Oman se félicite de la normalisation entre Israël et Bahreïn
Rechercher

Oman se félicite de la normalisation entre Israël et Bahreïn

Le Sultanat, considéré comme un autre pays arabe qui pourrait bientôt annoncer des relations diplomatiques avec l'État juif, dit espérer qu'un accord conduira à un État palestinien

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu (à gauche) s'entretient avec le Sultan Qaboos bin Said à Oman le 26 octobre 2018 (Autorisation)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu (à gauche) s'entretient avec le Sultan Qaboos bin Said à Oman le 26 octobre 2018 (Autorisation)

Le sultanat d’Oman a salué dimanche l’annonce de la normalisation entre le Bahreïn et Israël, déclarant que cette évolution reflétait les espoirs de tous les pays qui désirent la paix au Moyen-Orient.

« Le Sultanat salue l’initiative prise par le Royaume de Bahreïn dans le cadre de ses droits souverains et de la Déclaration conjointe tripartite sur les relations avec Israël », a déclaré un communiqué publié par la télévision d’Etat d’Oman.

« Le Sultanat espère que cette nouvelle orientation stratégique, choisie par certains pays arabes, sera un véritable affluent vers la réalisation d’une paix basée sur la fin de l’occupation israélienne des terres palestiniennes et l’établissement d’une Palestine indépendante avec sa capitale à Jérusalem-Est », a poursuivi le communiqué publié sur le compte Twitter de la télévision d’État.

« Ceci incarne le principe des deux Etats tel que stipulé dans les chartes et décisions arabes et internationales, et reflète en même temps les aspirations et les demandes de tous les pays et peuples qui souhaitent une paix juste, globale et durable au Moyen-Orient et dans le monde entier », peut-on lire dans le communiqué.

Le président américain Donald Trump écoute Jared Kushner qui s’exprime dans le bureau ovale de la Maison Blanche le 11 septembre 2020 à Washington, après que Trump ait annoncé que les États-Unis avaient négocié un accord de paix entre Israël et Bahreïn. (AP/Andrew Harnik)

Vendredi, le président américain Donald Trump a annoncé qu’Israël et le petit royaume du Golfe, Bahreïn, avaient convenu de normaliser leurs relations.

Cette décision fait suite à l’annonce, le mois dernier, que les Émirats arabes unis allaient établir des liens complets avec Israël, portant ainsi au grand jour une relation de longue date. Le Bahreïn s’est également rapproché d’Israël ces dernières années et a accueilli le sommet annonçant le lancement du plan de paix israélo-palestinien de l’administration Trump.

Oman fait partie d’une poignée d’États du Moyen-Orient, dont le Maroc et l’Arabie saoudite, dont Israël et les États-Unis espèrent qu’ils pourront suivre les Émirats arabes unis et le Bahreïn pour forger des liens diplomatiques avec l’État juif. Il a exprimé son soutien à l’accord de normalisation entre Israël et les EAU au lendemain de son annonce le 13 août.

Oman est un interlocuteur clé entre l’Occident et l’Iran, ainsi qu’avec les rebelles houthis du Yémen. Le pays a aidé à obtenir la libération de prisonniers dans le passé.

Au début de ce mois, le Times of Israël a rapporté que le ministère des Renseignements avait analysé le potentiel des liens futurs avec trois autres États de la région après l’accord des EAU et a trouvé un terrain fertile pour une coopération solide, en particulier dans les domaines de la sécurité et du commerce.

« L’accord qui se dessine avec les EAU pourrait ouvrir la voie au renforcement des liens avec d’autres pays du Golfe, principalement (par ordre de probabilité) Oman, Bahreïn et l’Arabie saoudite », a rapporté le ministère à l’époque.

Le Sultanat d’Oman – jusqu’à présent le seul Etat du Golfe qui a ouvertement accueilli le Premier ministre Benjamin Netanyahu, en octobre 2018 – a des liens étroits avec l’Iran, de sorte que le potentiel de commerce d’armes est limité, selon le ministère. Les liens de sécurité de l’État juif avec le pays seraient probablement limités aux technologies « douces », par exemple dans les domaines de la lutte contre le terrorisme et de la sécurité intérieure, ont écrit les chercheurs.

Dans le même temps, les Omanais sont susceptibles de montrer un grand intérêt pour les technologies civiles israéliennes, par exemple dans les domaines de l’eau, de l’agriculture et des technologies appliquées telles que l’information et la communication, la cybersécurité, l’éducation et plus encore.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu (à gauche) s’entretient avec le Sultan Qaboos bin Said à Oman, le 26 octobre 2018. (Autorisation)

Ces dernières années, il y a déjà eu des indications de rapprochement entre Israël et Oman.

Netanyahu s’est rendu à Oman en 2018, le premier voyage d’un dirigeant israélien depuis plus de deux décennies, dans ce qui a été considéré comme un signe de réchauffement des liens entre l’État juif et le monde arabe sunnite. Il a été accueilli à l’époque par le sultan Qaboos bin Said, décédé au début de l’année et auquel a succédé son cousin Haitham bin Tariq Al Said, qui semble avoir poursuivi le processus d’ouverture à Israël.

Le mois dernier, le ministre omanais des Affaires étrangères Yousef bin Alawi s’est entretenu au téléphone avec son homologue israélien, Gabi Ashkenazi, lors de la première conversation de ce genre entre les deux diplomates de haut niveau.

Bin Alwai a déclaré à Ashkenazi qu’Oman « réaffirmait clairement sa position en faveur d’une paix globale, juste et durable » au Moyen-Orient. Il a également appelé à une « reprise du processus de paix afin de satisfaire les droits légitimes du peuple palestinien qui aspire à un État indépendant ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...