Oren : Obama a abandonné Israël
Rechercher

Oren : Obama a abandonné Israël

L’ancien envoyé d’Israël aux Etats-Unis et nouveau député de Koulanou à la Knesset tient le président pour responsable de la crise des relations entre les deux pays

Le président américain Barack Obama (à gauche) et le Premier ministre Benjamin Netanyahu devant la Maison Blanche, en 2011. (Crédit : Pete Souza/Maison Blanche)
Le président américain Barack Obama (à gauche) et le Premier ministre Benjamin Netanyahu devant la Maison Blanche, en 2011. (Crédit : Pete Souza/Maison Blanche)

Député sous les couleurs de Koulanou à la Knesset et ancien ambassadeur aux États-Unis, Michael Oren a, lundi, lancé une attaque cinglante contre la politiques du président américain Barack Obama envers Israël, affirmant que si lui et le Premier ministre Benjamin Netanyahu avaient tous deux fait des erreurs, « un seul dirigeant les a faites délibérément ».

Dans un article publié dans le Wall Street Journal intitulé « Comment Obama a abandonné Israël », Oren, qui a servi comme ambassadeur d’Israël à Washington durant le premier mandat d’Obama, a décrit les diverses gaffes commises par le gouvernement israélien.

Actuellement député à la Knesset, Oren a cité l’annonce de l’expansion des implantations à la veille de la visite de hauts responsables américains, la désormais tristement célèbre « leçon » que Netanyahu a donnée Obama lors d’une séance photos dans le Bureau ovale en 2011, et le discours du Premier ministre au Congrès plus tôt cette année dans la liste des erreurs commises par Israël.

Oren a exonéré Netanyahu de sa responsabilité dans certains de ces incidents, affirmant que certaines erreurs étaient dues aux membres du personnel de niveau intermédiaire et avaient été commises à l’insu du Premier ministre (comme par exemple, l’annonce de l’expansion des implantations alors que le vice-président Joe Biden devait arriver en Israël).

Michael Oren (photo credit: Wikimedia Commons CC-BY-Anne Mandlebaum)
Michael Oren (photo credit: Wikimedia Commons CC-BY-Anne Mandlebaum)
Le député de la Knesset, Michael Oren, du parti Koulanou, le 29 mars 2015 (Crédit : Nati Shohat / Flash90)
Le député de la Knesset, Michael Oren, du parti Koulanou, le 29 mars 2015 (Crédit : Nati Shohat / Flash90)

Netanyahu s’est même personnellement excusé auprès de Biden pour le mauvais timing, a souligné Oren.

Obama, quant à lui s’est délibérément écarté de plusieurs traditions qui existaient depuis longtemps dans la relation israélo-américaine : les désaccords diffusés dans les médias et l’absence de visite en Israël lors de sa première tournée au Moyen-Orient après avoir été élu.

Après avoir montré publiquement son mécontentement envers Israël, Obama a violé le principe du « pas de soleil », le nom que donne Oren à un  principe : ne pas dévoiler les discordes entre les deux gouvernements.

Un autre principe qu’Obama n’a pas suivi, selon Oren, est le principe de « pas de surprises », c’est-à-dire, le principe qui impose de s’abstenir de faire une annonce publique sur les attentes des États-Unis à propos de Jérusalem jusqu’à ce que ces questions aient d’abord été abordées loin des yeux des caméras et des micros.

Auparavant, selon Oren, les dirigeants israéliens recevaient généralement un exemplaire anticipé des grandes déclarations de politique américaine sur le Moyen-Orient et pouvaient présenter leurs observations.

Mais Obama a prononcé son discours du Caire de 2009 – au cours duquel il a révélé un soutien sans précédent aux Palestiniens et a reconnu le droit de l’Iran à l’énergie nucléaire – sans consulter Israël.

Dans l’article, Oren évoque ce qu’il considère être une conséquence potentiellement dangereuse de la rupture des relations américano-israéliennes – les négociations menées dans le dos d’Israël avec son « ennemi mortel », l’Iran.

Il a conclu en mettant en garde contre « l’érosion » de « l’alliance vitale » entre les Etats-Unis et Israël.

Oren est l’auteur du livre à paraître « Ally : My Journey Across the American-Israeli Divide » qui devrait être publié ce mois-ci.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...