Oscars : Les nominés juifs échouent à faire sensation
Rechercher

Oscars : Les nominés juifs échouent à faire sensation

Ann Roth remporte le prix des meilleurs costumes pour "Le blues de Ma Rainey", Sacha Baron Cohen repart les mains vides pour "Borat" et ‘The Trial of the Chicago 7"

Sacha Baron Cohen pose pour une photo pendant une projection des Oscars à Sydney, en Australie, le 26 avril 2021. (Crédit : AP Photo/Rick Rycroft, Pool)
Sacha Baron Cohen pose pour une photo pendant une projection des Oscars à Sydney, en Australie, le 26 avril 2021. (Crédit : AP Photo/Rick Rycroft, Pool)

JTA — La cérémonie des Oscars, cette année, a été inhabituelle à plusieurs points de vue.

Obligée de s’adapter au protocole de la distanciation sociale, la cérémonie a eu lieu dans plusieurs endroits différents, même si elle s’est déroulée en majorité à l’Union Station à Los Angeles.

Pour la deuxième fois seulement de son histoire, c’est une femme qui a remporté le prix de la meilleure réalisatrice avec la remise du prix à Chloe Zhao pour « Nomadland », qui a aussi gagné le prix du meilleur film.

Et il y a eu la danse de Glenn Close qui s’est déhanchée sur « Da Butt », une chanson sortie en 1988 – pas de doute que les mèmes vont se multiplier sur internet suite à cette prestation qui est restée très fidèle à son titre évocateur.

A remarquer également : Le faible nombre de gagnants juifs.

Soyons honnêtes : Ils n’étaient pas nombreux à avoir été nominés. Et « Nomadland, », un portrait de nomades sans abri qui parcourent l’ouest américain, a compté un producteur juif qui a posé ses mains sur le prix le plus prestigieux — Peter Spears, ancien acteur qui était connu, avant dimanche soir, comme producteur de « Call Me By Your Name », le drame sorti en 2017 basé sur le roman éponyme qui avait été écrit par l’auteur juif André Aciman.

Voici un bilan des résultats des Oscars :

• Sacha Baron Cohen a perdu dans la catégorie de la meilleure adaptation de scénario – son « Borat » s’est incliné face à « The father » de Florian Zeller, une adaptation de la propre pièce du Français.

Sacha Baron Cohen, (à droite), dans le rôle d’Abbie Hoffman dans « The Trial of the Chicago 7 ». (Niko Tavernise/Netflix via JTA)

Cohen était également nominé dans la catégorie du meilleur second rôle masculin pour son interprétation de l’activiste juif Abbie Hoffman mais c’est Daniel Kaluuya, star de « Judas and the Black Messiah. »

• Ann Roth s’est emparée du prix des meilleurs costumes pour son travail dans « Le Blues de Ma Rainey » et a égalisé le record de la gagnante aux Oscars la plus âgée (James Ivory avait, lui aussi, 89 ans quand il avait remporté, en 2018, le prix de la meilleure adaptation de scénario pour « Call Me By Your Name »). Au cours d’une carrière riche – elle a travaillé pour plus de cent films et pièces de théâtre – Roth a créé les costumes de certains des longs-métrages les plus remarquables des 50 dernières années, comme « Midnight Cowboy » et « Le Patient Anglais », ou sur la version récente très applaudie, à Broadway, de « Ne tirez pas sur l’Oiseau Moqueur ».

La présentatrice Ann Roth, à gauche, avec Mery Streep après la remise d’un prix à cette dernière au cours de la 19è remise des prix annuelle des créateurs de costumes à Beverly Hills, en Californie, le 21 février 2017. (Crédit : Chris Pizzello/Invision/AP)

• « White Eye, » un court-métrage israélien qui évoque les préjugés des Israéliens blancs à l’égard des migrants africains, s’est incliné dans la catégorie des courts-métrages face à « Two Distant Strangers. »

• Après avoir gagné le prix du meilleur scénario lors des Golden Globes, « The Trial of the Chicago 7, » d’Aaron Sorkin – consacré aux manifestants du Chicago Seven, en 1968 – était en compétition dans six catégories aux Oscars. Sorkin figurait lui-même parmi les nominés dans la catégorie du meilleur scénario original. Mais le film est revenu bredouille.

• Pixar s’est distingué pour sa part avec « Soul » en obtenant le prix du meilleur film d’animation. Au mois de décembre, le rabbi Benjamin Resnick avait comparé la philosophie du film aux idées juives anciennes.

• L’auteure-compositrice juive Diane Warren avait été nominée pour « Io sì », le titre du film « La vie devant soi » – avec Sophie Loren dans le rôle d’une survivante de la Shoah en tête d’affiche. Cette douzième nomination dans cette catégorie ne lui a pas porté chance : Elle a perdu face à « Fight For You », de la bande-originale de « Judas and the Black Messiah. »

• « Mank, » le film du réalisateur David Fincher au sujet du légendaire scénariste Herman Mankiewicz, concourait dans dix catégories différentes mais il ne s’est distingué que dans deux – Meilleure photographie et Meilleurs décors et direction artistique.

Gary Oldman sur le tournage de « Mank » (Crédit : Nikolai Loveikis/Netflix via JTA)

• Plusieurs Juifs célèbres de Hollywood ont figuré dans la section « In Memoriam » de la cérémonie annuelle qui rend hommage aux stars et anciens vétérans de l’industrie décédés pendant l’année. Parmi ces visages familiers, Carl Reiner, Jerry Stiller, Joel Schumacher, Joan Micklin Silver, George Segal, Sumner Redstone, Ronald Harwood et Walter Bernstein.

• En acceptant un prix récompensant son travail humanitaire, le réalisateur Tyler Perry a évoqué la lutte contre les haines et parlé de sa mère, une source d’inspiration pour lui. Il a raconté l’avoir trouvé à une occasion chez lui, alors qu’elle était supposée être au travail. Il a expliqué qu’elle avait un emploi dans un centre communautaire juif et qu’il y avait eu une menace à la bombe dans le bâtiment. « Elle ne pouvait pas croire que quelqu’un voulait réellement faire exploser cet endroit », a-t-il indiqué.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...