraient assombrir une visite du président américain le mois prochain, selon des experts.

Cette volée de réactions négatives fait suite à la publication d’un long article du magazine américain The Atlantic qui détaille la doctrine diplomatique du président Obama et comporte des critiques du riche royaume pétrolier, lié à Washington par une « relation spéciale » depuis 71 ans.

M. Obama reproche aux Saoudiens d’avoir tenté d’influencer d’autres pays musulmans, notamment l’Indonésie, en exportant « le wahhabisme », leur version rigoriste de l’islam.

Pour le président américain, le royaume sunnite doit « partager » le Moyen-Orient avec l’Iran chiite, la rivalité entre les deux ayant conduit à des guerres par procuration et provoqué le chaos notamment en Syrie, en Irak et au Yémen.

Furieux, des commentateurs saoudiens ont vivement réagi et, en premier lieu, l’ancien chef du renseignement, le prince Turki Al-Fayçal, membre de la famille royale qui avait aussi servi comme ambassadeur à Washington.

Turki al-Fayçal en 2012 (Crédit : Capture d’écran YouTube)
Turki al-Fayçal en 2012 (Crédit : Capture d’écran YouTube)

« Vous nous accusez de fomenter des conflits confessionnels en Syrie, au Yémen et en Irak », a-t-il écrit dans une tribune publiée la semaine dernière dans la presse saoudienne. « Vous avez ajouté l’insulte à la blessure en nous demandant de nous entendre avec l’Iran, un pays qui vous aviez (pourtant) décrit comme suppôt du terrorisme », a-t-il ajouté.

L’éditorialiste saoudien Abdel Rahmane al-Rached a embrayé avec une série d’articles dans les colonnes du quotidien Asharq Al-Awsat.

‘Coups directs’

Il a fait remarquer que « la franchise d’Obama a mis en colère ses amis, non seulement l’Arabie saoudite, mais aussi la Grande-Bretagne, la Turquie et Israël », tous mentionnés par The Atlantic comme sujets de frustration et de déception pour le président américain.

Il s’agissait de « coups directs », a estimé M. Rached à propos des critiques contre ces pays.

M. Obama s’est dit « fier » de sa décision de ne pas intervenir militairement en Syrie, même s’il avait averti le président Bachar al-Assad que le recours aux armes chimiques était une « ligne rouge ».

Pour l’éditorialiste saoudien, ce revirement « est devenu le meilleur exemple de la perte de crédibilité des Etats-Unis ».

La « véritable faute » de Washington, poursuit M. Rached, est « son manque de soutien militaire à l’opposition syrienne modérée », épaulée par l’Arabie saoudite et le Qatar alors que la Russie et l’Iran soutiennent Damas.

Ryad et les autres pays du Golfe sont également vivement préoccupés par le rapprochement de Washington avec Téhéran à la suite de l’accord conclu en 2015 sur le programme nucléaire iranien, qui a entraîné une levée des sanctions.

Selon des analystes, les pétromonarchies, Ryad en tête, reprochent à Washington de ne pas avoir tenu compte de leurs inquiétudes concernant les « actions déstabilisatrices » de l’Iran au Moyen-Orient.

« Il est difficile d’imaginer un si mauvais calcul », a estimé le quotidien Arab News à propos du « rapprochement » entre Washington et Téhéran. « Obama a trahi ses amis loyaux de la région », a ajouté le journal qui, comme toute la presse locale, reflète le point de vue officiel.

Pas un ‘ami’

L’Arabie saoudite et les Etats-Unis sont de vieux alliés : leur partenariat remonte à 1933 lorsque le roi Adel Aziz ben Saoud, en manque d’argent, avait signé un accord de 35 000 dollars donnant à une firme américaine le droit d’exploiter le pétrole saoudien.

Les intérêts pétroliers et les questions de sécurité ont été depuis au coeur du partenariat, se concrétisant par d’importantes fournitures d’armes américaines.

Les deux pays ont mené des guerres ensemble et sont officiellement associés dans le conflit contre le groupe Etat islamique.

Pour Toby Matthiesen, spécialiste du Moyen-Orient au St Antony’s College (Université d’Oxford), la réaction saoudienne n’est pas une surprise. « Je pense qu’aucun président américain n’a été aussi franc. C’est vraiment sans précédent », dit-il, en qualifiant les remarques de M. Obama d’ « embarrassantes » pour l’Arabie.

La critique du « wahhabisme » met en cause le fondement même de la légitimité saoudienne, souligne Mohammed el-Oifi, spécialiste des médias arabes à l’Université Sorbonne Nouvelle de Paris.

Frederic Wehrey de l’institut Carnegie Endowment for International Peace relève pour sa part le caractère « personnalisé » des réactions saoudiennes, directement adressées à M. Obama.

Il « n’est pas perçu comme un ami de l’Arabie saoudite », note M. Oifi. Le président démocrate est en fin de mandat et si un républicain est élu en novembre, les Saoudiens espèrent établir avec lui des « relations normales », ajoute-t-il.

Barack Obama est attendu le 21 avril à Ryad.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...