Odeh est un « terroriste », répète Gilad Erdan
Rechercher

Odeh est un « terroriste », répète Gilad Erdan

Le ministre de la Sécurité publique a déclaré à la commission d'Éthique de la Knesset que le député s'est livré à des incitations contre les forces de sécurité

Le ministre de la Sécurité intérieure Gilad Erdan s'exprime lors de la conférence diplomatique du Jerusalem Post à l'hôtel  Waldorf-Astoria de Jérusalem, le 21 novembre 2018 (Crédit : Miriam Alster/Flash90)
Le ministre de la Sécurité intérieure Gilad Erdan s'exprime lors de la conférence diplomatique du Jerusalem Post à l'hôtel Waldorf-Astoria de Jérusalem, le 21 novembre 2018 (Crédit : Miriam Alster/Flash90)

Le ministre de la Sécurité intérieure Gilad Erdan a expliqué dimanche à la commission d’Éthique de la Knesset qu’il maintenait ses propos tenus à l’encontre d’un député arabe qu’il avait qualifié de « terroriste », citant les actions passées d’Ayman Odeh comme preuves.

Erdan a répondu à la commission dans une lettre après que le député de la Liste arabe unie Ayman Odeh a porté plainte contre lui suite à un débat animé, survenu il y a deux semaines à la Knesset, entre les deux hommes sur les violences dans les communautés arabes.

Odeh avait demandé à Erdan qu’il dise publiquement ne pas avoir été à la hauteur de ses responsabilités dans la réduction des violences.

« Vous êtes un terroriste, un soutien du terrorisme et je n’ai rien à vous dire », avait rétorqué Erdan. « Votre place est derrière les barreaux ».

« Les propos que je lui ai tenus, notamment qu’il était un criminel et un soutien du terrorisme, sont des propos que je revendique et cela au vu du grand nombre d’incidents connus dans le passé du député Odeh, qui a attaqué la police de diverses façons et qui a exprimé son soutien aux activités et aux organisations terroristes », a dit Erdan dans sa réponse à la plainte d’Odeh, dimanche.

En tant que ministre de la Sécurité intérieure, chargé de la police israélienne, je ne peux détourner le regard et permettre à ses attaques et à ses actions de passer inaperçues », a-t-il ajouté, clamant que la conduite et les déclarations d’Odeh s’apparentent à un « soutien réel à des actions mettant en péril la population générale ».

Ayman Odeh, chef de la faction de la Liste arabe unie, prend la parole lors de la Conférence sur le social israélien 2018 à Tel Aviv le 1er mai 2018. (Tomer Neuberg/Flash90)

Erdan a ensuite cité certains incidents dont il s’était offusqué, notamment lorsque Odeh, au mois de mai dernier, avait qualifié de « zéro » un agent de police.

Il a aussi noté qu’au mois de juin, Odeh avait participé à une conférence organisée par deux groupes terroristes – le Front populaire de libération de la Palestine et le Front démocratique de libération de la Palestine – à Jérusalem-Est pour « exprimer sa solidarité ».

Odeh avait été interdit de Knesset pendant une semaine suite à l’altercation avec l’agent de police et Erdan avait pour sa part recommandé une enquête pénale suite à sa participation à la conférence à Jérusalem-Est.

Pendant la démolition de la communauté bédouine d’Umm al-Hiran, au mois de janvier 2017, Odeh s’était rallié aux habitants contre la police, et il avait été blessé à la tête pendant les affrontements qui avaient suivi. La destruction Umm al-Hiran avait entraîné la mort d’un bédouin, Yacoub Mousa Abu Al-Qiaan, sur lequel la police israélienne avait ouvert le feu, et la mort d’un agent israélien, Erez Levi.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...