Otzma Yehudit accuse HaBayit HaYehudi de ne pas honorer leur pacte électoral
Rechercher

Otzma Yehudit accuse HaBayit HaYehudi de ne pas honorer leur pacte électoral

La faction veut que le chef de l'Union des partis de droite, Rafi Peretz, récemment nommé ministre, abandonne son siège à la Knesset pour qu'Itamar Ben Gvir prenne sa place

Les candidats de l'Union des partis de droite (de gauche à droite) Rafi Peretz, Itamar Ben Gvir et Bezalel Smotrich posent pour une photo, le 9 avril 2019. (Autorisation)
Les candidats de l'Union des partis de droite (de gauche à droite) Rafi Peretz, Itamar Ben Gvir et Bezalel Smotrich posent pour une photo, le 9 avril 2019. (Autorisation)

Le parti d’extrême droite Otzma Yehudit a accusé mercredi le chef de HaBayit HaYehudi, Rafi Peretz, de ne pas avoir respecté les termes de leur fusion préélectorale, affirmant qu’il ignorait leurs appels.

Avant les élections d’avril, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a orchestré une union entre le parti extrémiste Otzma Yehudit (« Le pouvoir juif »), d’une part, et les partis déjà fusionnés, HaBayit HaYehudi et Union nationale, de l’autre, en une liste commune appelée Union des partis de droite afin de leur permettre de franchir le seuil électoral. L’alliance, dirigée par Peretz, a finalement remporté cinq sièges à la Knesset.

Selon les responsables d’Otzma Yehudit, l’un des éléments de l’accord était que si l’un des chefs de parti était nommé ministre, il démissionnerait de la Knesset, ce qui permettrait à Itamar Ben Gvir d’Otzma Yehudit, qui était plus bas sur la liste, de devenir député.

Lundi, Netanyahu a nommé les deux premiers députés de l’Union des partis de droite comme ministres dans son cabinet intérimaire, en confiant à Peretz le ministère de l’Éducation et à Bezalel Smotrich celui des Transports.

Mais depuis lors, Peretz a ignoré les appels d’Otzma Yehudit et n’a montré aucune intention de démissionner de la Knesset, ont accusé les responsables d’Otzma.

« Peretz commence à nous décevoir », a déclaré un responsable. « Grâce à nous, il est entré à la Knesset, comme il l’a reconnu lui-même, et dans ces circonstances, nous nous attendions à ce qu’il soit satisfait du poste de ministre de l’Education, qui est l’un des postes les plus importants, et qu’il fasse place à Itamar Ben Gvir à la Knesset.

Le responsable a déclaré que Smotrich s’était montré plus coopératif et examinait les implications juridiques de la démission de son siège à la Knesset en faveur de Ben Gvir.

Jeudi, un responsable de HaBayit HaYehudi a déclaré au site d’information Srugim qu’il n’était pas possible d’appliquer l’accord en raison de la situation politique actuelle.

Les tensions surviennent alors que les différents partis de droite et d’extrême droite cherchent à s’unir dans un front encore plus large pour les élections de septembre.

L’entrée de Ben Gvir à la Knesset causerait probablement du soucis à Peretz et à Netanyahu : le spectre d’Otzma Yehudit qui obtiendrait un ou plusieurs sièges a suscité des critiques chez des parlementaires israéliens et parmi de grandes organisations juives à travers le monde.

Les dirigeants d’Otzma Yehudit se sont décrits comme de fiers disciples de feu le rabbin Meir Kahane, qui prônait l’expulsion violente des Arabes d’Israël et de Cisjordanie et qui a proposé une loi rendant illégales les relations sexuelles inter-ethniques. Le parti Kach de Kahane a été déclaré illégal par les autorités israéliennes.

Otzma Yehudit soutient aujourd’hui l’idée d’encourager l’émigration des non-juifs d’Israël et d’expulser les Palestiniens et les Arabes israéliens qui refusent de se montrer loyaux envers Israël et d’accepter un statut réduit dans un État juif étendu, dont la souveraineté s’étendrait sur toute la Judée-Samarie [Cisjordanie].

Ben Gvir est l’un des nombreux dirigeants d’Otzma Yehudit qui compte une photo du meurtrier Baruch Goldstein accrochée chez lui. Goldstein a tué 29 fidèles musulmans et en a blessé 125 autres lors d’une fusillade dans le lieu saint du Tombeau des Patriarches à Hébron en 1994.

La fusion du parti avec HaBayit HaYehudi a été orchestrée par Netanyahu afin d’éviter de perdre des voix de droite si les partis individuels ne dépassaient pas le seuil de 3,25 % fixé par la Knesset. Il a promis à HaBayit HaYehudi deux postes ministériels dans son prochain gouvernement et a donné à un membre de HaBayit HaYehudi la 28e place sur la liste du Likud pour la Knesset.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...