ONU: 110 millions de dollars pour l’UNRWA
Rechercher

ONU: 110 millions de dollars pour l’UNRWA

La conférence de donateurs de l'ONU s'est tenue le jour de la présentation à Bahreïn par les Etats-Unis du volet économique d'un plan visant à régler le conflit israélo-palestinien

Une femme palestinienne avec ses enfants après avoir reçu des vivres au camp de réfugiés de Khan Younis, dans le sud de la bande de Gaza, le 11 février 2018. (AFP / Said Khatib)
Une femme palestinienne avec ses enfants après avoir reçu des vivres au camp de réfugiés de Khan Younis, dans le sud de la bande de Gaza, le 11 février 2018. (AFP / Said Khatib)

Le secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres a appelé mardi les membres des Nations unies à continuer de financer l’agence onusienne pour les réfugiés palestiniens (Unrwa), lors d’une conférence de donateurs qui a permis de récolter plus de 110 millions de dollars.

« Je demande humblement à tous les donateurs de maintenir leur soutien à l’Unrwa au niveau de l’an dernier », a déclaré Antonio Guterres. « Nous savons ce qui est en jeu : une éducation pour un demi-million d’enfants, 8 millions d’examens médicaux par an, une aide d’urgence pour 1,5 million » de personnes.

« Uniquement à Gaza, un million de réfugiés palestiniens dépendent de l’Unrwa pour la nourriture », a-t-il rappelé.

Fondée en 1949, l’Unrwa gère des écoles et fournit une aide médicale à quelque 5 millions de réfugiés palestiniens en Jordanie, au Liban, en Syrie, en Cisjordanie et dans la bande de Gaza.

Israël et les Etats-Unis s’opposent au fait que les Palestiniens puissent transmettre le statut de réfugié à leurs enfants, souhaitant réduire le nombre de personnes bénéficiant d’une aide de l’Unrwa, ce que les Palestiniens dénoncent comme une violation de leurs droits. Il s’agit du seul statut de réfugié qui se transmet au monde.

Selon le commissaire général de l’Unrwa, Pierre Krähenbühl, des pays se sont engagés mardi à verser « plus de 110 millions de dollars » à l’agence. En comparaison avec les 39 à 40 millions de dollars obtenus l’an dernier à la même conférence, « c’est un très bon chiffre », s’est félicité devant des médias M. Krähenbühl.

Pierre Krahenbuhl, chef de l’Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés palestiniens (UNRWA), s’exprime lors d’une conférence de presse à Gaza ville le 23 mai 2019. (MOHAMMED ABED / AFP)

« Je suis très encouragé », a-t-il ajouté, en relevant le « très fort soutien » exprimé par plusieurs pays lors de la conférence.

Parmi les interventions, la France a confirmé qu’elle débloquerait pour 2019 « 20 millions d’euros », soit près du double de sa contribution en 2018.

Interrogé sur les contributions des pays du Golfe, Pierre Krähenbühl n’a pas donné de chiffres, mais assuré qu’ils avaient tous exprimé « un très fort soutien » à l’agence.

La conférence de donateurs de l’ONU s’est tenue le jour de la présentation à Bahreïn par les Etats-Unis du volet économique d’un plan visant à régler le conflit israélo-palestinien et qui fait miroiter 50 milliards de dollars d’investissements internationaux dans les Territoires palestiniens et les pays arabes voisins sur dix ans.

Washington a arrêté depuis plus d’un an ses versements financiers à l’Unrwa et a appelé à son démantèlement, estimant qu’elle n’était plus justifiée 70 ans après le début du conflit israélo-arabe et la création d’Israël.

Le budget de l’Unrwa a été estimé pour 2019 à 1,2 milliard de dollars, soit le même montant que l’an dernier. Plus de cinq mois ont été couverts, « chaque année est un défi » et « nous avons besoin de plus d’argent » que les 110 millions promis, mais ce résultat est « un pas important » pour couvrir les frais de l’Unrwa, a indiqué Pierre Krähenbühl.

Il a précisé que l’agence tenterait de mobiliser à nouveau des donateurs en septembre lors de l’Assemblée générale annuelle de l’ONU, au niveau des chefs d’Etat et de gouvernement.

En 2018, l’Unrwa avait réussi grâce à des contributions supplémentaires d’Etats membres et à des économies internes à compenser l’arrêt des financements américains et un trou global de 446 millions de dollars.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...