Olmert cherche un accord avant l’appel devant la cour suprême lundi
Rechercher

Olmert cherche un accord avant l’appel devant la cour suprême lundi

Les procureurs ont rencontré les avocats de l’ancien Premier ministre dans la nuit pour tenter de fusionner et d’adoucir de multiples peines pour corruption

L'ancien Premier ministre Ehud Olmert quitte la Cour suprême à Jérusalem après que le tribunal ait accepté à sa demande de reporter de sa peine de prison  le 8 juillet 2015  (Crédit : Hadas Parush / Flash90)
L'ancien Premier ministre Ehud Olmert quitte la Cour suprême à Jérusalem après que le tribunal ait accepté à sa demande de reporter de sa peine de prison le 8 juillet 2015 (Crédit : Hadas Parush / Flash90)

Les négociations entre les procureurs de l’Etat et les avocats de l’ancien Premier ministre Ehud Olmert ont continué tard dimanche dans un effort de dernière minute pour obtenir un large accord couvrant au moins les cas de corruption impliquant l’ancien Premier ministre.

Le procureur de l’Etat Shai Nitzan a déclaré jeudi dernier qu’il n’avait aucune intention de ni « donner à Olmert ce que l’on appelle un ‘rabais pour célébrités’ », ni le traiter plus sévèrement en raison de son ancienne position.

Mais les avocats d’Olmert, y compris Eyal Rozovsky, ont demandé à autoriser les peines de prison affaires Holyland et Talansky à être concomitante, et demandent à l’Etat d’abandonner les accusations d’obstruction et d’autoriser un accord judiciaire avec une peine légère dans une troisième affaire.

Olmert était l’un des huit anciens fonctionnaires et hommes d’affaires condamnés en mars 2014 dans une affaire de corruption immobilière impliquant le développement de Holyland à Jérusalem, qui a été caractérisée comme la plus grande affaire de corruption de l’histoire d’Israël.

Alors qu’elle a écarté la condamnation principale de corruption pour Olmert dans l’affaire Holyland, la Cour suprême a maintenu le mois dernier une condamnation moins importante pour corruption dans cette affaire, réduisant la peine de l’ancien Premier ministre de six ans de prison à 18 mois. Lui et d’autres condamnés commenceront leur peine de prison le 15 février.

Lundi, Olmert, 70 ans, devrait faire appel d’une autre condamnation pour corruption. Il a été jugé coupable l’année dernière d’avoir accepté des enveloppes d’argent liquide de l’homme d’affaires et collecteur de fonds américain Morris Talansky, en échange de services politiques pendant ses 10 ans de mandat comme maire de Jérusalem. Sa condamnation est de huit mois de prison. Cette audience d’appel est vue comme la dernière date limite pour obtenir un accord avec les procureurs.

Les procureurs demandent à la cour suprême d’ajouter les huit mois de prison de l’affaire Talansky aux 18 mois de l’affaire Holyland, pour un total de 26 mois de prison, alors que les avocats d’Olmert cherchent à obtenir des peines concomitantes, lui permettant de purger les deux peines dans la même période de 18 mois (avec un aménagement d’un tiers de la peine en cas de bon comportement).

Selon un reportage diffusé dimanche sur la Deuxième chaîne, les procureurs n’ont pas donné leur accord à une peine concomitante, mais accepterait une peine concomitante pour toute condamnation supplémentaire qu’Olmert pourrait recevoir pour des accusations séparées d’obstruction à la suite de la publication d’enregistrements sonores dans lequel il est entendu apparemment en train d’apprendre à son ancienne assistante Shula Zaken comment éviter de l’impliquer dans des enquêtes de corruption.

Quand il entrera finalement dans sa cellule de l’aile 10 de la prison Maasiyahu de Lod, cela marquera un fait historique malheureux : il sera le premier Premier ministre israélien à effectuer une peine de prison.

Olmert est toujours impliqué dans d’autres affaires : la double facturation de Rishon Tours, dans laquelle il a été blanchi mais pourrait faire face à d’autres actions judiciaires, et une accusation d’obstruction possible à la justice.

Les rapports suggèrent qu’un large accord combinant les procès et les condamnations de toutes ces affaires de corruption sera probablement signé lundi par Olmert, ce qui entraînerait le retrait de son appel devant la cour suprême sur sa condamnation dans l’affaire Talansky.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...