ONU/Palestiniens : conférence de donateurs le 15 mars à Rome
Rechercher

ONU/Palestiniens : conférence de donateurs le 15 mars à Rome

L'objectif de la rencontre est de pallier la réduction des fonds américains annoncée par l'administration Trump

Une femme palestinienne avec son bébé dans un centre de l'UNRWA dans le camp de réfugiés de Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 13 août 2014. (Crédit : Abed Rahim Khatib/Flash90)
Une femme palestinienne avec son bébé dans un centre de l'UNRWA dans le camp de réfugiés de Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 13 août 2014. (Crédit : Abed Rahim Khatib/Flash90)

Une conférence de donateurs doit se tenir le 15 mars à Rome au profit de l’agence de l’ONU apportant une aide aux réfugiés palestiniens (UNRWA), afin de pallier la réduction des versements financiers américains, a annoncé mardi la Suède.

« Nous avons besoin de maintenir les services de l’UNRWA. Ce n’est pas seulement un impératif humanitaire, c’est aussi critique pour la stabilité de la région entière », a expliqué à des journalistes l’ambassadeur suédois adjoint à l’ONU, Carl Skau.

Il a précisé que la conférence des donateurs était organisée par la Suède, la Jordanie et l’Egypte. Le secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres y participera, comme la cheffe de la diplomatie européenne, l’Italienne Federica Mogherini.

L’objectif est de combler le trou laissé par les Etats-Unis, selon ces pays.

Washington, plus gros contributeur, a annoncé en janvier ne vouloir donner cette année que 60 millions de dollars à l’UNRWA sur les plus de 350 millions donnés d’habitude à cette agence.

L’UNRWA apporte une aide cruciale aux réfugiés palestiniens en matière d’éducation et de santé. Quelque 5,3 millions de Palestiniens en bénéficient dans les Territoires palestiniens, en Jordanie, au Liban et en Syrie.

Le mois dernier, l’ambassadrice américaine à l’ONU Nikki Haley a conditionné un retour de l’aide financière américaine à l’UNRWA à « un retour (des Palestiniens) à la table de négociations » pour un accord de paix avec les Israéliens au Proche-Orient.

Depuis la décision américaine, des pays ont avancé les versements de leurs contributions prévues en 2018 afin de permettre à l’agence de l’ONU de continuer à fonctionner normalement. Mais le problème n’est pas réglé à terme, fait-on valoir de sources diplomatiques.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...